4

4

mardi 27 décembre 2016

633-JEAN WALBURG DE BRAY (1839-1901), PHOTOGRAPHE

- DE BRAY Jean Walburg (1839-1901), Nice, vu du Vieux Château, vers 1875,
vue panoramique, tirage albuminé de l'album, Souvenir de voyage, Février 1876,
Paris, BnF, vue 35 (voir l'ouvrage sur Gallica).



DERNIÈRE MISE À JOUR DE CET ARTICLE : 10/11/2021




JEAN WALBURG DE BRAY (1839-1901) ET LOUIS DE BRAY (c.1846-?)


ORLEANS

Jean Auguste Théodore Walburg de Bray est né le 19 janvier 1839 à Orléans (Loiret), faubourg Saint-Jean. Il est l'un des enfants de Nénette Debray (née Schuler), dite Betsy (ou Betzy) (Bordeaux 1809-Cannes 1901) et de Jean Daniel de Bray, pasteur (né à Bolbec, Seine-Maritime en 1811-décédé entre 1879 et 1901), qui se sont mariés à Strasbourg (Bas-Rhin) le 12 août 1836.

Le père, bachelier à Strasbourg, exerce ses fonctions de pasteur tout d’abord en France, successivement à Reims (Marne) vers 1837-1837, à Orléans (Loiret) vers 1837-1839, où naît son fils Jean Auguste Théodore Walburg (le 19 janvier 1839) puis à Niort (Deux-Sèvres) vers 1839-1846, où naît son fils Jean Paul Gottfried (le 1er décembre 1840). Dès 1846, il exerce ensuite en Suisse, dans le canton de Vaud, notamment à Morges où semble naître son fils Louis (en 1846 ou 1847) et où il est cité en 1848 et 1851, à Romainmôtier où il est cité en 1853, 1854 et 1855 puis à Montreux (canton de Vaud) où il est cité en 1856, 1861 et 1868.

 
NICE

En 1861, "M. [Jean Walburg] Debray [sic], artiste sculpteur" et professeur d’ébénisterie et sculpture, ouvre à Nice une boutique "d'Objets d'Art en bois sculptés, 6, rue du Pont-Neuf". Il dépose, cette année-là (à 22 ans), une demande d'enseigne pour cette même adresse et fait paraître des petites annonces dans Les Echos de Nice, dès octobre de la même année.



- Publicité parue dans Les Echos de Nice à partir du 22 octobre 1861,
Nice, Bibliothèque municipale Nucéra.


La boutique est ensuite signalée dans l'annuaire niçois de 1862, avec une grande publicité dans les pages jaunes.


Annuaire des Alpes-Maritimes, 1862, pages jaunes,
Archives Départementales des Alpes-Maritimes.



"De Bray Jean Walbourg" devient cependant "photographe" en 1863. Il est cité comme tel dans la liste électorale de la Ville de Nice de 1864, domicilié petite rue Saint-Etienne, 12, puis dans Les Echos de Nice du 26 septembre 1865, résidant avec sa famille, villa Besson, rue du Temple.

Le photographe est ensuite signalé avec sa mère au n° 10, ruelle Saint-Etienne lors du recensement de la Ville de Nice de 1866 puis avec sa famille dans Les Echos de Nice du 15 septembre 1867, petite rue Saint-Etienne, villa Sainte-Sophie.
Ses photographies les plus anciennes connues sont des vues de Cannes prises vers 1865.
*


- DE BRAY Jean Walburg (1839-1901), Nice vue dans les oliviers, vers 1865-1870,
tirage albuminé de 14,9x9,5 cm sur carton de 16,3x10,3 cm, Collection personnelle.



Jean de Bray est cité comme témoin de mariage à Nice, en 1867 (mariage du photographe Jean Depeyre) et 1868 (deux mariages).

En 1869, il est répertorié dans la liste alphabétique des habitants (annuaire niçois et Indicateur des Alpes-Maritimes et de la Principauté de Monaco), comme "De Bray, photographe, petite rue Saint-Etienne" puis devient systématiquement signalé dans les listes alphabétique et professionnelle des Annuaires des Alpes-Maritimes aux noms de "Debray", "De Bray", "Walbourg de Bray" ou "Walburg de Bray", avec son atelier "petite rue", "chemin" ou "ruelle Saint-Etienne, au n° 12", et, dès 1873, son magasin au n° 55 puis 17 (1877) et enfin 19 (1879), "quai Saint-Jean-Baptiste" (annuaires manquants de 1880 à 1882).



- DE BRAY Jean Walburg (1839-1901), Nice. le port et la maison Garibaldi, vers 1870-1875,
tirage albuminé de 14,8x9,5 cm sur carton de 16,4x10,8 cm, Collection personnelle.


NICE ET CANNES

Jean de Bray acquiert de plus, en 1869, une boutique d'Objets d'Art et d'Antiquités à Cannes au 19, rue d'Antibes (la date de création est évoquée dans une petite annonce de 1887, voir plus bas). Cette boutique est citée sans son nom dès fin 1871 (Le Courrier de Cannes des 21 et 31 décembre 1871) et, avec son nom, seulement à partir de 1874 (Le Courrier de Cannes, Les Echos de Cannes). 

Il réalise plus de 500 tirages albuminés (clichés dès les années 1870 ?) ayant pour sujet les villas de Cannes et de ses environs, avec souvent leurs propriétaires (clichés conservés à Nice, à la bibliothèque municipale du Chevalier de Cessole). Il réalise d'autre part des photos des chars et des groupes des Cavalcades cannoises et remporte des médailles pour ses inventions d'objets en bois (cabane à lapins, brouette). Il sera par la suite membre de la Société scientifique et littéraire de Cannes et de l'arrondissement de Grasse (signalé en 1879).

Jean Walburg de Bray, 32 ans, domicilié à Nice, se marie d'ailleurs à Cannes le 25 avril 1871, avec Joséphine Imbert, 24 ans, sans profession (née le 23 octobre 1846 à Draguignan, Var). Le père de Jean Walburg de Bray est absent à la cérémonie car il vit à Kouba (Algérie), près d'Alger, alors que sa mère est présente. Ses témoins de mariage sont Jean-Baptiste Anfossi, photographe à Menton, et Albert Ruegger, commis (qui, par la suite, dans sa boutique de mosaïques en bois, distribuera les photographies de Jean de Bray sur Nice). 

De son union avec Joséphine Imbert, naîtront au moins trois enfants, à Nice au 12, petite rue Saint-Etienne, Jean Jacques Daniel Paul Walburg de Bray (Nice 19 juin 1872- Nice 15 juillet 1872), Jeanne Marie de Bray (née le 5 août 1874 à Nice) et Jean Louis Daniel de Bray (né le 5 février 1876 à Nice et décédé le 14 février 1921 à Paris, 15ème). 

Jean Walburg de Bray est nommé dans le recensement de la Ville de Nice 1872, résidant avec sa femme au 1, ruelle Saint-Etienne puis dans celui de 1876, résidant avec sa femme et leurs deux enfants, Marie et Jean, au 9, ruelle Saint-Etienne. Sa mère, 66 ans, et son frère Louis, 29 ans, "photographe" sont pour leur part signalés dans le recensement de 1876 au 6, passage du Temple.

Jean Walburg de Bray travaille dès la fin des années 1860 avec comme assistants le jeune Jean Gilletta (1856-1933), avant même ses 16 ans, et Paulin Gilly (1842-1900). 
Il est probable que ce dernier gère dès 1877 ou 1878 l'atelier niçois de la ruelle Saint-Etienne, Jean Walburg De Bray apparaissant toujours à Nice (19, quai Saint-Jean-Baptiste) mais vivant peut-être dès cette époque à Cannes.


- DE BRAY Jean Walburg (1839-1901), tirages albuminés présents en fin de l'ouvrage de Frédéric Hamilton, La Botanique de la Bible, 1871, 
n°1, Triticum sativum (ou froment commun),
n° 11, Punica granatum (le grenadier), cueilli à Nice (Alpes-Maritimes),
 n° 14 Olea europea (l'olivier), à Beaulieu (Alpes-Maritimes),
(voir et télécharger l'ouvrage sur Archive.org).



Jean Walburg de Bray devient, vers 1867, le photographe officiel du Prince Charles III de Monaco (souverain de 1856 à 1889) et édite, dans la fin des années 1860, plusieurs recueils de photographies consacrés à Monaco et Monte-Carlo, comme le signale Christian Burle dans son ouvrage intitulé, La Photographie à Monaco des origines à 1880 (2010) :

- Souvenir de Monaco et Monte-Carlo, vers 1868, 
- Panoramas de Monaco, vers 1868,
- Principauté de Monaco, vers 1868.

Dans les années 1870, il édite également : 

- Bray (de), Trois jours à Grasse et aux environs par un photographe paysagiste, Moulins, Imprimeur Fudez frères, 1870,

- Frédéric Hamilton, La Botanique de la Bible, étude scientifique, historique, littéraire et exégétique des plantes mentionnées dans la Sainte Ecriture, Nice, Imprimerie Eugène Fleurdelys, 1871, édition illustrée de 25 épreuves albuminées de W. de Bray, photographe à Nice (voir et télécharger l'ouvrage sur Archive.org),

- deux albums consacrés à Monaco en 1873 (le Palais du Prince puis la Cathédrale avant sa démolition) et de nombreuses vues panoramiques,

- des albums consacrés à la Cavalcade de Cannes, notamment en 1874 (Les Echos de Cannes du 1er mars 1874 p 2 voir l'album conservé aux Archives Municipales de Cannes - ici) et probablement des albums consacrés au Carnaval de Nice. La septième et dernière vue de l'album de Cannes de 1874 montre la carriole du photographe avec l'inscription, "W. De Bray - Photographe Paysagiste - Breveté s.g.d.g. - Magasins à Nice & Cannes - Atelier à Nice petite-Rue-St.Etienne".



- Les Théâtres de Nice, publicité pour Debray, parue tout au long de l'année 1875 en page 4, Paris, BnF (en ligne sur Gallica).


- Souvenir de Voyage (Cannes, Monaco, Nice, Menton), Février 1876, album de 31 photographies panoramiques sur papier albuminé d'après des négatifs sur verre au collodion (voir l'ouvrage sur Gallica), identifié grâce au tampon "W. de Bray à Nice" et W. de Bray Photo : Cannes",

- Souvenir des Alpes-Maritimes, Nice, Monaco, Menton, Cannes, vers 1875-1877 (voir l'ouvrage sur Gallica), album de 24 tirages albuminés, W. de Bray photographe présumé, les mêmes photographies existant en cartons-photos identifiés. 



- DE BRAY Jean Walburg (1839-1901), Nice - La Promenade des Anglais, vers 1875-1880,
tirage albuminé du recueil, Souvenir des Alpes-Maritimes, vers 1875-1880,
Paris, BnF, vue 10 (voir l'ouvrage sur Gallica).



Il est probable que d'autres albums (non identifiés et dont les photos sont en vente sur Internet) de photos panoramiques de la même décennie soient également de Jean Walburg de Bray, comme Nice et ses environs et Cannes et ses environs

Il me semble que le recueil anonyme de la Bibliothèque Romain-Gary de Nice (cote : PHO354), constitué de 24 photographies de 9x15 cm des Alpes-Maritimes (vers 1877), soit attribuable à Jean Walburg de Bray : voir les photographies en ligne sur le site de la BMVR.


- DE BRAY Jean Walburg (1839-1901), Square et Statue Masséna et Grand Hôtel, tirage vers 1870-1874,
cliché datant probablement vers 1870-1873,
vue panoramique, recto et verso (Collection personnelle),
éditeur Raphaël Lucchesi, Photographie Universelle, 17, quai Saint-Jean-Baptiste, Nice, 



Les photographies de Jean Walburg de Bray sont distribuées alors par : 

- Raffaele Lucchesi [Lucheze/Luchesi/] (né vers 1842 à Lucca, Toscane) possède une boutique de Beaux-Arts (estampes, photographies, peintures) à Nice au 17, quai Saint-Jean-Baptiste de 1870 à 1874. En 1874, il emménage au 3 puis 6, avenue de la Gare (mais apparaît encore au 17, quai Saint-Jean-Baptiste dans l'annuaire de 1877 dans la rubrique Objets d'Art) puis prend une deuxième boutique au n° 52 de la même avenue au plus tard en 1889. Il édite de nombreuses photographies de Jean Walburg de Bray aux formats carte de visite, cabinet et panoramique, ainsi qu'une série de vues stéréoscopiques intitulée, "Vues de Nice et de ses environs". Il cesse son activité en 1896, du fait d'une faillite.

- Albert Ruegger (né en Suisse vers 1840) vend des photographies dans sa boutique d'objets en bois dans sa boutique, "Aux Bois d'Olivier", rue du Pont-Neuf à Nice (rachetée probablement à Jean Walburg de Bray). Il possède une succursale d'été à Allevard (Isère), son tampon affichant au revers des photographies, "Bois de Nice - A. Ruegger - Nice - Photographies", vers 1873-1885.

- et par la Veuve Morel et Fils (Félix Morel, né en 1842 à Genève) dans leurs boutiques de papeterie, beaux-arts, marqueterie, photographie au 3, rue du Pont-Neuf à Nice et au 14, rue d’Antibes à Cannes (Chalet Suisse).

Je n’ai pas connaissance de portraits réalisés par Jean Walburg de Bray (même s'il est probable qu'il en ait pris de la famille princière de Monaco) car il s’est essentiellement consacré aux vues de paysages urbains et naturels.

Il a édité de nombreuses stéréoscopies, Cdv, Cabinets, Vues panoramiques et grands formats.

De rares Cdv, collées sur carton rouge, portent au recto un titre manuscrit et au verso le texte imprimé, "W. De Bray - Photographe-Paysagiste - 12, Petite Rue St. Etienne - Nice". De rares Cabinets portent un texte semblable au recto, "Cabinet WB Views – W. De Bray, Photographe paysagiste, A Nice".

Ses vues stéréoscopiques sur fond jaune portent le texte imprimé suivant au recto, "Vues de Nice (ou Cannes) - W. De Bray. Photo." suivi de son adresse et sont accompagnées d'un titre manuscrit.

Beaucoup de ses Cdv, Cabinets et de ses photos panoramiques ne portent cependant pas son nom mais seulement le titre en majuscules, collé sur une petite étiquette rectangulaire ou imprimé au recto avec un numéro, et parfois le nom du distributeur.

Certains tirages de grand format sont cependant signés dans le négatif de ses initiales "WB" (exceptionnellement accompagnées d'un titre et numéro), sont accompagnés de "Photographie de Bray à Nice" ou encore de son tampon bleu, "W. de Bray Photo. Nice (ou Cannes)" (au recto ou au verso).

Le photographe semble poser dans plusieurs de ses prises de vue extérieures mais également dans celles d'Eugène Degand. Il était de petite taille, le visage rond et imberbe (vers 1870).


- DE BRAY Jean Walburg (1839-1901), Autoportraits (?) devant un paysage (détails) de Monaco, en 1869 et devant l'Olivier centenaire de Beaulieu, vers 1870-1875.



Jean Walburg de Bray devient membre de la Société Française de Photographie en avril 1876 et participe à la XI° Exposition de la S.F.P. qui se tient à Paris, de mai à juillet 1876 : "De Bray (Jean), hôtel Chauvin, à Nice" avec "un cadre contenant des études de végétaux du Midi (Nice, Monaco, Menton) ; un cadre ; Vue et Pont de Puget - Etudes diverses". Il obtient pour ces vues "qui se ressentent de la lumière de ces pays méridionaux", une médaille de bronze (Bull. S.F.P., 1876, vol. 22 à 24 pp 79, 87, 188, 299).

Il participe également à l'Exposition Universelle de Philadelphie en 1876 (de mai à novembre) où il expose des "Photographies de Nice et ses environs" et est récompensé (Journal Officiel de la République Française du 8 janvier 1877 pp 1-2). 



- Les Echos de Nice du 4 décembre 1876,
Nice, Bibliothèque municipale Nucéra.




En 1877, il réalise une grosse vente dans sa galerie d'art cannoise, rue Bivouac, et édite à cette occasion un catalogue, "Collection de [133] tableaux, aquarelles et dessins anciens et modernes" (GoogleBooks).

Il expose ensuite des "Photographies" (sans autre précision) à l'Exposition Universelle de Paris en 1878. A cette même exposition, on note également la présence du "Baron Jean de Bray" qui présente une plante textile, "la ramie", sur laquelle il publie un ouvrage scientifique l'année suivante : La Ramie, plante textile supérieure au chanvre, au lin et au coton : sa culture, son rendement, ses avantages : ouvrage à l'usage des colons et des écoles primaires rurales de l'Algérie, Paris, Librairie A. Drouin, 1879 (voir Annales des Mines, T XVI, 1879, p IX). Ce "baron Jean de Bray" est son père (ancien pasteur, vivant à Kouba, Algérie) dont il partage le prénom, d'où souvent l'ajout de "Walburg" pour s'en distinguer. L'intérêt du photographe pour la botanique se comprend mieux à la lumière de la passion de son père.

En 1881, Jean Walburg de Bray vend une partie de son fonds niçois à Jean Giletta et Paulin Gilly, et une autre partie à Achille Courret. Ces photographes-éditeurs réutiliseront un grand nombre de ses photographies dans leurs albums des années 1880.


- Annonce de Jean de Bray parue dans Le Petit Marseillais du 21 janvier 1881 p 4,
Paris, BnF (Retronews).



Jean Walburg de Bray n’est plus cité à Nice après 1881 (annuaires, recensements) sauf dans les listes électorales au 12, rue Saint-Etienne puis au 12, rue Rossini (nouvelle appellation de la rue) où son nom va perdurer jusqu’en 1895, avec cette année-là, l’observation, « Parti pour Cannes, renseignement de son frère ». Jean Walburg de Bray va cependant conserver son adresse niçoise.

En 1884, Jean Walburg de Bray est présent à Cannes avec pour activité, "Marchand de Tableaux" et pour adresse 46, rue Centrale (1884-1887). 
 
Il affiche cependant à nouveau la profession de "Photographe" de 1888 à 1892, d'abord au 3, rue Hoche (1888) puis à la seule adresse de la rue Centrale, au n° 47 (1889) qui devient ensuite le n° 57 (dès 1890). Les deux adresses jouxtent la rue d'Antibes, la rue Hoche lui étant parallèle et la rue Centrale étant dans sa continuité vers l'ouest. Le tampon à l'encre violette qu'il utilise alors au verso de ses photographies est d'ailleurs "Photographie De Bray - Rue d'Antibes - Cannes".

Il fournit des photographies de souvenirs du Duc d'Albany à Cannes (Fontaine et Villa Edelweiss) à l'Univers Illustré du 16 avril 1887 (p 5). Dès octobre 1887, Jean de Bray cherche cependant à vendre son atelier de photographie (voir annonce ci-dessous).


- Annonce de Jean de Bray parue dans Le Petit Marseillais du 10 octobre 1887 p 4,
Paris, BnF (Retronews).



Dès 1888, Jean de Bray se spécialise dans la vente de papeterie et cherche des commis et des vendeurs connaissant ce domaine et parlant anglais (annonces parues dans Le Petit Marseillais du 31 août 1888 et du 9 novembre 1889 p 4). Il participe cependant à l'Exposition horticole de Cannes fin janvier 1888 (vues de jardins) et édite un nouvel album de vues de Cannes, avec un titre et des légendes en anglais dont l'une porte la date, "Cannes, February 1889". 

En 1890, il cherche à nouveau à vendre son atelier de photographie pour raison de santé (voir l'annonce ci-dessous).


- Annonce de Jean de Bray parue dans Le Petit Marseillais du 19 mars 1890 p 4,
Paris, BnF (Retronews).



Son adresse n'affiche plus désormais que "Papeterie-Photographie " en 1893, (il a 54 ans) et un magasin de meubles au n° 8 rue du Bivouac. Il semble se consacrer ensuite à ce seul commerce familial de meubles (au 52, rue Centrale et au 7, rue Grande) qui se continue au début du XX° siècle. 

Le photographe est cité dans la "Liste générale des principaux photographes" publiée par la Société de Photographie de Toulouse de 1877 à 1885 à Nice, et de 1888 à 1896 à Cannes.

Je n’ai pas retrouvé son acte de décès à Cannes. La tombe de la famille De Bray, située au Cimetière du Grand Jas de cette ville, a malheureusement disparu. 

Je pensais entreprendre des démarches complémentaires auprès de la Mairie de Cannes, afin d'essayer de connaître la date de décès du photographe mais Didier Gayraud, dans son excellent ouvrage qui est paru en décembre 2016, La Photographie à Nice, Monaco et dans les Alpes-Maritimes au XIX° siècle (Académia Nissarda) a relevé de très nombreux éléments de la carrière du photographe et a notamment retrouvé son certificat de décès : Jean Walburg de Bray est décédé à Nice, 12, rue Rossini, le 28 janvier 1901, âgé de 62 ans (quelques jours après le décès de sa mère au 8 bis, rue Grande à Cannes, le 24 janvier 1901, à l'âge de 91 ans). 

Son épouse Joséphine, reviendra vivre à Nice et y décédera le 3 mai 1932, à l’âge de 85 ans. Son corps et celui de Jean Walburg de Bray reposent au cimetière niçois de Caucade.