4

4

lundi 26 septembre 2022

1263-CHARLES NÈGRE, "NICE, L'ESCALIER DES PONCHETTES"


SOMMAIRE DES ARTICLES DU BLOG ET LIENS DIRECTS


- NÈGRE Charles (1820-1880), Nice. L'Escalier des Ponchettes, vue non datée, plaque verre positive au collodion de 18x24 cm, Archives Départementales des Alpes-Maritimes, 08FI 0007.



DESCRIPTION 


Cette vue est-ouest n'est pas datée, comme la plupart des photographies de Nice prises par Charles Nègre (1820-1880) dans les années 1863-1870. La plaque de verre positive est conservée au Archives Départementales des Alpes-Maritimes et des épreuves sur papier albuminé sont notamment conservées au Musée de la Photographie Charles Nègre de Nice, au Musée d'Art et d'Histoire de Provence de Grasse et au Musée Nicéphore Niépce de Chalon-sur-Saône.

Cette vue est tout à la fois emblématique de l'oeuvre du photographe, avec les personnages en pose au tout premier plan, la charrette calée par une pierre le temps de la prise de vue et les nuages retravaillés au verso de la plaque (Michel Graniou, "Le Fonds Charles Nègre [8FI] aux Archives Départementales : un ensemble photographique riche d'enseignements", Recherches Régionales. Alpes-Marimimes et contrées limitrophes, 2018, 215, pp 121-135 - ici). 

Il est probable que le personnage qui pose au milieu de la montée d'escalier est Charles Nègre lui-même (présent comme dans beaucoup de ses vues). 

Ce grand escalier, d'accès oriental aux terrasses des maisons des Ponchettes qui servent de promenade publique, a été érigé à la fin du XVIII° siècle (1787-1789) et rénové en 1839 (détruit fin 1943) (vidéo Service d'Archéologie Nice Côte d'Azur, ici).



- NÈGRE Charles (1820-1880), Nice. L'Escalier des Ponchettes, détail 1, L'escalier, vue non datée, plaque verre positive au collodion de 18x24 cm, Archives Départementales des Alpes-Maritimes, 08FI 0007.



Cette photographie est également emblématique de la Ville de Nice par sa vue générale de la Baie des Anges, avec le boulevard du Midi et la Promenade des Anglais.

Dans une lumière d'après-midi, les bâtiments de la Baie des Anges se révèlent (avec d'est en ouest) : 

- l'escalier oriental de la Terrasse et les maisons de deux niveaux des Ponchettes et, par-delà, les arbres du Cours puis l'extrémité orientale de la rue Saint-François-de-Paule, avec notamment l'ancien Palais Ongran (Maison Bonfils), la Maison Borelli et le clocher de l'église Saint-François-de-Paul(e) (ou Saint-Dominique),

- le Café Américain [puis la rue de la Terrasse] et le Théâtre impérial [puis la rue du Théâtre],

- les façades sud des Maisons Nieubourg-Novaro (de deux niveaux), Raynaud, Brès, Chauvet et Defly (de quatre niveaux), un espace non construit (bâtiment démoli de l'ancienne Manufacture des Tabacs), l'une des Maisons de Félix Donaudy (de quatre niveaux) [puis la rue Sulzer],

- les façades sud de cinq niveaux des Maisons Girard [puis la rue Brea], Ongran-Gilly [puis la rue Vanloo] et Emilie Donaudy veuve Gauthier [à l'angle de la place des Phocéens], avec des cabines de bains sur la plage,


 - NEGRE Charles (1820-1880), Nice. L'Escalier des Ponchettes, détail 2, Le boulevard du Midi (actuel quai des Etats-Unis), vue non datée, plaque verre positive au collodion de 18x24 cm, Archives Départementales des Alpes-Maritimes, 08FI 0007.



- [le Pont des Anges ou Pont Napoléon III, l'extrémité orientale de la Promenade des Anglais, les arbres du Jardin public],

- l'Hôtel des Anglais [puis la rue du Canal] et la Maison sud qui appartiennent à Félix Donaudy (Maison qui masque la propriété Masclet, les Villas Isnard, Serrat-Defly et Serrat-Gilly) [puis la ruelle de la Croix-de-Marbre], 

- la Maison sud Süe, l'ancien Pavillon Pollan (Hitroff et Montalivet), la Pension Rivoir, l'Hôtel de la Méditerranée [puis la rue du Lavoir],

- la Villa Robiony, la Villa Dampierre, l'Hôtel Victoria et la Villa sud Diesbach [puis le vallon de Saint-Etienne] avec, sur la plage, des cabines de bains sur la plage.


 - NÈGRE Charles (1820-1880), Nice. L'Escalier des Ponchettes, détail 3, La Promenade des Anglais, vue non datée, plaque verre positive au collodion de 18x24 cm, Archives Départementales des Alpes-Maritimes, 08FI 0007.



ÉTUDE


Plusieurs éléments de l'image (étudiés d'est en ouest) peuvent permettre de dater la prise de vue :

- la présence d'un échafaudage sur la façade sud du Théâtre italien (boulevard du Midi),

- l'absence du bâtiment de la Banque de France (au 11, boulevard du Midi),

- la présence de la Maison sud de Félix Donaudy (au 3, Promenade des Anglais),

- l'absence de la haute toiture et de l'avant-corps occidental de l'Hôtel des Anglais (au 1, Promenade des Anglais),

- la présence de cabines de bains (plages du quai du Midi et de la Promenade des Anglais).


Le Théâtre impérial dit aussi Théâtre italien ou Opéra

Le Théâtre impérial (érigé en 1826-1827) est formé d'un long bâtiment perpendiculaire au rivage dont l'entrée est située rue Saint-François-de-Paule et l'arrière, boulevard du Midi. 

Sur la vue étudiée, un échafaudage est présent sur la façade sud du Théâtre afin de permettre l'installation d'un Cadran solaire. Ce dernier, envisagé depuis 1863, a été conçu par Edmond Wagner (1830-1881) capitaine de Génie, et Félix Narjoux (1832-1891) architecte en chef de la Ville (Conseil municipal du 9 octobre 1863). 



- NÈGRE Charles (1820-1880), Nice. L'Escalier des Ponchettes, détail 4, Le Théâtre impérial, vue non datée, plaque verre positive au collodion de 18x24 cm, Archives Départementales des Alpes-Maritimes, 08FI 0007.


Le cadran doit être accompagné de sculptures dont le programme est redéfini et la désignation d'un sculpteur niçois se fait par voie de Concours (voir les images ci-dessous). La date de ce dernier n'est pas connue mais a lieu, au plus tard, au printemps 1864. Le sculpteur retenu est Joseph Raymondi (Rajmondy/Raijmondy/Raymondy, né vers 1820), professeur à l'Ecole de dessin et sculpture et dont l'atelier initialement présent près de la Tour Bellanda aux Ponchettes est, depuis la fin de l'année 1862, situé dans le prolongement de la rue Chauvain.

C'est à l'occasion d'un projet de Colonne météorologique (destinée au Jardin public) notamment pourvue d'une horloge électrique, qu'un article du Journal de Nice du 28 janvier 1865 donne des nouvelles du projet du Théâtre : "On n'aura pas rigoureusement besoin de cette horloge, du jour où l'on se décidera à terminer, enfin, la méridienne du théâtre commencée depuis plus de six mois [août 1864]".

En mars, la grande baie plein cintre de la façade sud est obstruée et "le grand tableau de marbre" du cadran lui-même est désormais en place (Journal de Nice du 30 mars 1865).

"Il y a deux mois [mars 1865], on a commencé, sur la façade du théâtre italien, un grand cadran solaire" (Journal de Nice du 25 mai 1865). "La grande porte qui devait servir à produire, dans la salle, les effets de lune naturels (...), de 4 mètres de large sur 7 mètres de haut, a été remplacée par une maçonnerie de belles pierres de taille. Au milieu on a scellé une plaque de marbre, de 2 mètres 20 sur 2 mètres 40 de haut, qui formera le cadran solaire proprement dit (...). Ce monument gnomonique le plus complet que l'on puisse citer (...) sera à même [d'être apprécié] dans trois mois [fin août 1865]" (Journal de Nice du 26 mai 1865).

L'été 1865, c'est cependant l'ensemble du Théâtre qui est rénové par la municipalité : "Le bâtiment du théâtre italien est attaqué, en ce moment, sur toutes ses faces (...). La toiture est remise à neuf ; les deux façades sont rebadigeonnées ; et celle du côté du midi, enrichie d'un monument gnomonique dont l'utilité incontestable, pourra être appréciée après le complet achèvement des travaux. L'intérieur subit une métamorphose complète" (Journal de Nice du 16 août 1865). 

Lors de l'ouverture de la nouvelle saison théâtrale, début octobre 1865, tous les travaux sont terminés sauf la pose des sculptures du cadran solaire. Joseph Raymondy ne va livrer les reliefs que vers décembre 1865 ou janvier 1866, l'installation du groupe supérieur s'achevant début février (Journal de Nice du 7 février 1866).

L'inauguration du cadran solaire a lieu le 23 février 1866 (Journal de Nice du 28 février 1866). En mars, un nouvel échafaudage remplace le précédent, cette fois destiné au photographe (non nommé) chargé de documenter l'ensemble (Journal de Nice du 12 mars 1866).


 - Nice, Le Cadran solaire du Théâtre impérial : Projet de 1863 (Archives Municipales, 1Fi 117-1) et Réalisation de 1866 (L'Astronomie, 1886 p 401).
Le projet de 1863 n'avait prévu, en dehors du cadran solaire lui-même, que les sculptures de l'Aigle impériale et de quatre putti. Cependant le programme du Concours organisé pour choisir le sculpteur a proposé un programme différent. "Au-dessus de l'attique, on verra Nice sous forme d'une femme, plus que de grandeur naturelle, à demi couchée et appuyée sur les armes de la Ville. Aux 4 angles et dans des conditions correspondant aux signes du zodiaque, des enfants de 1 mètre 10 à 1 mètre 20 représenteront les 4 saisons" (Journal de Nice du 26 mai 1865).


La présence d'un échafaudage sur la façade sud du Théâtre italien est donc attestée pendant plus d'un an et demi, d'août 1864 à mars 1866.

Un traité de gré à gré entre la Municipalité et l'entrepreneur Bernard Spinetta a ensuite été passé, le 21 octobre 1864, pour l'installation des sculptures (Conseil municipal du 30 juillet 1866 actant le paiement des travaux).

La vue étudiée de Charles Nègre peut donc être datée au plus tôt d'août 1864.

Le 23 mars 1881, un incendie du Théâtre causera de nombreuses victimes. Le Théâtre sera reconstruit entre novembre 1883 et février 1885 et le Cadran solaire déposé. Des éléments de ce dernier ont été retrouvés en 2013.


La Banque de France (ancien et nouveau bâtiment)

La succursale niçoise de la Banque de France, autorisée par décret du 11 août 1860, s'installe dans les bâtiments en location de l'ancienne Manufacture des Tabacs (appartenant à la Ville) dont l'entrée pricipale nord est située dans la rue commerçante Saint-François-de-Paule et dont la façade sud ouvre sur le boulevard du Midi. 

L'inauguration a lieu le 28 février 1861 (Jean-Luc Aubanel, "La Banque de France et l'économie locale - La création de la Succursale de Nice en 1860", Nice Historique, avril-juin 1987 pp 33-44). 

Le 3 décembre 1861, la Banque achète le bâtiment sud et continue à louer le bâtiment nord. 

Le 21 mai 1864, le Journal de Nice exprime le souhait de voir détruire une partie des anciens bâtiments de la Manufacture des Tabacs, afin de prolonger la rue Charles-Albert et d'ouvrir, jusqu'à la mer, la perspective de l'avenue du Prince impérial. Le bâtiment nord est alors occupé par l'Ecole municipale Saint-Dominique (au rez-de-chaussée) et par la Banque (à l'étage). Quant au bâtiment sud, il est occupé par la Banque qui envisage de le remplacer de façon imminente, d'où l'intervention du journal.

Le 7 juillet 1864, le directeur de la succursale de la Banque de France, Ferdinand Famin (1819-1913), dépose cependant la demande d'une nouvelle construction sud qui doit être alignée et nivelée sur les Maisons voisines Girard et Donaudy (AM, 2T 19-2236).


 - Nice, Elévation de la succursale de la Banque de France, 1864, calques (partiellement conservés et réassemblés) joints à la demande de construction du 7 juillet 1864, Archives Municipales, 2T 19-2236.


L'ancien bâtiment d'un seul niveau de 7 baies (érigé vers 1850-1851) est donc démoli et la reconstruction est entamée. 

Une fois achevé, le nouveau bâtiment aligne 7 baies sur 4 niveaux. Le rez-de-chaussée présente un appareil à bossage et la porte d'entrée, surmontée de l'enseigne, est décentrée d'une travée vers l'ouest. Le premier niveau arbore pour sa part des baies ornées de frontons triangulaires (un balcon central soulignera ce niveau dans les années 1890). Peu de photographies anciennes témoignent de ce bâtiment, modifié au XX° siècle puis démoli au milieu des années 1980. 

En 1864, le Dr Lubanski citait, dans la rue Saint-François-de-Paule, "les Ecoles communales, la Société Philotechnique, les bureaux de la Banque de France, - en attendant que ces établissements aient des emplacements plus convenables" (Guide aux stations d'hiver de la Méditerranée, écrit en 1864, édité en 1865). En 1870, il précise désormais que "l'hôtel de la succursale de la Banque de France (...) est une construction neuve, d'un style simple, mais sévère et d'un agencement bien approprié à sa destination" (Nice-Guide, 1870 p 19).

Emile Négrin rappelle, en 1866, que "la maison en pierres tendres d'Arles qu'on voit sur le quai du Midi, n° 11, est la succursale de la banque de France ; elle a été bâtie en 1865" (E. Négrin, Promenades de Nice, 5ème édition, décembre 1866 p 92). L'entrée principale de la Banque semble désormais située sur le boulevard du Midi.

Les dates précises de l'achèvement des travaux et de l'inauguration des nouveaux locaux ne sont pas connues. Cependant, une autre vue (non datée) de Charles Nègre intitulée, Nice. Le Pont impérial et l'Embouchure du Paillon (AD, 08FI 0057) montre le nouveau bâtiment achevé (façade sud et toiture), au moment où de nombreux hangars sont présents sur la place des Phocéens, tout autour du bâtiment de la Gare provisoire (érigé pour sa part entre fin janvier et début avril 1863 et démonté fin septembre 1865).


 - NÈGRE Charles (1820-1880), Nice, Le Pont impérial et l'embouchure du Paillon, vue ouest-est non datée, plaque verre négative au collodion de 10,5x13 cm, Archives Départementales des Alpes-Maritimes, 08FI 0057. Charles Nègre, probablement présent sur la gauche de l'image, participe à l'Exposition des Beaux-Arts. L'emplacement de la succursale de la Banque de France est indiqué par l'ajout d'une flèche.



Or ces hangars sont ceux qui ont été installés à la fin du mois de mars 1865 (Journal de Nice du 3 avril 1865) en vue de l'Exposition des Beaux-Arts (du 11 avril au 15 mai) et du Concours régional d'Industrie et d'Agriculture (du 28 avril au 5 mai 1865) et qui seront démontés à la fin du mois de mai 1865 (Journal de Nice du 22 mai 1865). 

L'achèvement du gros oeuvre du nouveau bâtiment de la Banque est donc antérieur au printemps 1865, ce qui confirme une construction entamée dès l'été précédent (délai de construction). Les travaux ont cependant continué à l'intérieur pendant plusieurs mois, la demande d'ouverture d'un embranchement pour l'éclairage par le gaz n'ayant été déposée et acceptée qu'en juin 1865 (respectivement le 5 et le 20 juin ; AM, 2T20-178).

La vue de Charles Nègre, Nice. L'Escalier des Ponchettes, montre que la démolition de l'ancien bâtiment a eu lieu mais que la reconstruction n'est pas encore entamée. Elle peut donc être datée au plus tôt de juillet 1864.


 - NÈGRE Charles (1820-1880), Nice. L'Escalier des Ponchettes, détail 5, Le quai du Midi, vue non datée, plaque verre positive au collodion de 18x24 cm, Archives Départementales des Alpes-Maritimes, 08FI 0007. L'emplacement où la succursale de la Banque de France va être construit est indiqué par l'ajout d'une flèche.



L'Hôtel des Anglais (bâtiments anciens et nouveaux)

L'Hôtel des Anglais s'est installé sur la Promenade éponyme au plus tard en 1859 (L'Avenir de Nice du 8 novembre 1859). Il a ouvert dans deux bâtiments : l'un au nord, précédé d'un jardin, situé dans l'alignement et occupant le n°1 de la Promenade ; l'autre au sud, empiètant sur la voie et occupant le n°3. 

L'hôtel est dirigé par l'irlandaise Elisabeth Parr (née vers 1825) qui est citée pour la première fois en octobre 1859, dans la Liste des étrangers nouvellement arrivés à Nice (Revue de Nice, 1859-60 p 19).

Le propriétaire des bâtiments est le négociant Félix Donaudy (né en 1823). Il les a achetés le 29 octobre 1853 à Auguste Laurencin (né vers 1810). Ce dernier avait fait construire le premier bâtiment entre 1835 et 1842 (n°1) et le deuxième vers 1845 (n°3).

Félix Donaudy possède également plusieurs parcelles de terrain voisines, héritées de son père Jean Baptiste Donaudy (en 1840) et achetées à ses frères et soeurs (en 1850, 1857, 1858 et 1862). 

Le 28 mars 1864, Félix Donaudy dépose une demande d'autorisation visant à démolir le bâtiment frappé d'alignement (n°3), à le reconstruire à hauteur de l'autre bâtiment (n°1) et à accoster l'ensemble de deux avant-corps symétriques, afin de constituer un nouvel Hôtel des Anglais (AM, 2T 18-2080).


 - Nice, Projet de l'Hôtel des Anglais, plan joint au dossier de demande de construction, déposé le 28 mars 1864 (Archives Municipales, 2T 18-2080). L'existant est en gris (n°1) et en bleu (n°3). Les parties à construire sont en rouge.


Les travaux se déroulent d'est en ouest, avec tout d'abord la construction de l'avant-corps oriental rattaché au bâtiment existant (n°1) puis, parallèlement à la démolition du bâtiment méridional (n°3), la construction du bâtiment central et, enfin, de l'avant-corps occidental. 

Commencés au printemps 1864 (publicités parues dans les Guides Murray de 1864), les travaux semblent s'achever à la fin de l'été 1865. Dès septembre, une publicité révèle en effet que cet Hôtel de Première classe vient d’être considérablement agrandi et embelli, "now greatly Enlarged and Improved" (The Saturday Review of Politics, Literature, Science and Art, vol. 20, 2 septembre 1865 p 314 et 9 septembre p 344). 


 - Nice, Projet de l'Hôtel des Anglais, photographie d'une aquarelle jointe au dossier de demande de construction, déposé le 28 mars 1864 (Archives Municipales, 2T 18-2080).


Holloway, secrétaire de l'hôtel, demande le 19 octobre 1865 l'autorisation de placer quatre enseignes contre les quatre piliers de façade avec les inscriptions, "Hôtel des Anglais 1865" et "The Mediterranean Hotel Company Limited" (AM, 2T 21-404).

La vue de Charles Nègre étudiée (détail ci-dessous) montre, d'une part, que l'avant-corps oriental entamé en avril 1864 a été édifié et badigeonné de blanc mais que la haute toiture du bâtiment central et l'avant-corps occidental ne sont pas encore érigés et, d'autre part, que le bâtiment frappé d'alignement (n° 3) n'est pas encore démoli. La vue peut donc être datée au plus tôt de l'été 1864 (l'Hôtel des Anglais sera démoli en 1909).


 - NÈGRE Charles (1820-1880), Nice. L'Escalier des Ponchettes, détail 6, L'Hôtel des Anglais, vue non datée, plaque verre positive au collodion de 18x24 cm, Archives Départementales des Alpes-Maritimes, 08FI 0007. 


Les cabines de bains

Sur la photographie étudiée, les cabines de bains sont présentes sur la Baie des Anges. Sur la plage du quai du Midi, ce sont les cabines des Bains Mary, face au Théâtre italien et Faraut, face à l'escalier à double volée. Sur la plage de la Promenade des Anglais, ce sont notamment les cabines (renouvelées en 1863) des Bains Georges et des Bains Lambert qui s'échelonnent de l'Hôtel Méditerranée à l'Hôtel Victoria.

Les cabines (sur roues) sont en général présentes sur la plage uniquement les printemps et étés car mises à l'abri des tempêtes destructrices de l'automne et de l'hiver. Le mauvais temps va d'ailleurs régner sur Nice d'octobre à décembre 1864 (Journal de Nice). La vue étudiée peut donc avoir été prise entre mars et septembre 1864.


ÉPILOGUE

Si l'on croise l'ensemble des éléments recueillis, la vue, Nice. L'Escalier des Ponchettes, peut être datée du mois d'août 1864 :

- après la réalisation de l'avant-corps oriental de l'Hôtel des Anglais et le début de construction de son grand bâtiment central (dès avril 1864),

- après la date du dépôt de demande de construction de la Banque de France (arrêté du 14 juillet 1864) et la démolition de l'ancien bâtiment sud de la Manufacture des Tabacs (fin juillet ou début août 1864),

- après l'installation de l'échafaudage sur la façade sud du Théâtre (août 1864),

- avant la démolition de l'ancienne Maison Laurencin au 3, de la Promenade des Anglais (probablement dès septembre, avant le début de la saison touristique d'octobre),

- avant le démarrage du chantier de construction du nouveau bâtiment de la Banque (gros oeuvre d'août ou septembre 1864 à mars 1865),

- et avant la mise à l'abri des cabines de bains (octobre 1864). 




vendredi 23 septembre 2022

1262-CONVERTIR, PARAMÉTRER ET ENREGISTRER UN ARTICLE EN LIGNE

 

SOMMAIRE DES ARTICLES DU BLOG ET LIENS DIRECTS




CONVERTIR EN PDF UN ARTICLE EN LIGNE


Depuis la disparition du logiciel en ligne "athenapdf", la capture d'articles en ligne sous forme de PDF était devenue difficile. Une alternative intéressante a été par la suite fournie par "sodapdf" mais désormais un nouveau site en ligne, gratuit et sans inscription fait des merveilles, "printfriendly.com".

De plus, l'extension est, pour ceux qui le souhaitent, téléchargeable sur l'ordinateur, et notamment sur tout Blog Google (blogger.com), permettant de sauvegarder le contenu d'un article que vous venez de mettre en ligne et permettant au visiteur de le sauvegarder.

Sinon, il vous suffit de copier le lien de l'article concerné, d'ouvrir le logiciel en ligne pour copier le lien et faire "Preview" pour qu'il s'affiche et génère une version PDF imprimable, c'est-à-dire :

- délestée des publicités et des barres d'information parallèles, 

- mais également délestée du fond coloré, nuisible en cas d'impression papier.





PARAMÉTRER L'ARTICLE 


Une fois converti en PDF, ce logiciel en ligne permet de paramétrer l'article :

- en supprimant les images et les passages de texte non désirés, en passant la souris sur la zone concernée (icone Poubelle) puis en cliquant pour les supprimer,

- en réduisant la taille des images ou des textes (à 75, 50 ou 25%) en cliquant sur les icones concernées,

- en supprimant l'ensemble des images ou l'ensemble des textes en les réduisant à 0%,

- en traduisant, si nécessaire, l'article dans une autre langue, en cliquant sur un espace vide puis "Traduire en français" et en choisissant enfin la langue désirée.




ENREGISTRER L'ARTICLE 


L'article modifié est désormais prêt à être :

- imprimé sur papier, "To print"

- enregistré en "PDF" puis "Téléchargez votre PDF"  : le texte final est très lisible ; les liens Internet restent actifs et apparaissent soulignés ; le poids du document reste inférieur aux autres convertissseurs

- ou même envoyé directement par "Email", sur votre adresse propre ou celles des gens avec qui vous souhaitez partager le document ainsi conçu.




POUR REMPLACER OU AJOUTER DES TEXTES ET/OU DES IMAGES DANS UN PDF

TÉLÉCHARGER LA VERSION GRATUITE (1 PDF PAR JOUR) DE

updf.com





dimanche 18 septembre 2022

1261-NICE, LES PONCHETTES : DE LA PENSION CLERISSI À LA PENSION SUISSE-3 (1866-1871)

 

SOMMAIRE DES ARTICLES DU BLOG ET LIENS DIRECTS


 - NÈGRE Charles (1820-1880), Nice, Plage des Ponchettes, vue ouest-est, 1866,
cliché-verre, 18x24 cm, Archives Départementales des Alpes-Maritimes, 08Fi 0006.
A l'angle nord du bâtiment principal, sur la terrasse du bâtiment arrière (1862), la serre (1864) est bien visible.

"Le quartier des Ponchettes qui se prolonge à l'E. des terrasses, entre la grève marine et le rocher du Château, assez peu fréquenté par les étrangers, est la partie de Nice la plus pittoresque. La grève s'y termine brusquement au pied d'une falaise abrupte, percée de grottes à sa base et dominant une petite crique. Au-dessus se dressent les escarpements à pic que couronne la tour Bellanda"Guide Joanne, De Lyon à la Méditerranée, 1866 pp 325-326, GoogleBooks.




UN ARTICLE ÉCRIT EN COLLABORATION AVEC VÉRONIQUE THUIN-CHAUDRON




L'HÔTEL ET PENSION SUISSE (1866-1871)


- L'achat des bâtiments par Jean Edouard Hug en 1866

Le 30 janvier 1866, devant maître Charles Arnulf, Jean Edouard Hug (Bâle 1823-Nice 1871), marié à Anna Barbara Neeracher (Dielsdorf 1820-Nice 1917), achète l'ancienne Pension Clerissy à Camille Saltarini, veuve Casali(s) (AD, 03E 023/253 fol.199-204). Les recherches concernant la généalogie de la Famille Hug ont été publiées séparément sur ce blog (ici).

Cet achat ne concerne pas la partie conservée par Augustine Justine Clerissy (la moitié du 3éme étage nord ou 5éme niveau). Jean Edouard Hug doit, de plus, garder les locataires de l'abbé Ciais (jusqu'à l'expiration de leur bail de 2 à 5 ans, signé en 1863 ou 1864) dont un photographe, autorisé à faire ses prises de vues dans le jardin et sur la terrasse de la Tour Bellanda dominant la Baie des Anges (3U1 1134 fol.571-572) .

Le couple Hug gérait depuis 1856 ou 1857, l'Hôtel et Pension Suisse de la rue Masséna (première mention dans Allgemeine Zeitung München du 20 mars 1858, vol.1, p 1259, GoogleBooks).

L'hôtel était notamment fréquenté par les Allemands et les voyageurs de commerce. Une petite annonce publiée dans L'Avenir de Nice à partir du 6 février 1859 puis dans Le Messager de Nice à partir du 3 avril 1860 précisait : "25, Rue Masséna, 25 - Hôtel - De la Pension Suisse - Appartements, chambres, grande Salle à manger et Jardin en plein midi. - Table D'Hôte - On s'y loge au jour, à la semaine, au mois et au prix de fr. 4 à fr. 8 - par jour, tout compris. - Ecurie et Remise".

Le recensement de la Ville de Nice de 1861 cite rue Masséna, le couple Hug et leurs trois enfants, un précepteur, un garçon d'hôtel et cinq domestiques.

La famille Hug est encore citée à l'adresse de la rue Masséna dans le recensement de la Ville de Nice au début du mois de juin 1866. L'annonce publicitaire, présente depuis le 1er mai 1863 dans le Journal de Nice, paraît pour sa part jusqu'au 5 juillet 1866 : "Nice, 25, rue Masséna, 25, Nice - Hôtel - Et - Pension Suisse - Avec Jardin"

Le 10 juillet 1866, Jean Edouard Hug fait établir, chez maître Arnulf, une procuration au nom de son épouse "pour le représenter dans les affaires qui le concernent pour l'acquisition qu'il a faite de Mme Veuve Casali née Saltarini, suivant acte du 30 janvier dernier", afin de gérer et administrer l'immeuble, reconnaître toute dette et emprunter toute somme (AD, 03E 023/255 fol.42).

L'Hôtel et Pension Suisse des Ponchettes semble ouvrir dans l'été 1866, probablement après que l'intérieur ait été modifié et rénové. 

Le 20 septembre 1866, Jean Edouard Hug dépose une demande d'autorisation pour placer deux enseignes portant l'inscription "Hôtel et Pension Suisse" sur la façade de son établissement des Ponchettes, "l'une sur la Tour et l'autre sur la porte" du bâtiment principal  (AM, 2T 23-182). Si l'enseigne placée au-dessus de la porte est visible sur les photographies contemporaines, nulle enseigne n'est visible sur la Tour Bellanda.

Il est probable que Jean Edouard Hug dépose d'autres demandes (non conservées) pour peindre deux enseignes de même texte sur le haut des façades latérales nord et sud du bâtiment principal puis pour placer une grande banderole au balcon du dernier niveau de sa façade sud car ces dernières sont visibles sur de nombreuses photographies.


- Les travaux réalisés par Jean Edouard Hug en 1866 et 1867

En dehors des modifications intérieures (dont nul document ne rend compte), Jean Edouard Hug décide de faire construire un restaurant pour l'hôtel, au nord-ouest du bâtiment principal. 

Il obtient l'accord de la municipalité mais, comme François Clerissy en son temps, sous réserve de démolition sans indemnités, le jour où la Ville réalisera son projet d'escalier d'accès aux Terrasses du Château.

Jean Edouard Hug fait préalablement dégager une partie de la paroi rocheuse de la Colline du Château (1866, demandes non conservées) (voir l'image ci-dessous).


 
- NÈGRE Charles (1820-1880), Nice, Plage des Ponchettes, vue ouest-est, détail de la vue située en tête d'article, 1866,
cliché-verre, 18x24 cm, Archives Départementales des Alpes-Maritimes, 08Fi 0006.
Le bâtiment principal a été exhaussé d'un sixième niveau (1863). L'alignement constitué de 2 baies seulement sur le petit côté nord du grand bâtiment est bien lisible iciLa vue montre, sur la terrasse du bâtiment arrière (1862), la serre installée (1864), ainsi qu'un échafaudage accroché au rocher (1866) afin de dégager la profondeur nécessaire à la construction du futur bâtiment nord (restaurant). 



 - ALEO Miguel, Nice, vue du Vieux Château, vue est-ouest, détail, 1866,
tirage albuminé de 14,2x9,2 cm, Collection personnelle.
L'inscription peinte, "Hôtel - Et Pension Suisse" (1866) est bien lisible au sommet de son petit côté sud. Sur la terrasse du bâtiment arrière (1862), la grande serre (1864) est visible. Le bâtiment nord-ouest (restaurant) n'est pas encore érigé (fin 1866).



Le 7 octobre 1866, Jean Edouard Hug passe un marché devant maître Arnulf, avec Honoré Teisseire, entrepreneur en bâtiments. Ce dernier s'engage à livrer, sous deux mois, la salle à manger, les cuisines et l'ensemble de l'ouvrage conçu par l'architecte François Jean (03E 023/256 fol.30-31). Le marché est modifié le 18 octobre 1866, Jean Edouard Hug s'engageant à fournir la poutraison en fer ainsi que les planchers en bois.

Le solde des travaux est réglé par Jean Edouard Hug le 11 décembre 1866 (AD, 03E 023/256, fol.428). Le bâtiment aligne huit baies sur quatre niveaux dont un dernier niveau aveugle, un balcon en surplomb au troisième niveau et une terrasse supérieure. 

Ce restaurant obstrue cependant les baies des quatre premiers niveaux du petit côté nord du grand bâtiment principal et occulte les baies de l'extrémité nord-ouest du bâtiment arrière (voir l'image ci-dessous).



 - Photographe anonyme, Nice, Les Ponchettes, vue ouest-est, détail, novembre-décembre 1866, 
Carte de visite, 6,1x10,3 cm, Collection personnelle.
La construction du restaurant est en cours d'achèvement (échafaudages) 
et masque désormais le bâtiment arrière. 
Le bâtiment sud arbore à son dernier niveau les mots "Hôtel et Pension Suisse" inscrits
 sur une grande banderole déployée le long du balcon de sa façade occidentale et peints
 directement sur les murs de ses petits côtés nord et sud.


Depuis le 27 octobre 1866, une publicité pour l'établissement hôtelier est diffusée dans Les Echos de Nice (voir l'image ci-dessous).



- Publicité parue dans Les Echos de Nice du 27 octobre 1866
pour L'Hôtel et Pension Suisse des Ponchettes (Nice, Bibliothèque Louis Nucéra).



Le Guide Joanne, De Lyon à la Méditerranée, édité en 1866 signale, la "pension Suisse, rue des Ponchettes, à la Tour Bellanda" (p 319, GoogleBooks).

Emile Négrin dans la 5ème édition de son ouvrage Les Promenades de Nice, édité en décembre 1866, cite parmi les "pensions plus intimes et à prix plus réduits (...), la Pension Suisse aux ponchettes [sic]"Il cite également la Tour Bellanda parmi les possessions de l'hôtelier. "Après avoir échappé à tant de bombardements, elle a dépouillé sa tunique grise de guerre ; la voici, vêtue d'un pacifique badigeon et servant de terrasse à la pension Suisse de monsieur Hug" (Emile Négrin, Les Promenades de Nice, 5ème édition, décembre 1866, pp 60 et 86, GoogleBooks). 

A partir de février 1867, plusieurs expertises des bâtiments ont lieu du fait d'un contrôle des revenus déclarés par Camille Saltarini, veuve Casali(s).

La veuve et son représentant font tout pour minimiser cette estimation, en listant les défauts des bâtiments : "une construction réalisée au siècle passé par de petits pêcheurs, dans une propriété incommode pour cause de pied du château", la proximité problématique "du magasin à poudre existant à la Batterie des Ponchettes", "une maison mal située, froide en hiver et très chaude en été", qui n'avait que "7 locataires au moment de la vente" et dont une partie de "5 fenêtres du 3ème étage est possédée par Melle Clerissi". Inversement, le bâtiment présente une occupation actuelle qui est dite, "liée à la saison, à la clientèle de la Pension suisse et aux améliorations apportées par le nouveau propriétaire".

Une dernière expertise réalisée le 10 mai 1867 est facilitée par le fait que "la maison transformée en hôtel par le sieur Baptiste [sic] Hug était à peu près vide par suite du départ des Etrangers". Elle précise que les experts précédents "n'ont pas donné assez d'importance au jardin et à la tour dont la construction a dû coûter beaucoup et dont l'agrément paraît inséparable de l'exploitation de la maison".

En 1867, Jean Edouard Hug fait ensuite ériger un deuxième bâtiment nord, une remise (demande non conservée). La date de sa construction n'est pas connue mais plusieurs photographies témoignent tout d'abord du seul restaurant, ce qui peut laisser penser à plusieurs mois d'écart. Le deuxième bâtiment est cependant visible sur des photographies antérieures à septembre 1867 (vues prises depuis l'Hôtel des Anglais et montrant le Jardin Public encore dépourvu de Kiosque à musique).  

Située sous la Tour Clerissy, cette remise ne peut aligner que quatre baies sur deux niveaux, avec une porte accostée de trois arcades aveugles au rez-de-chaussée mais est elle-aussi couronnée d'une terrasse (voir l'image ci-dessous). 

Les deux bâtiments nord sont recouverts d'un crépi ocre qui les identifient nettement dans le quartier (voir notamment un tableau de Raphaël Ponson, ici).



- DEGAND Eugène (1829-1911), Nice, La plage des Ponchettes, vue ouest-est, vers 1867-1870,
tirage albuminé de 6x10,2 cm contrecollé sur carton de 7x11,1 cm, Collection personnelle.
 La remise est désormais construite.


Une petite annonce, citant l'hôtelier, paraît dans le Journal de Nice du 27 mars au 12 avril 1867, "Suisse. - Lac de Constance - Une jolie villa et jardin à louer. - Prix modéré. - S'adresser à E. Hug, Hôtel et Pension Suisse". 

Les petites annonces qui concernent l'Hôtel et Pension Suisse paraissent pour leur part dans Les Echos de Nice et continuent à mettre en avant les jardins et la Tour Bellando (sic) (voir l'image ci-dessous).


 - Annonce pour l'Hôtel et Pension Suisse parue dans 
Les Echos de Nice du 15 septembre au 2 novembre 1867. 
Du 16 novembre 1867 au 5 février 1868, la dernière phrase se voit prolongée ainsi, "des côtes d'Antibes et souvent le matin au lever du soleil on aperçoit l'île de Corse".
L'Hôtel et Pension Suisse possède son propre omnibus qui amène et reconduit les clients à la gare 
de chemin de fer (Emile Négrin, Les Promenades de Nice, édition de 1869 p 5, GoogleBooks).



Jean Edouard Hug, grâce à l'accord avec la municipalité, a pu faire ériger (avec des différences de conception) les deux bâtiments auxquels Francesco Clerissy avait renoncé en 1844.

"L'Hôtel des Princes et l'Hôtel et Pension Suisse forment un angle très-carré, figure très-géométrique sans doute, mais d'un effet discordant pour tout amateur de perspective. Ici, l'histoire l'emporte sur la perspective, nous sommes au pied de la Tour Bellanda. Près le corps de garde des Ponchettes est située une magnifique maison qu'on a convertie en hôtel, l'Hôtel Suisse près la Tour Bellanda. Cet hôtel et ses dépendances sont merveilleusement situés. Jouissance de jardins à l'abri du vent et de la poussière, en amphithéâtre sur la partie méridionale de la Colline du Château. Du haut de leurs terrasses dans l'ombre touffue de beaux arbres, on jouit de la vue la plus splendide du Golfe de la Baie-des-Anges, des Alpes-Maritimes, et de l'île de Corse" (Léon Watripon, Nice-Guide, Nouveau Cicérone des Etrangers, 1869 pp 88-89, Gallica). Une publicité pour l'Hôtel et Pension Suisse est, bien entendu, présente en fin d'ouvrage (voir l'image ci-dessous).


- Publicité pour l'Hôtel et Pension Suisse, parue à la fin de l'ouvrage de
 Léon Watripon, Nice-Guide, Nouveau Cicérone des Etrangers, 1869 pp 88-89 (Gallica).



 - DEGAND Eugène (1829-1911), Nice, Les Ponchettes, vue ouest-est, détail, vers 1870-1875, 
vue panoramique de 8,5x22,3 cm, Etat de New-York, Courtesy of the George Eastman Museum (ici).
L'Hôtel des Princes (cité par Léo Watripon) est situé à l'extrémité gauche de l'image (l'Hôtel Paradis a ouvert ici en 1840 mais est parti s'installer boulevard du Midi en 1853, cédant la place à l'Hôtel des Princes).



 - DEGAND Eugène (1829-1911), Nice, vue du Château, vue est-ouest, vers 1872-1874, 
Carte de visite de 7x11,3 cm, Collection personnelle.
La terrasse du bâtiment nord-ouest (restaurant, 1866) est visible à l'angle du bâtiment principal.
Voir également une photographie de Charles Nègre montrant, dès fin 1866 ou 1867,
 la présence de la terrasse du restaurant (ici). 




ÉPILOGUE


Suite au décès de Jean Edouard Hug, le 28 décembre 1871, à l'âge de 48 ans, c'est sa veuve Anna Barbara qui prend la direction de l'Hôtel et Pension Suisse puis leur fils Jean Pierre et leur petit-fils Jean Rodolphe Hug (jusqu'aux années 1920). 

Le grand escalier, projeté par la municipalité dès la fin des années 1820, est modifié en un nouveau projet de route carrossable traversant le jardin de l'Hôtel et Pension Suisse en 1882 (Conseils municipaux des 3 mai et 6 juin 1882). La Famille Hug élabore alors le projet d'un nouvel et grandiose établissement (de 40x20 m) à élever près de la Tour Bellanda et fait réaliser puis éditer, le 12 février 1883, un contre-projet de route qu'elle propose à la municipalité (AD, 02Q 0511). Ces projets de route et d'hôtel sont cependant abandonnés.

En définitive, la municipalité décide d'utiliser le legs de Jean Charles Lesage (1799-1883) destiné aux embellissements de la Ville de Nice, pour faire ériger un escalier, du pied de la Tour Bellanda au sommet de la Colline du Château. Un accord passé avec les co-héritiers Hug (droits cédés sur la partie rocheuse), permet à la Famille de surélever le bâtiment de la remise, en l'alignant sur celui du restaurant et en l'intégrant dans la construction de l'escalier. L'adjudication des travaux de l'Escalier Lesage a lieu le 30 avril 1888 et le procès-verbal de réception le 1er octobre 1889 (Conseils municipaux des 13 janvier, 3 février, 21 novembre 1888 et 21 octobre 1889) (voir l'image ci-dessous).



- WILSON George Washington (1823-1893), Bellanda Castle Hill Nice, 1889,
Registered G.W.W., Trade Mark, Glass Magic lantern Slide 23,
from "The French Riviera and Monte Carlo", Collection personnelle.
 L'exhaussement de deux niveaux de la remise Hug est intégré dans l'Escalier Lesage, 
une petite partie de sa terrasse servant de palier (une grille ferme le reste de la propriété).
Le restaurant est dominé par l'inscription, "Hôtel Suisse".
Sur la Tour Bellanda, la différence entre la base ancienne conservée
 et la partie supérieure élevée par les Frères Clerissi est très visible.

 


Au tournant des années 1900 (entre 1897 et 1901), les huit travées correspondant au restaurant Hug sont exhaussées de deux niveaux supplémentaires. 

A partir du deuxième tiers du XX° siècle, une partie du bâtiment central est dévolue à "l'Hôtel La Pérouse" (années 1930) puis une partie à la "Résidence Rocamare" (seconde moitié des années 1950). 

Seuls les bâtiments nord (ancien restaurant et remise) conservent actuellement le nom "d'Hôtel Suisse".






lundi 12 septembre 2022

1260-NICE, LES PONCHETTES : DE LA PENSION CLERISSI À LA PENSION SUISSE-2 (1850-1866)

 

SOMMAIRE DES ARTICLES DU BLOG ET LIENS DIRECTS



- BALDUS Edouard (1813-1889), Les Ponchettes à Nice, détail, vers 1855,
 tirage albuminé de 28,8x42,4 cm, Washington, National Gallery of Art (ici).
L'une des plus anciennes photographies conservées de Nice et des Ponchettes,
 le Château Smith n'étant pas encore érigé sur le Mont-Boron. 
Voir une autre photographie (antérieure à 1862) sur le site des Archives Départementales
 des Alpes-Maritimes (01NUM 0008/GLT 00269).



UN ARTICLE ÉCRIT EN COLLABORATION AVEC VÉRONIQUE THUIN-CHAUDRON


- FURNE Charles Paul (1824-1875) et TOURNIER Alexis Omer (1835-1855), La Plage de Nice - Prise du Château A, 1860, vues stéréoscopiques sur carton de 8,5x17 cm, de la série "De Nice à Gênes par la Corniche", n°2, Collection personnelle. Vue de la Tour et de l'arrière du bâtiment principal de l'ancienne Pension Clerissy.                 



LA MAISON BARLA (1850-1860)


A la vente aux enchères du 1er juin 1850, la Pension Clerissy est achetée par Jean Baptiste Barla (1817-1896), chevalier de l'ordre des Saints-Maurice-et-Lazare, propriétaire, domicilié à Nice, place Napoléon (il deviendra le directeur du Museum d'Histoire naturelle de Nice dans les années 1860). Auguste Justine Clerissy conserve cependant un peu plus de la moitié du 3ème étage du grand bâtiment occidental (côté nord du 5ème et dernier niveau).

En 1858, lit-on dans le Guide des Etrangers à Nice, la "tour et le joli jardin qui l'accompagne sont la propriété de M. Barla" (Guide des Etrangers à Nice 1858-1859, 1858, troisième partie). 

Dès cette époque, la tourelle qui domine la terrasse de la Tour Clerissy, apparaît peinte de grandes figures féminines allégoriques (plus anciennes ?), de chaque côté de la porte d'entrée de l'escalier qui mène aux appartements

Son clocheton est encore dominé par la figure de Génie ailé portant la lumière (mais cette dernière va disparaître dès 1863) (voir l'image ci-dessous).



 - Furne Charles Paul (1824-1875) et Tournier Henri Alexis Omer (1835-1885),
 La Plage de Nice - Prise du Château B, détail, 1860,
vues stéréoscopiques de 8,5x17 cm, extraites de la série "De Nice à Gênes par la Corniche", n°2, 
Amsterdam, Rijksmuseum (ici).



LA MAISON CIAIS (1860-1866)


Le 22 janvier 1860, Jean Baptiste Barla revend les bâtiments de l'ancienne Pension Clerissy  à l'abbé Ciais (AD, 03E 023/253 fol.199-204).

L'abbé Frédéric Vitalin Chiaissi/Chiais/Ciais, né le 27 avril 1816 à Utelle (Alpes-Maritimes), semble avoir officié et vécu à Rome où il a possédé une maison. Il n'est probablement pas arrivé à Nice avant 1860. C'est avec son notaire familial d'Utelle qu'est conclu l'achat de la Maison Ciais. 

L'abbé reste absent du Guide des Etrangers à Nice de 1858-1859 (ses listes ne sont cependant pas exhaustives) mais est présent dans l'Annuaire des Alpes-Maritimes de 1861 (p 152) où il est dit, "chanoire honoraire résidant de la cathédrale Sainte-Réparate, curé, vicaire forain d'Utelle". Prêtre protonotaire apostolique, chambellan juret de sa Sainteté, il sera nommé chanoine archiprêtre de la cathédrale de Nice le 27 février 1864 (AD, 01V 0004).

L'abbé est ensuite signalé comme propriétaire de la "maison Ciais" des Ponchettes dans les Annuaires des Alpes-Maritimes de 1864 et 1865. Il réside au 2ème étage (4ème niveau) du bâtiment principal et loue les autres appartements (excepté ceux de la partie du dernier niveau appartenant toujours à Augustine Justine Clerissy).


 - BENOIST Félix, dessinateur (1818-1896) et CICERI Eugène lithographe (1813-1890), Femmes et Pêcheurs de Nice - Plage des Ponchettes, détail d'une lithographie réalisée d'après un dessin exécuté vers 1861 et insérée dans l'ouvrage, Nice et Savoie, vol. 3, Henri Charpentier Imprimeur-Editeur, Paris et Nantes, 1864, Paris, BnF (Gallica). 


- BENOIST Félix, dessinateur (1818-1896) et CICERI Eugène, lithographe (1813-1890), Nice - Vue prise de la hauteur de l'ancien Château, détail d'une lithographie réalisée d'après un dessin exécuté vers 1861 et insérée dans l'ouvrage, Nice et Savoie, vol. 3, Henri Charpentier Imprimeur-Editeur, Paris et Nantes, 1864, Paris, BnF (Gallica). 



- Les travaux réalisés par l'abbé Vitalin Ciais

Ses demandes d'autorisation de travaux à effectuer sur les bâtiments de la rue des Ponchettes concernent en 1862 :

- la destruction des deux petits bâtiments arrières (côté est) composés d’un seul rez-de-chaussée avec une chambre à bain (premier trimestre 1862 ; demande non conservée ; AM, 2T 10-581), 

- l'utilisation de la mine pour aplanir le rocher et rendre la place régulière avant de reconstruire un seul et grand bâtiment (demande du 22 mars 1862 accordée par un arrêté daté du 29 mars suivant, AM, 2T 10-581),

- la construction du nouveau bâtiment arrière, de trois niveaux, couronné d'une terrasse, avec retour d'équerre côté nord (visible depuis l'ouest), comprenant des cuisines, quelques petites chambres, salles de bains et une chapelle (second trimestre 1862 ; demande non conservée ; AD 03E 023/251 fol.148-171 ; 03E 023/253 Fol. 99-204 ; 3U1 1134 fol.571-572) ; 

- l'ajout d'une tour d'escalier surmontée d'un appartement, accolée au revers du bâtiment principal et desservant la terrasse du nouveau bâtiment arrière (printemps 1862 ; demande non conservée) ;

- la modification des fenêtres du 3ème niveau du bâtiment principal (1er étage au-dessus de l'entresol et du rez-de-chaussée), du fait d'aménagements intérieurs (printemps-été 1862 ; demande du 30 mai 1862, accordée par un arrêté daté du 6 juin suivant ; AM, 2T 11-738).

Ces travaux, réalisés rapidement par les entrepreneurs Jean Baptiste Augier et Jean Baptiste Faraut, sont visibles sur les vues postérieures (voir l'image ci-dessous).



 - ANDRIEU Jean (1816-apr.1876), Nice, La plage, 569, début 1863,
 Carte de visite de 6,6x9,7 cm, Collection personnelle. 
Noter les différences avec la vue précédente : la figure de génie ailé de la Tour Bellanda a disparu ; un nouveau et haut bâtiment couronné d'une terrasse ainsi qu'une tour se sont ajoutés à l'arrière du bâtiment principal. 
 Des actes ultérieurs décrivent le jardin en terrasses avec des parterres garnis de treilles, un bosquet d'arbres, des bancs, quelques kiosques, un escalier et deux citernes situées entre la maison et la tour (AD, 03E 023/253 fol.199-204 ; 3U1 1134 fol.571-572).



Une nouvelle série de travaux est envisagée par l'abbé Vitalin Ciais mais du fait d'un contentieux avec Augustine Justine Clerissy, les recours se multiplient (notamment en octobre 1862) et en repoussent l'exécution. La situation se règle cependant grâce à une convention sous seing privé, passée chez notaire le 6 décembre 1862, détaillant les travaux envisagés (les modifications extérieures et intérieures) et les engagements respectifs (AD, 03E 023/253 fol.203-204).

En 1863, l'abbé Vitalin Ciais peut alors déposer une nouvelle demande concernant :

- l'exhaussement du bâtiment principal par un 6ème niveau (ou 4ème étage), entraînant la réalisation d'un nouvel escalier et d'une nouveau toit (l'ancienne toiture et ses lucarnes disparaissant),

- l'exécution d'un balcon en fer et ardoise avec rampe en fer, filant tout du long de ce nouvel étage, 

- le renouvellement de la façade en peinture (ravalement exécuté de haut en bas et mise en peinture des portes et volets)

- et l'ajout d'un balcon vitré au 3ème niveau (ou 1er étage) de la travée sud-ouest (tel qu'envisagé dès 1844 par Francesco Clerissy) (demandes du 31 mars 1863, accompagnées d'un croquis, accordées par un arrêté municipal du 13 avril suivant ; AM, 2T15-1517) (voir l'image ci-dessous).



- Croquis accompagnant la demande d'autorisation de travaux déposée 
par l'abbé Vitalin Ciais le 31 mars 1863 (AM, 2T15-1517).


Les travaux sont probablement réalisés entre le printemps et l'été 1863 (voir l'image ci-dessous). 


 - Photographe anonyme (probablement ALEO Miguel, 1824-c.1900), Nice, Les Ponchettes, printemps 1863, 
Carte de visite de 6,3x10,7 cm, Collection personnelle.
Noter l'aperçu du bâtiment arrière et, sur la façade occidentale du bâtiment principal, la présence du 6ème niveau (4éme étage) avec balcon et le ravalement en cours (échafaudages).


Une serre va être ensuite ajoutée sur la terrasse du bâtiment arrière. Elle date au plus tard de l'année 1864 car elle est visible sur une lithographie réalisée d'après un dessin de Félix Benoist présente dans le Supplément de l'ouvrage Nice et Savoie (1864) et sur une aquarelle d'Edward Lear (ici), datée précisément Nice, 4. P.M - 4. 15 - 9. January 1865 (crayon, encre sépia et aquarelle sur papier, 15,1x50,4 cm, Harvard University, Houghton Library, Ms. Typ 55-26-946).

Gravement malade, l'abbé Vitalin Ciais rédige son testament le 30 mai 1865. Il décède dans sa propriété du 9, rue des Ponchettes, le 16 juin 1865, âgé de 49 ans. 

Un inventaire de sa succession a lieu à partir du 17 juillet 1865 chez maître Charles Arnulf, notaire, au 14, rue de la Préfecture, en présence de ses héritiers potentiels ou de leurs représentants (AD, 03E 023/251 fol.148-171).

L'abbé Ciais a désigné comme sa légataire universelle, Camille Saltarini (?-?), veuve d'Antoine Casali(s), rentière, domiciliée à Nice (mais également en Italie), qui hérite notamment, le 7 août 1865, de la Maison Ciais (estimée à 180.000 fr sans les meubles)

Il semble que la veuve Casali n'apporte aucune modification aux bâtiments existants. Six mois après en avoir hérité, elle revend en janvier 1866 les terrains et bâtiments qu'elle possède aux Ponchettes, à l'hôtelier suisse Jean Edouard Hug.


VOIR LA FIN DE CET ARTICLE