4

4

jeudi 30 mai 2019

1028-TRAVAUX D’ÉLÈVES DE 2NDE ET 1ÈRE : "DAPHNÉ"








MAI 2019 - LYCÉE APOLLINAIRE DE NICE - CLASSES DE SECONDE ET PREMIÈRE ARTS PLASTIQUES : "DAPHNÉ".

Après avoir étudié la légende et les œuvres d'art qui s'en sont inspirées, donnez en dessin et/ou peinture votre vision de la métamorphose du corps de la femme en végétal.

Format Raisin. Techniques libres. Noir et blanc et/ou couleur. 6 heures.














































mardi 28 mai 2019

1027-MAGALLON ALEXANDRE (VERS 1830-APRÈS 1888), PHOTOGRAPHE


- MAGALLON Alexandre (vers 1830-après 1888), Portrait de garçon, recto, vers 1886-1888 (?),
inscriptions, "MAGALLON [dans un phylactère] - M - CANNES [dans un phylactère]",
tirage albuminé de 5,7x9,2 cm sur carton de 6,3x10,5 cm, Collection personnelle.


DERNIÈRE MISE À JOUR DE CET ARTICLE : 13/01/2020



- Alexandre MAGALLON, MAGALON ou MAGALONE (vers 1830-après 1888)

Alexandre Magalon est probablement né en Italie vers 1830. Il y a épousé Anne Grosso, née à Turin en 1833.

Il a exercé comme photographe à Nice, comme le prouve un rare carton-photo à fond beige-orangé (médaillon embossé) portant son adresse sous les emblèmes de la Photographie et de la Peinture, "Photographie - Magalon - Rue Chauvain 5 - Nice".

Son nom n'apparaissant jamais dans les annuaires niçois (listes professionnelles et alphabétiques), il est possible qu'il ait occupé cette adresse dans la période où les annuaires n'ont pas été conservés, soit quelques années entre 1879 et 1882.

Vers 1882 au plus tard, il s'installe à Cannes. Sa présence y est cette fois attestée (dès 1883), au 5, rue Grande, dans les annuaires cannois de 1884 à 1888, sous le nom de "Magalon" dans les listes professionnelles des photographes, et sous le nom de "Magalone" dans les listes des habitants.

Son épouse, Anne, âgée de 51 ans, décède malheureusement à Cannes le 9 décembre 1884 (Les Echos de Cannes et Le Courrier de Cannes du 14 décembre 1884 ; Archives de Cannes, Décès, 1884 p 363).

Au début des années 1880, les cartons-photos cannois d'Alexandre "Magalon" offrent un fond jaune au recto encadré de rouge et affichent au verso, "Photographie Centrale - A. Magalon - Rue Grande - Cannes - Portraits émaillés bombés", et en petits caractères, le nom du cartonnier, "Cannes. IMP. L. Vincent".

Par la suite, ses cartons affichent le nom de "Magallon", avec un recto blanc et un verso à fond rose portant les inscriptions suivantes, "M - Photographie Centrale - AMagallon - Cannes. 5, Rue Grande".

Son successeur, E. Ducreux, adoptera dès 1888, la même couleur et la même présentation pour ses cartons-photos (il est cité à Cannes, dans l'Aide-mémoire de Photographie édité par la Société de Photographie de Toulouse, de 1897 à 1905).

"Margallon" est cependant cité à Cannes, dans l'Aide-mémoire de Photographie, de 1888 à 1896. 

Après la vente de son atelier en 1888, j'ai perdu la trace d'Alexandre Magallon âgé de près de 60 ans et je n'ai pas retrouvé sa date de décès. 



- MAGALLON Alexandre (vers 1830-après 1888), Portrait de garçon, recto, vers 1886-1888 (?),
inscriptions, "MAGALLON [dans un phylactère] - M - CANNES [dans un phylactère]",
tirage albuminé de 5,7x9,2 cm sur carton de 6,3x10,5 cm, Collection personnelle.

- MAGALLON Alexandre (vers 1830-après 1888), Portrait de garçon, verso, vers 1886-1888 (?),
inscriptions, "M - Photographie - Centrale - MAGALLON [lettres gotiques sur phylactère encadré de rinceaux] - 
CANNES - 5, Rue Grande -- [nom du cartonnier en très petits caractères] H. & F. Paris.",
carton de 6,3x10,5 cm, Collection personnelle.














dimanche 26 mai 2019

1026-1OB-LES PORTRAITS NUMÉRIQUES DE MAËL ARNOULD








Maël Arnould est élève en option obligatoire Arts plastiques (1ESL3) au Lycée Apollinaire de Nice. Sous le pseudo de bame, il crée des portraits numériques inspirés de photos personnelles ou capturées sur le Net. 

Il aime utiliser une palette graphique avec des couleurs très saturées. La totalité de ses dessins sont réalisés sur Paint Tool Sai V2, excellent logiciel à télécharger, gratuit et simple d'utilisation.































vendredi 24 mai 2019

1025-TFAC-SOPHIE DEHORTER & BARBARA SCHLIENGER : "DOCUMENT DE SYNTHÈSE DES TROIS QUESTIONS AU PROGRAMME DU BAC"




    
CARMONTELLE - SOPHIE TAEUBER-ARP - BILL VIOLA


LIRE ET TÉLÉCHARGER LE DOCUMENT DE SYNTHÈSE
RÉALISÉ PAR SOPHIE DEHORTER & BARBARA SCHLIENGER,
PROFESSEURS AU LYCÉE HENRI MATISSE DE VENCE (06) :
"LES TROIS QUESTIONS AU PROGRAMME DU BACCALAURÉAT
DE L'OPTION FACULTATIVE ARTS PLASTIQUES".











mercredi 22 mai 2019

1024-TRAVAUX DE PREMIÈRE OBLIGATOIRE : "PIVOINE ET FREESIA"







MAI 2019 - LYCÉE GUILLAUME APOLLINAIRE DE NICE : "PIVOINE ET FREZIA".

Etude d'après nature. Aquarelle sur papier 300 gr. Format Raisin. 2 h 15 min.











































mardi 21 mai 2019

1023-"ET AINSI LE VENT PLEURA", 2019, COURT-MÉTRAGE DE MERLIN CAILLE-BONNET & AMBRE GUIDICELLI






VOIR LA VIDÉO (6 MN 37, 2019) DE MERLIN CAIBO,
ET AINSI LE VENT PLEURA,
UN COURT-MÉTRAGE DE MERLIN CAILLE-BONNET & AMBRE GUIDICELLI
AVEC LA PARTICIPATION DE THAÏS RAKSANYI,
FILM RÉALISÉ EN PREMIÈRE ANNÉE DE LICENCE DE CINÉMA 
À L’UNIVERSITÉ DE PARIS I PANTHÉON SORBONNE
PRATIQUE ET ESTHÉTIQUE, TECHNOLOGIE DES MÉDIAS, PROFESSEUR M. GOMEZ.
a















lundi 20 mai 2019

1022-JOSEPH RADIGUET (1834-1887), ACHILLE BOUTET (1830-?), PHOTOGRAPHES




- ANFOSSI Jean Baptiste (1822-1907) & RADIGUET Joseph (1834-1887), Portrait d'une mère et son bébé, recto, vers 1872-1875 (?),
inscriptions, "ANFOSSI & RADIGUET. -- à MENTON",
tirage albuminé de 6,4x10,5 cm, sur carton de 5,4x9 cm, Collection personnelle.



DERNIÈRE MISE À JOUR DE CET ARTICLE : 24/10/2021




- Louis RADIGUE dit Joseph RADIGUET (1834-1887)

Louis Radigue (dit Joseph Radiguet) est né à Gréez-sur-Roc près de La Ferté-Bernard (Sarthe) le 27 juin 1834. Il est le fils de Jacques Radigue, cultivateur et de Jeanne Françoise Pilfert.

PARIS ET BADE

Il se forme à la photographie probablement à Paris et s'associe au milieu des années 1860 avec le peintre, graveur et désormais photographe, Adolphe André Wacquez (1814-après 1873). 

Adolphe André Wacquez est né le 5 décembre 1814, à Sedan, place de la Halle. Il est l'un des enfants d'Adolphe Victor Wacquez, maître de dessin (né en 1793), et de Victoire Joseph Debay. Après une adolescence à Lille, il fait des études de Beaux-Arts à Paris et est élève d'Eugène Delacroix. Il se fait connaître, dès la fin des années 1830, par ses dessins (notamment des pastels) et gravures (eaux-fortes mais surtout lithographies reproduisant des œuvres d'art dont celles de Delacroix) et expose régulièrement au Salon dans les années 1840 et 1850, tout en conservant ses attaches lilloises. Il travaille également à Barbizon vers 1860 et expose des peintures aux Salons de 1859, 1861 et 1865.

L'atelier parisien de photographie de Wacquez et Radiguet est situé, vers 1865, au 36, rue Vivienne et ils ouvrent, vers 1867, une succursale à Baden-Baden (portraits et paysages), à la suite de Numa Blanc Père.

Leurs cartons de l'époque affichent, "A.Wacquez & Radiguet" (recto) et l'adresse parisienne seule (verso), l'adresse allemande seule (verso, "Successeurs de Numa Blanc") ou les deux adresses, "A. Wacquez et Radiguet, Baden et Paris." (recto des stéréoscopies) ou encore "Photographie Artistique - A. Wacquez & Radiguet - Baden-Baden - Aux Bains Stéphanie - Paris - Rue Vivienne, 36 - Maison Tony-Rouge" (verso des CDV).



- WACQUEZ A. (1814-après 1873) & RADIGUET (1834-1887), Portrait de trois fillettes, recto, vers 1867-1870 (?),
inscriptions, "A. WACQUEZ & RADIGUET",
tirage albuminé de 6,4x10,6 cm, sur carton de 5,7x9,1 cm, Collection personnelle.

- WACQUEZ A. (1814-après 1873) & RADIGUET (1834-1887), Portrait de trois fillettes, verso, vers 1867-1870 (?),
inscriptions, "PHOTOGRAPHIE ARTISTIQUE - A. WACQUEZ & RADIGUET - 
BADEN-BADEN - Aux Bains Stéphanie - PARIS - Rue Vivienne, 36 - MAISON TONY-ROUGE",
carton de 5,7x9,1 cm, Collection personnelle.




MENTON

Joseph Radiguet et A. Wacquez semblent quitter Paris vers 1871 pour la Riviera, Nice puis Menton. 

C'est sous le nom de "Vacquier Adolphe, photographe, marié, 54 ans [57 ans]", accompagné de son épouse, qu'il faut reconnaître Adolphe André Wacquez dans le recensement de la Ville de Menton de 1872 au 25, rue St-Michel. Le couple va cependant gagner Monaco dès le début de l'année 1873. "Nous apprenons avec plaisir que M. Wacquez, en dernier lieu photographe à Menton, est venu s'établir dans la Principauté. Il a fixé sa résidence dans la maison Grana, au quartier des Moulins, M. Wacquez, que la guerre franco-allemande de 1870 a contraint à quitter Bade, était un des photographes les plus en renom de cette station balnéaire" (Journal de Monaco du 27 mai 1873 p 1).

Joseph Radiguet va pour sa part se fixer à Menton. Âgé de 37 ans, "autrefois à Nice", il est pour sa part cité à Menton comme associé, dès le 20 novembre 1871, du photographe Jean Baptiste Anfossi (1822-1907) 
(Justice de Paix de Menton - AD06 - 04U 06/0090)

La Société, créée sous la dénomination "Anfossi et Radiguet", est constituée pour une durée de six années, avec pour base de son commerce, l'établissement photographique mentonnais créé et exploité actuellement par M. Anfossi. M. Anfossi apporte en société son établissement fondé depuis six ans, sa clientèle et son matériel photographique. Monsieur Radiguet apporte son concours, ses capacités artistiques, ses instruments de photographie, qui resteront cependant sa propriété exclusive, et la somme de 2.000 francs. Les charges et bénéfices seront partagés. Si, dans les six ans, M. Radiguet rachète les parts de M. Anfossi, il devra verser 2.000 francs plus la moitié du surplus de matériel acquis et prendre la suite du bail de la maison dans laquelle est établi le fonds photographique (grand salon, ateliers et terrasse), y compris l'étage que M. Anfossi sous-loue.

Le 20 novembre 1871, le texte est cependant modifié à l'avantage de Joseph Radiguet, son apport initial de 2.000 francs étant supprimé (texte rayé) mais ses instruments de photographie restant tout de même sa propriété exclusive.

Joseph Radiguet est ensuite signalé avec son nouvel associé, la famille de ce dernier et deux domestiques, dans le recensement de 1872 au 5 bis, avenue Victor Emmanuel. 

Leurs cartons-photos de l'époque présentent au recto, "Anfossi & Radiguet - à Menton", et au verso, sous le blason de la famille Gênes-Savoie, "Anfossi & Radiguet - Photographe & Peintre - A Menton - Brevetés - De Son Altesse Royale La Duchesse De Gênes". L'atelier est situé "près la place St. Roch".

Avec Jean Baptiste Anfossi, Joseph Radiguet réalise des vues de Menton mais également des photographies d'un squelette (1872) découvert dans des fouilles préhistoriques (Emile Rivière [1835-1922], Découverte d'un squelette humain de l'époque paléolithique dans les cavernes des Baoussé-Roussé, dites Grottes de Menton, avec 2 photographies par MM. Anfossi et Radiguet - voir la deuxième édition de cet ouvrage et les photos pp 71 et 73 sur Europeana Collections), voire d'outils préhistoriques (Journal de Monaco du 3 décembre 1872 p 3).



- ANFOSSI Jean Baptiste (1822-1907) & RADIGUET Joseph (1834-1887), Portrait d'une mère et son bébé, recto, vers 1872-1875 (?),
inscriptions, "ANFOSSI & RADIGUET. -- à MENTON",
tirage albuminé de 6,4x10,5 cm, sur carton de 5,4x9 cm, Collection personnelle.


- ANFOSSI Jean Baptiste (1822-1907) & RADIGUET Joseph (1834-1887), Portrait d'une mère et son bébé, verso, vers 1872-1875 (?),
inscriptions sous le blason de la famille Gênes-Savoie, "ANFOSSI & RADIGUET - Photographe & Peintre - A MENTON - Brevetés - De Son Altesse Royale La Duchesse De Gênes".",
carton de 5,4x9 cm, Collection personnelle.




Les deux photographes réalisent la même année les photos d'un Album de la Vésubie (arrière-pays niçois). La sortie de cet album est annoncée dans le Journal de Monaco du 22 octobre 1872 puis commentée dans celui du 26 novembre : "Bien que les Alpes présentent, dans cette région-ci, une dépression relativement grande, elles n'en offrent pas moins, dans quelques unes de leurs parties, des altitudes considérables. C'est au pied de quelques-uns des pics qui se dressent sur ces points, que s'ouvrent les fraîches vallées que nous signalons. Parmi celles-ci, il en est une très-remarquable désignée sous le nom de Vésubie. Sillonnée par une rivière torrentueuse, formée des affluents de Boréou et du Col des Fenêtres, elle offre aux yeux du touriste qui la parcourt des changements constants. C'est une succession incessante de paysages rappelant ceux de la Suisse. C'est afin de faire connaître ces lieux, c'est pour vulgariser ces sites, que deux photographes de Menton, MM. Anfossi et Radiguet, ont eu l'heureuse idée de les reproduire. Ils en ont fait un magnifique album composé de quatorze vues, tontes plus remarquables les unes que les autres. Un texte, dont la rédaction a été confiée à la plume savante et imagée de notre excellent confrère M. Marie de Saint-Germain, accompagne ces épreuves photographiques" (Journal de Monaco du 26 novembre 1872 pp 1-2 ; voir également l'article de Jean-Paul Potron, "Album de la Vésubie - mémoire photographique d'une vallée niçoise", dans, Nice Historique, 1991, vol. 94 à 95, pp 2-12 - voir les photos et l'article en ligne sur le site de Nice Historique).

Cette association prend fin le 28 novembre 1876, date à laquelle "Louis Radiguet" cède ses parts au photographe Louis Ferret (AD06, Fonds Ferret - Convention enregistrée le 28 février 1877 ; Archives commerciales de la France, 4ème année, n° 23, du 22 mars 1877 p 370).

NICE

Joseph Radiguet semble s'être associé, entre-temps, avec le photographe Achille Boutet (vers 1831-?) à Nice. Le recensement de la Ville de Nice de 1876 précise en effet qu'il est âgé de 40 ans (il a en fait 42 ans) et vit au 4, rue de Rome, dans l'appartement de la famille d'Achille Boutet dont il est "l’associé photographe". L'atelier est pour sa part situé au 3 puis au 6, rue de Rome (annuaires niçois de 1877 et 1879).

Au départ d'Achille Boutet, vers 1879, Joseph Radiguet semble ensuite s'associer à Nice avec le photographe Esprit Guarnero (1859-1884), au 27 (et 29) rue Gioffredo (annuaires niçois de 1880-1882 absents). 

Leurs cartons-photos affichent en effet au recto, "Esprit Guarnero & Radiguet", et au recto, "Photographie Artistique - Esprit Guarnero & Radiguet - Rue Gioffredo, 27 - Jardin de la Maison Bermond - Nice". 


- GUARNERO Esprit (1859-1884) & RADIGUET Joseph (1834-1887), Portrait de femme, recto, vers 1879-1882 (?),
inscriptions au recto, "Esprtit Guarnero - & Radiguet -- 27, Rue Gioffredo",
tirage albuminé de 8,8x5,5 cm, sur carton de 10,4x6,3 cm, Collection personnelle.


- GUARNERO Esprit (1859-1884) & RADIGUET Joseph (1834-1887), Portrait de femme, verso, vers 1879-1882 (?),
inscriptions au verso, "Photographie Artistique - Esprit Guarnero & Radiguet (signature oblique), Rue Gioffredo . 27 . - 
Maison Bermond - Nice", carton de 10,4x6,3 cm, Collection personnelle.




"Louis" Radiguet, photographe est ensuite cité dans le recensement de la Ville de Nice de 1881, dit âgé de 45 ans (il a en fait 47 ans) et vivant, avec sa femme Rose (30 ans), au 8, rue de l'Escarène

A partir de 1882, Joseph Radiguet garde seul l'adresse du 27, rue Gioffredo (annuaires de 1883-1885). 

Ses cartons-photos (à fond beige, jaune à cadre rouge puis noir) présentent au recto, "J. Radiguet, -- Nice", et au verso, "Photographie Artistique - J. Radiguet - Rue Gioffredo .27. - Jardin Bermond - Nice" (une photo datée de 1884).



- RADIGUET Joseph (1834-1887), Portrait d'homme, recto, vers 1884,
inscriptions, "J. RADIGUET - 27. Rue Gioffredo - NICE",
tirage albuminé de 6,4x10,5 cm, sur carton de 5,5x9,2 cm, Collection personnelle.


- RADIGUET Joseph (1834-1887), Portrait d'homme, verso, vers 1884,
inscriptions, "Photographie - Artistique - signature oblique J. Radiguet - RUE GIOFFREDO-27- 
- Jardin Bermond - NICE",
inscription manuscrite, "1884",
carton de 5,5x9,2 cm, Collection personnelle.


- Publicité pour J. Radiguet parue dans l'annuaire niçois de 1884 (p 182) et dans l'annuaire niçois de 1885 (p 598),
 Archives Départementales des Alpes-Maritimes.


Il est, de 1879 à 1885, cité à plusieurs reprises dans les registres d'état civil niçois (en tant que témoin de quatre naissances et de quatre décès).

Le 15 juillet 1886, son atelier est ravagé par un incendie.



- Le Petit Niçois du 15 juillet 1886 p 3, l'incendie de l'atelier Gioffredo,
Archives Départementales des Alpes-Maritimes.



Cet article est troublant car il cite "M. Radiguet" et "M. Radiguet fils" (Jean Radiguet ?). L'adresse résidentielle de Joseph Radiguet (identique à celle de l'atelier, 27 ou 29, rue Gioffredo dans les annuaires de 1884 et 1885) est en 1886 au 25, rue Delille (liste alphabétique des habitants de l'annuaire niçois de 1886). Il aurait donc un fils (dont j'ignore tout) qui, pour sa part, logeait à l'atelier jusqu'à la date de l'incendie.

Joseph Radiguet n'est pas cité dans la liste professionnelle des photographes des annuaires de 1886 et 1887 ni dans la liste des habitants de 1887 mais c'est Rose Bergagna qui est citée à l'adresse des 27-29, rue Gioffredo (autre atelier ?).

Joseph Radiguet, 50 ans, "célibataire" (?), photographe, décède cependant à Nice, au 17, rue Biscarra, le 7 janvier 1887. Il est dit être né "à La Ferté Bernard (Sarthe), sans autres renseignements". L'un des témoins de son acte de décès est le photographe Emile Gianola, 26 ans (son assistant ?).

Une hypothèse permet cependant d'éclairer d'un jour nouveau les dernières années de Joseph Radiguet. 

Le Conseil municipal de la Ville de Nice acte, le 4 février 1879, une concession de 15 ans, à Rose Bergagna, d’un kiosque observatoire au côté nord de la plateforme du Château et en contrebas du sol de la terrasse, près du donjon du château, pour vente de longues-vues, lorgnettes et photographies. Le sieur Radiguet, photographe et propriétaire à Nice, s’engage solidairement à garantir les clauses du contrat.

"Radiguet Rose, 31 ans", sa "femme" citée avec lui dans le recensement de 1881 est probablement Rose Manina, épouse Bergagna (séparée de son mari), que Joseph Radiguet forme à la photographie et qui lui succède dès 1885. 

Ceci expliquerait que :
- lors de l'incendie de 1886, l'atelier puisse être encore dit celui "de M. Radiguet",
- la présence d'un "fils Radiguet" qui pourrait être Baptiste Bergagna, le fils de Rose alors âgé de 16 ans,
- la mention de "célibataire" sur l'acte de décès de Joseph Radiguet.

Cependant, plusieurs questions restent encore sans réponse : 
- Rose Bergagna et Joseph Radiguet sont-ils encore ensemble en 1886 ?
- Joseph Radiguet exerce-t-il encore sa profession de photographe à cette date ? 
- L'atelier détruit dans l'incendie reprendra-t-il une activité ? 
- La mort de Joseph Radiguet en 1887, est-elle précédée d'une longue maladie ?




- Achille Jules BOUTET (1830-?)

ORLEANS

Achille Jules Boutet est le fils d'Etienne Denis Boutet, huissier et d'Anne Virginie Grenet qui se sont mariés en 1816 à Orléans (Loiret). Il est le 10ème d'une famille de treize enfants et est né à Orléans, au 18, rue Neuve, le 16 février 1830.
 
PARIS ET ORLEANS

Achille Boutet, "négociant", âgé de près de 28 ans, se marie à Orléans le 13 février 1858 avec Marie Catherine Dauphine Grandin, 22 ans (née en 1835 ou 1836 à Châteauroux, Indre - acte de naissance non retrouvé). L'acte de mariage précise qu'Achille vit depuis trois mois à Orléans au 32, rue Royale avec ses père et mère et qu'il vivait auparavant à Paris au 11, rue de Cléry (3ème arrondissement). Ce dernier signe "A J Boutet".
Achille et son épouse emménagent à Orléans au 39, rue des Carmes et c'est là qu'ils ont une fille, Anne Marie Dauphine qui naît le 12 novembre 1858.

NICE

En juin 1873, Achille Boutet est pour la première fois signalé à Nice, en tant que "photographe âgé de 43 ans", comme témoin de mariage, en présence des photographes François Serafino et Paulin Gilly. 

Achille Boutet s'est-il formé à la photographie à Paris ou à Orléans ? Où habite-t-il avant Nice ? Depuis quand est-il photographe ?

Il est ensuite présent dans les listes électorales de la Ville de Nice de 1874 à 1879, dit "né en 1835" et domicilié rue de Rome, avec la précision du n° 5 dès 1876 puis 6 dès 1877.

Il est nommé dans le recensement de la Ville de Nice de 1876, né à Orléans, âgé de 45 ans et résidant au 4, rue de Rome, avec sa femme (40 ans) et sa fille (18 ans) prénommées toutes deux "Dauphine" mais également avec "son associé, Joseph Radiguet" (1834-1887), français, né hors département, âgé de 40 ans et célibataire.

Il réalise en 1876 un "Album religieux - Cannes", constitué de 8 tirages albuminés accompagnés de textes (voir l'album sur Gallica).

L’atelier d’Achille Boutet est uniquement signalé dans les annuaires niçois, rue de Rome, au n° 3 en 1877 et au n° 6 en 1879 (annuaire de 1878 absent). 

Peu de CDV de lui sont connus. Le revers de ses cartons-photos indique, parfois sous le dessin des attributs de la Peinture et de la Photographie, "Boutet - Photographe - Avenue de la Gare - près l'Eglise Notre Dame de Nice [ou Près de l'Eglise du Père Lavigne] - entrée par la Rue de Rome - Nice".

Il semble quitter Nice vers 1879 (annuaires absents de 1880-1882). La liste électorale de 1880 précise qu’il est "parti en Suisse".

Son atelier a probablement existé de 1872/1873 à 1879 (recensement, annuaires, cartons-photos) ? Son successeur au 6, rue de Rome est Jules Payan.

Je n'ai pas connaissance de la suite de la carrière ni des lieu et date de décès d'Achille Boutet.

Les date et lieu de décès de son épouse restent également inconnus. Leur fille Anne Marie Dauphine Boutet décédera à Nice le 29 août 1949, à l'âge de 90 ans.


- BOUTET Achille (vers 1831-?), Portrait de jeune homme, recto, vers 1876-1879 (?),
sans inscriptions,
tirage albuminé de 5,4x8,3 cm, sur carton de 6,2x10,4 cm, Collection personnelle.

- BOUTET Achille (vers 1831-?), Portrait de jeune homme, recto, vers 1876-1879 (?),
inscriptions, "BOUTET - PHOTOGRAPHE - Avenue de la Gare - Près de l'Eglise du Père Lavigne - Entrée par la Rue de Rome - NICE",
 carton de 5,4x8,3 cm, Collection personnelle.


- BOUTET Achille (vers 1831-?), Portrait de jeune homme, recto, vers 1876-1879 (?),
sans inscriptions,
tirage albuminé de 5,5x8,7 cm, sur carton de 6,3x10,4 cm, Collection personnelle.

- BOUTET Achille (vers 1831-?), Portrait de militaire, recto, vers 1876-1879 (?),
inscriptions, "BOUTET - PHOTOGRAPHE - Avenue de la Gare - Près de l'Eglise du Père Lavigne - Entrée par la Rue de Rome - NICE",
 carton de 6,3x10,4 cm, Collection personnelle.