4

4

samedi 8 décembre 2018

957-EMILE MESSY (VERS 1834-AVANT 1895) ET JOSEPH MESSY (1855-1910), PHOTOGRAPHES




- MESSY Émile (vers 1845-entre 1884 et 1895), Cannes, Villa Eden, recto, vers 1868 (?),
titre manuscrit "Villa Eden Cannes -",
tirage albuminé de 9,7x5,4 cm, sur carton de 10,5x6,6 cm, Collection personnelle.


- MESSY Émile (vers 1845-entre 1884 et 1895), Cannes, Villa Eden, recto, vers 1868 (?),
armoiries du gouvernement britannique suivies de
"PHOTOGRAPHIE - EMILE MESSY - 38, Rue du Port, 38,
Entrée Rue Grande, 3 - CANNES",
carton de 10,5x6,6 cm, Collection personnelle.



Emile Messy (vers 1834 -avant 1895) 


Emile Messy est un photographe français, né à Marseille et actif à Nice dès le début des années 1860. Il y est signalé en 1864, rue du Temple, coin gauche de l’avenue du Prince Impérial, maison Donati (De Carli, Conseiller du touriste à Nice et ses environs, 1864-1865 ; voir sur Gallica) puis, Au Théâtre Impérial, dans l'annuaire niçois de 1865.

Il est cité comme "photographe" au n° 5 rue Saint-Michel (résidence), lors du recensement de population de la Ville de Nice effectué en 1866, et dit âgé de 21 ans.

Les Échos de Nice des saisons d’hiver 1865-1866 et 1867-1868, publient de nombreuses publicités le concernant « Photographie - Émile Messy - à Nice - rue Paradis, 2 et rue Masséna, 13, au fond du jardin - à Cannes, rue Grande, 13 », le numéro du 7 octobre 1865 précisant l'ouverture récente de son atelier cannois. 

Dès 1865, il place en tête de ses adresses, les armoiries britanniques.

Son atelier cannois occupe ensuite le "38, rue du Port, 38 - Entrée rue Grande, 3" (1868 ?) puis "Rue Bivouac Napoléon N° 5bis" (1869-1871 ?). La date de fermeture de cette succursale reste inconnue (1871 ?).

Les annuaires niçois de 1866 à 1871 mentionnent pour leur part l'adresse du n° 2, rue Paradis (liste professionnelle et/ou liste des habitants), rue Chauvain, en 1872 (liste des habitants) puis le n° 2, rue Saint-Michel, en 1873 (liste des habitants). 

En 1871, Emile Messy cède en effet son affaire niçoise du 2, rue Paradis, à Honoré Bonnet. 

S'il disparaît dès 1874 des annuaires niçois, Émile Messy est cependant cité dans le recensement de la Ville de Nice de 1876 (âgé de 42 ans), résidant avec sa famille, et notamment son fils Joseph alors âgé de 21 ans, au 3, rue Gubernatis puis dans celui de 1881 (âgé de 47 ans), avec sa femme et cinq de ses enfants au 10, rue Gubernatis. Son nom réapparaît dans l'annuaire niçois de 1884, au 12, rue Gubernatis (résidence). 

Emile Messy quitte Nice pour Paris vers 1884-1885. Il y décède avant juillet 1895, comme précisé à cette date dans l'acte de mariage niçois de sa fille Anne avec le photographe Guillaume Victor Thiel.



- MESSY Émile (vers 1845-entre 1884 et 1895), Portrait de femme, recto, vers 1864,
"E. Messy.",
tirage albuminé de 8,7x5,3 cm sur un carton de 9,8x6 cm, Collection personnelle.



- MESSY Émile (vers 1845-entre 1884 et 1895), Portrait de femme, verso, vers 1864,
"Emile Messy - Photographe - Rue du Temple coin gauche -
de l'avenue du Prince Impérial - Maison Donati - Nice",
carton de 9,8x6 cm, Collection personnelle.


- MESSY Émile (vers 1845-entre 1884 et 1895), Portrait de deux hommes, recto, vers 1865 (?),
"E. MESSY, PHOT.",
tirage albuminé de 8,5x5,3 cm sur un carton de 10x5,3 cm, Collection personnelle.


- MESSY Émile (vers 1845-entre 1884 et 1895), Portrait de deux hommes, verso, vers 1865 (?),
"EMILE MESSY - PHOTOGRAPHE - Rue Paradis, 2. - ET - Rue Massena, 13. - AU FOND DU JARDIN - NICE",
carton de 10x5,3 cm, Collection personnelle.


- MESSY Émile (vers 1845-après 1880), Portrait de famille, recto, vers 1866-1871,
"E. Messy Phot.",
tirage albuminé de 8,7x5,4 cm sur un carton de 9,7x6,3 cm, Collection personnelle.


- MESSY Émile (vers 1845-après 1880), Portrait de famille, verso, vers 1866-1871,
armoiries du gouvernement britannique suivies de "Photographie - Emile Messy - Rue Paradis, 2. - Rue Masséna, 13. - au fond du jardin, - Nice -- 
Rue Grande, 3. - au fond du jardin -- Cannes", carton de 9,7x6,3 cm, Collection personnelle.





Joseph Messy (1855-1910) 


Joseph Antoine Edouard est le fils aîné d'Emile Messy. Il est né à Nice, le 16 décembre 1855 et s'est, par la suite, formé à la photographie auprès de son père. A l'âge adulte, il ne peut reprendre l'atelier paternel du fait que ce dernier a été cédé dès 1871.

Vers 1880, à l'âge de 25 ans, il prend cependant la succession de l'atelier niçois de Joseph Silli au n° 13, quai Saint-Jean-Baptiste (Maison du Grand Hôtel de la Paix) puis il s'installe en 1884 au n° 41, avenue de Beaulieu, Villa Ambrosetti (annuaires de 1885 à 1889) qui devient le n° 31 (annuaires de 1890 à 1900) puis le n° 51 (annuaires de 1900 à 1908). 

Certaines photographies portent au verso la mention "Photographie - Messy-Ferret - Fréjus et Saint-Raphaël". Elles révèlent que des succursales ont été ouvertes dans le Var par Joseph Messy et Louis Ferret. Ce dernier est malade dès 1877-1878 et décède en 1881, ce qui laisse penser que ces succursales datent des années 1875-1877. L'une des photos conservées est cependant datée de 1881.

Les cartons niçois de Joseph Messy portent au revers, sous les trois blasons de Russie, Suède et Bavière (du photographe Silli), "Ancienne Maison Silli - Messy Successeur - Nice", ses différentes adresses, et à partir de 1884, "Membre du Jury de l'Exposition Internationale de Nice" (cartons photos ; publicité de 1891).

Lors de la reprise de l'affaire de Joseph Silli, il imprime au recto des cartons réutilisés de son prédécesseur un timbre sec portant "Messy Fils Successeur". Les annuaires de 1883 (Collection privée Didier Gayraud) et de 1884 portent, "Messy, fils" et celui de 1885, Messy, Emile, fils" (adresse professionnelle) et " Messy, J., fils" (adresse des habitants). Dès 1886, les annuaires portent, "Messy, J.-A." (Joseph-Antoine) et dès 1896, "Messy, J.".

Au début des années 1880 (vers 1880-1884 - alors que son adresse niçoise affiche encore le 13, quai Saint-Jean-Baptiste), il ouvre une succursale à Cauterets (Hautes-Pyrénées) au 4, rue de Belfort jusque vers 1893 (un carton daté de 1892) puis avenue du Mamelon Vert (un carton daté de janvier 1894, de juillet 1898, de juillet 1908) pour la saison d'été (de juillet à septembre). 

Il semble créer également une succursale à Cannes, à la fin des années 1890 ou le tout début des années 1900, "Messy - Villa Bernard - Cannes - Bd de la Croisette".

Joseph Messy est cité avec sa femme Clémence puis leurs enfants dans les recensements successifs de la Ville de Nice, en 1881 (11, quai Saint-Jean-Baptiste), 1891 (30, avenue de Beaulieu), 1896 et 1901 (31, avenue de Beaulieu). Un employé est logé chez lui ; il s'agit de Marius Blanc, français, 33 ans, en 1891 puis de François Grosso, français, 26 ans, en 1901.

Joseph Messy conserve ses ateliers de Nice et Cauterets jusqu'en 1908, date à laquelle (malade ?) il les cède à Joseph Zanetti. 

Joseph Messy décède à Nice, au 10 rue Michel Ange, à 54 ans et 9 mois, le 26 juillet 1910.



- MESSY Joseph (1855-1910) & FERRET Louis (1840-1881), Deux frères en uniforme, vers 1881,
tirage albuminé de 9,1x5,3 sur carton de 10,5x6,1, Collection personnelle.


- MESSY Joseph (1855-1910) & FERRET Louis (1840-1881), Deux frères en uniforme, vers 1881,
"PHOTOGRAPHIE - MESSY-FERRET - FRÉJUS - ET - Saint-Raphaël",
texte manuscrit, "Louis et Emile à leur tante - Décembre 1881",
carton de 10,5x6,1, Collection personnelle.


- MESSY Joseph (1855-1910) & FERRET Louis (1840-1883), Deux frères en uniforme, vers 1881 (?),
tirage albuminé de 9,1x5,3 sur carton de 10,5x6,1, Collection personnelle.


 - MESSY Joseph (1855-1910) & FERRET Louis (1840-1881), Portrait de fillette, vers 1881 (?),
"PHOTOGRAPHIE - MESSY-FERRET - FRÉJUS - ET - Saint-Raphaël"
tirage albuminé de 9,1x5,3 sur carton de 10,5x6,1, Collection personnelle.














vendredi 7 décembre 2018

954-SILLI (1826-APRÈS 1893), CLERISSY (1827-1885) ET MOOSBRUGGER (1831-1883), PHOTOGRAPHES





- Photographie d'une caricature du photographe Silli, 1862,
extraite de l'Album "A. D. Nice 1862" (André Donis, ancien propriétaire),
album de 194 photographies sur papier albuminé
représentant des personnalités du 19e siècle et des paysages de la Riviera,
Nice, Bibliothèque du Chevalier de Cessole.





- Joseph SILLI, SILLY, SCILLY ou SILLIS (1826 -après 1893)

Joseph Silli est un photographe italien, né à Rome en 1826.

Le recensement de la Ville de Nice de 1861 le cite (seul) quai Saint-Jean-Baptiste (résidence) et le dit âgé de 35 ans.

Sa présence est signalée ensuite dans les annuaires niçois de 1862 et 1863, Derrière le Temple Vaudois puis de 1864 à 1871, au n° 9 quai Masséna.  

Le Practical Swiss Guide de 1864 (p 224) cite le photographe : "Silli, Photographer to the Prince Oscar of Sweden and Norway, 9 Quai Masséna" et le recensement de 1866 le cite (seul) au n° 6, Quai Masséna, âgé de 40 ans.

La liste des étrangers fixés dans la ville, publiée dans Les Échos de Nice du 15 septembre 1867, signale pour sa part la présence de «Silly, photographe et Mme, quai Masséna, 9, italiens» (acte de mariage non retrouvé sur Nice). 

Il semble ouvrir une succursale à Vichy en 1866, d'abord avec les cartons de Nice tamponnés du nom de Vichy au tampon humide bleu puis imprimés avec l'adresse rue de Ballore (un carton daté de janvier 1867) puis boulevard Napoléon (vers 1869-1870), boulevard rebaptisé après 1870, boulevard National.

Dans les annuaires niçois, il est cité en 1872 au quai Saint-Jean-Baptiste [Maison du Gd Hôtel de la Paix] puis, de 1873 à 1883, au même endroit avec la précision du n° 13 (mais pas dans l'ouvrage d'Alexandre Lacoste, Nice pittoresque et pratique 1876 p 374 qui affiche le n° 55), et enfin de 1884 à 1885, au n° 32 rue Gioffredo. 

Il est à nouveau nommé dans le recensement de la Ville de 1872, comme italien né à Rome, âgé de 46 ans et il réside avec son épouse "Magdeleine", âgée de 32 ans, au 42, quai Saint-Jean-Baptiste. Dans le recensement de 1876, il est âgé de 50 ans et réside, avec son épouse de 36 ans, au 8, quai Saint-Jean-Baptiste. Dans celui de 1881, il habite rue Gioffredo (au n° 165), est âgé de 55 ans et vit avec sa femme "Madeleine" (photographe ?), également, âgée alors de 41 ans.

Le verso des cartons de ses photographies affiche les adresses niçoises citées :

- dont la plus ancienne (vers 1860-1861), "Silli, Photographe - Derrière le Temple Vaudois, Nice", avec parfois "Portraits, - Vues stéréoscopes", 

- sous le blason de Suède et Norvège (vers 1862), "Silli - Photographe - De S.A.R.M. le Prince Oscar - de Suède et de Norvège - derrière le Temple Vaudois - Nice". 
Oscar (1829-1907) est prince de 1829 à 1872 puis roi de 1872 à 1905, sous le nom d'Oscar II ; cette mention date probablement de l'hiver 1861-1862 (séjour du Prince Oscar du 15 octobre 1861 au printemps 1862),

- sous le blason de Suède et Norvège (vers 1863), "Silli - Photographe - De S.A.R.M. le Prince Oscar - de Suède et de Norvège - Quai Masséna 9 - Nice" (un carton daté de 1863), 

- signature oblique à l'encre noire, "Silli" suivie de, "Nice - 9, Quai Masséna, 9."

- signature oblique à l'encre noire, "Silli" suivie de, "Nice - 9, Quai Masséna, 9. - Photographe - de S.A.R. [Mgr] le Prince Oscar - de Suède et de Norvège" (vers 1864-1866, un carton daté de janvier 1866), 

- à l'encre noire ou rouge, signature oblique, "Silli", suivie de "Nice - 9, Quai Masséna, 9 - Vichy - Rue de Ballore (vers 1866-1868, un carton daté de janvier 1867, plusieurs cartons datés de 1868 dont deux d'avril),

- sous les blasons de Suède, Russie et Bavière, à l'encre noire ou rouge, signature oblique, "Silli" suivie de "Nice - 9, Quai Masséna, 9 - Vichy - Rue de Ballore (vers 1868-1869),

- sous les blasons de Suède, Russie et Bavière, à l'encre noire ou rouge, signature oblique, "Silli" suivie de "Nice - 9, Quai Masséna, 9 - Vichy - Boulevard Napoléon (vers 1869-1870),

- sous les blasons de Suède, Russie et Bavière, à l'encre noire ou rouge, signature oblique, "Silli" suivie de "Nice - 13, quai St. Jean Baptiste - Vichy - Boulevard National (de 1871 à 1905, un carton daté de décembre 1874, un autre de novembre 1879),

Il semble que Joseph Silli ait renoncé à son affaire niçoise du 13, quai Saint-Jean-Baptiste vers 1880, la cédant à Joseph Messy mais ait conservé un atelier rue Gioffredo (vers 1883-1885) puis seulement un domicile dans la ville aux n° 37-38, avenue de la Gare (vers 1885-1887) et enfin au n° 45 (1888), faisant suivre son nom dans les annuaires de la mention, "anciennement photographe". 

Joseph Silli conserve cependant son affaire vichyssoise (cartons de photos barrant l'adresse niçoise puis ne l'affichant plus) et semble quitter Nice, vers 1888, pour Vichy où il reste actif jusqu'aux alentours de 1900.

- sous les blasons de Suède, Russie et de Bavière, à l'encre rouge ou brune, signature oblique, "Silli" suivie de "Vichy - Boulevard National " (un carton daté de 1893).

Le photographe est cité dans la « Liste générale des principaux photographes de la Société française de Photographie 1876-1910 » à Nice (Sillis) de 1877 à 1885 mais également à Vichy (Scilly puis Silly) de 1879 à 1905.

Sa date de décès reste inconnue (acte non retrouvé sur Vichy).




- SILLI Joseph (1826-après 1905), Portrait de M. Castel, recto, vers 1860-1862,
"Silli à Nice",
portrait posant devant une toile peinte représentant la plage des Ponchettes et la Colline du Château,
tirage albuminé de 9x5,8 cm sur un carton de 9,8x6,1 cm, Collection personnelle.



- SILLI Joseph (1826-après 1905), Portrait de M. Castel, verso, vers 1860-1862,
"Mr Castel, Nice",
"Silli - Photographe - derrière le Temple Vaudois - à - Nice",
carton de 9,8x6,1 cm, Collection personnelle.


- SILLI Joseph (1826-après 1905), Portrait, recto, vers 1863,
"Silli, à Nice",
tirage albuminé de 9x5,5 cm sur un carton de 10,3x6 cm, Collection personnelle.


- SILLI Joseph (1826-après 1905), Portrait, verso, vers 1863,
blason suivi de "Silli - Photographe - De S.A.R. Mgr Le Prince Oscar - de Suède et de Norvège, - Quai Masséna, 9 - Nice -- N° 120",
carton de 10,3x6 cm, Collection personnelle.


- SILLI Joseph (1826-après 1905), Portrait d'enfant, recto, vers 1865,
"Silli à Nice",
tirage albuminé de 9x5,7 cm sur carton de 10,5x6,3 cm, Collection personnelle.


- SILLI Joseph (1826-après 1905), Portrait, verso, vers 1865,
armoiries suivies de "Silli - Photographe - De S.A.R. Mgr Le Prince Oscar - de Suède et de Norvège, - Quai Masséna, 9 - Nice -- N° 3466",
carton de 10,3x6 cm, Collection personnelle.


- SILLI Joseph (1826-après 1905), Portrait d'homme, recto, vers 1880 (?),
"NICE - SILLI - VICHY",
tirage albuminé de 13,9x9,8 cm sur un carton de 16x10,5 cm, Collection personnelle.


- SILLI Joseph (1826-après 1905), Portrait d'homme, recto, vers 1880 (?),
sous les armoiries de Russie, Suède et Bavière, signature rouge oblique, "Silli" puis 
"NICE - 13, Quai t. Jean Baptiste - MAISON DU GD HÔTEL DE LA PAIX - VICHY - Boulevard National - N° 16607",
carton de 16x10,5 cm, Collection personnelle.






- Alexandre Casimir CLERISSI ou CLERISSY(1827-1885)

Alexandre Casimir Clérissi est un peintre et photographe français sur lequel je possède peu de renseignements et dont je ne connais pas de photographies. 

Il naît à Nice en 1827 mais n'est qu'une seule fois signalé comme "photographe" dans cette même ville, en 1858, "Clerissi", au n° 24, rue des Ponchettes (Bischoff, Guide des Etrangers à Nice, 1858-1859 p 67)

Il fait partie des signataires de "L'Adresse des Habitants de Nice à Sa Majesté l'Empereur" en 1860 : "Clerissy (Alexandre), peintre" (G. Nicole, Le Livre d'Or de la Savoie et de Nice, Paris, 1860 p 211).

"Clerissy" est cité dans le recensement de la Ville de Nice de 1872, comme "peintre" à nouveau, est dit français, âgé de 44 ans et résider avec sa famille (femme et fils) au 11, rue Chauvain.

Il n'est signalé par ailleurs qu'en tant que "propriétaire" dans les annuaires niçois des années 1860 à 1880. Rentier, "Alexandre Casimir Clerissy" décède à 58 ans, le 27 décembre 1885, au 9, rue Carabacel.





- Peter MOOSBRUGGER, MOOSBROGER, MOSBRUGGER ou MOOSBURG (1831-1883)


Peter Moosbrugger est un photographe bavarois (portraits et paysages) signalé à Nice (annuaires) pour les saisons d'hiver de 1863 à 1865, d'abord place Grimaldi (1863) puis au n° 7, rue du Temple, près la place Grimaldi (1864 et 1865).

Il participe en mai 1863 à l'Exposition de la Société Photographique de Marseille, "Moosbrugger (P.-F), photographe à Nice - Procédé Taupenot - Cinq épreuves paysages. - Un carton Cartes de visite" (Bulletin de l'Union des Arts, Marseille, 1863 p 101 ; cf. sur Gallica).

Le verso de ses cartons est parfois muet, avec au recto, "Moosbrugger Phot. - Nice". D'autres cartons portent les textes suivants : "P. Moosbrugger - Photographe - 7, rue du Temple, 7 - Nice" ou "P. Moosbrugger - Photographe - De - S.M. Le Roi Louis de Bavière - 7, rue du Temple, 7 - Nice" (carton daté de décembre 1864)avec au recto, "Moosbrugger"ou "P. Moosbrugger".

Il quitte Nice pour la station thermale de Meran (Tyrol, actuellement Merano, Italie) au début de l'année 1865, cédant son fonds à Léon Puget.

Ses cartons de Meran portent dès lors, au verso, le texte suivant en allemand : "Aus dem - Photographisrfien - Atelier - Peter Moosbrugger -Hof-Photograf - SM des Königs Ludwig l.v. Baiern - in Meran – vormals [auparavant à] - Nizza" ou "Peter Moosbrugger -Hof-Photograf - SM des Königs Ludwig Von Baiern - Meran – vorm. - Nizza".

Peter Moosbrugger est ensuite régulièrement signalé comme photographe à Meran, Villa Azwang in Tirol [August Moosbrugger (parent ?) est pour sa part signalé non loin de là, à Bozen (Bolzano) dès 1864].

Peter Moosbrugger meurt en 1883, âgé de 52 ans.



- MOOSBRUGGER Peter (1831-1883), Portrait d'homme, recto, vers 1862-1863,
"Moosbrugger Phot. -- Nice",
tirage albuminé de 8,5x5,5 cm sur carton de 10,2x6,1 cm, Collection personnelle.


- MOOSBRUGGER Peter (1831-1883), Portrait d'homme, verso muet, vers 1862-1863,
carton de 10,2x6,1 cm, Collection personnelle.


- MOOSBRUGGER Peter (1831-1883), Portrait d'André Noël enfant, recto, vers 1863-1864,
"Moosbrugger",
tirage albuminé de 9,1x5,8 cm sur carton de 10,4x6,2 cm, Collection personnelle.


- MOOSBRUGGER Peter (1831-1883), Portrait d'André Noël enfant, verso, vers 1863-1864,
"Armoiries de Bavière - P. Moosbrugger - Photographe - de S.M. le Roi Louis de Bavière - 7, rue du Temple, 7 - Nice",
carton de 10,4x6,2 cm, Collection personnelle.













953-SCHAMBOCHE (VERS 1828-1908), COTTALORDA (VERS 1830-?) ET PACELLI (VERS 1821-APRÈS 1884), PHOTOGRAPHES




- SCHEMBOCHE Michel (vers 1828/29-1908), Portrait, recto, vers 1863,
"SCHAMBOCHE, Phot. - NICE",
tirage albuminé de 9,1x5,3 cm sur un carton de 10,3x6,2 cm, Collection personnelle.


- SCHEMBOCHE Michel (vers 1828/29-1908), verso, vers 1863,
"SCHAMBOCHE - PHOTOGRAPHE - 5, rue Chauvain, 5. - NICE",
carton de 10,3x6,2 cm, Collection personnelle.




- Michel SCHEMBOCHE (vers 1828/29-1908) 


Michel Schemboche est un photographe d'origine polonaise qui s'est formé à Paris auprès de Nadar. On trouve parfois son nom écrit "SCHAMBOCHE", "SCHENBOCHE", "SCHIMBOCHE" ou encore "CHAMBOCHE". 

Il est tout d'abord signalé à Marseille au 17, rue Saint-Férréol en 1856 et 1857 puis au 10A, rue de la Darse en 1858 et 1859 (Indicateur marseillais) puis à Nice dès 1858 (Bischoff, Guide des Etrangers à Nice, 1858-1859 p 69), comme peintre et photographe, au n° 73, rue de France. 

De nombreuses publicités lui sont consacrées d'octobre 1859 à avril 1860 dans L'Avenir de Nice puis d'avril à juillet 1860 dans Le Messager de Nice, signalant son association avec Cottalorda : "Maison Centrale de Photographie – Schemboche et Cottalorda - Artistes de Paris - Quai Masséna, 9". 

Les deux photographes sont cités dans le recensement de la Ville de Nice en 1861 alors qu'ils résident au n° 41, Quai Masséna. Michel Schemboche y est dit âgé de 32 ans.

Leurs deux noms apparaissent ensuite dans l'annuaire niçois de 1862 au n° 9 Quai Masséna puis le nom seul de "Chamboche" dans celui de 1863 (son nom est également cité dans Le Ménestrel du 22 février 1863 p 94).

Le nom de Schemboche est ensuite associé à celui d'Alberto Pacelli au n° 5, rue Chauvain dans les annuaires niçois de 1864 et 1865. Le verso de certaines photos précise également leurs deux noms et cette même adresse. 

En 1865, Michel Schemboche cède son affaire à Alberto Pacelli et quitte Nice pour reprendre, à Turin (capitale de l'Italie de 1861 à 1865), l'atelier du français Edouard Jolivot situé, 6, Place St. Charles, avant de déménager, en 1874, au 25, Piazza Castello puis au n° 23 (dès les années 1890 ?). 

Le dos de ses cartons est, au départ, rédigé en français. Son prénom n'apparaît d'ailleurs sur aucun de ses documents et l'attribution de son prénom "Michele" vient de sa carrière italienne.

Il ouvre ensuite des succursales :
- à Florence (capitale de l'Italie de 1865 à 1870) : 17, Vigna Nuova, au plus tard en 1867 puis, vers 1870-1871, au 38, Borgognissanti,
- à Rome (capitale de l'Italie dès 1870) : 20, Via Gregoriana, vers 1870 puis, vers 1880-1881, au 54, Via Della Mercede (et par la suite également Via Due Macelli), 
-Trévise (avant 1876),
- et Paris : au n° 12, étude Delaporte au début des années 1870 (?) puis dès avril 1879, au n° 28, avenue des Champs-Elysées (Archives commerciales de la France, journal hebdomadaire du 10 avril 1879 et bail complémentaire du 12 juillet 1879, Archives Nationales p 316). 

Il affiche également sur ses cartons-photos des années 1870, le nom de ses correspondants : MM. Luckardt à Vienne, W. Damry à Liège et Nadar à Paris.

Il obtient en 1868, de la part de Vittorio Emanuele II (premier Roi d'Italie, de 1861 à 1878), une médaille d'or pour un album de portraits des membres du Parlement italien. "Michel Schemboche de Pologne" participe d'ailleurs, le 27 juin 1869, en présence du roi, à un vol en ballon du français Eugène Godard, de Florence à Bagno a Ripoli (cf. Marcello Vannucci, L'Avventura degli stranieri in Toscana, 1981 p 86).

En 1871, il obtient une médaille d'argent (probablement à Milan, à l'Exposition de septembre 1871).

Ses médailles sont citées au verso de ses cartons-photos, avec sur une face de la médaille d'or, "A Michele Valente Cultore Dell' Arte Fotografica 1868", et sur l'autre face, "Vittorio Emmanuele II Re d'Italia", et sur une face de la médaille d'argent, "Progresso Delle Art Dell'Industria E Del Commercio - Il Cons Prou Decretava MCCCXL", et sur l'autre face, "Michele Scheboche 1871". 

En 1873, il reçoit une mention honorable à l'Exposition Universelle de Vienne (Atti ufficiali della Esposizione Universale di Vienna del 1873, Catalogo Generale, p 132). En 1890, il participe à l'Exposition des Arts et de l'Industrie de Rome. 

Au-delà des familles impériales et royales françaises (Napoléon III et le Prince Impérial), russes et italiennes, Michele Schemboche réalise de nombreux portraits de personnages célèbres et de membres de la noblesse italienne ; il travaille notamment pour le Duc d'Aoste (portraits et album du bal costumé de 1870 ; voir la thèse de Marianna Zannoni, notamment p 104).

Il est également l'auteur d'un grand album photographique (vers ou après 1874) diffusant les plans et dessins d'un projet d'aménagement de la Ville de Turin, intitulé, "Progetto di via Portici fra Piazza Castello e Corso San Maurizio in Turino" (Collection privée).

Il est cité comme membre de la Société Française de Photographie (Toulouse) de 1876 à 1896 (Trévise et Florence dès 1876 puis Turin dès 1880).

Il s'associe à Baldi ("Reale Fotografia") dès les années 1890 (mentions dans des journaux de 1896, 1902 et 1907). Il participe à l'Exposition Nationale de Turin de 1898. En 1906, il cède son atelier turinois à Giovanni Alifredi.

 Le "Photographe de S.M . le Roi d’Italie [depuis 1868 ou vers 1865-1868 ?] et de son A.R. la Duchesse de Gênes [depuis le milieu ou la fin des années 1870]" meurt en 1908. 



- SCHEMBOCHE Michel (vers 1828/29-1908) et PACELLI Alberto (1821-après 1884), Portrait, recto, vers 1864,
"Schemboche et Pacelli - (Photographes ?) 5, rue Chauvain" - (Nice ?),
tirage albuminé de 9,5x5,7 cm sur un carton de 9,9x6 cm, Collection personnelle.


- SCHEMBOCHE Michel (vers 1828/28-1908) et PACELLI Alberto (1821-après 1884), Portrait, verso, vers 1864,
"SCHEMBOCHE & PACELLI - Photographes - 5, rue Chauvain, 5. - NICE",
carton de 9,9x6 cm, Collection personnelle.


- SCHEMBOCHE Michel (vers 1828/29-1908), Portrait d'homme, recto, vers 1865-1867 (?),
"SCHAMBOCHE, Phot.",
tirage albuminé de 9,2x5,7 cm sur un carton de 10,5x6,3 cm, Collection personnelle.


- SCHEMBOCHE Michel (vers 1828/29-1908), Portrait d'homme, recto, vers 1865-1867 (?),
monogramme couronné "SM", suivi de "SCHEMBOCHE - PHOTOGRAPHE - 6, Place St-Charles, 6. - TURIN",
carton de 10,5x6,3 cm, Collection personnelle.


- SCHEMBOCHE Michele (vers 1828/29-1908), Portrait de famille, recto, vers 1874-1880,
Portrait SCHEMBOCHE - 38. BORGOGNISSANTI FLORENCE - 
médaillesde 1868 et de 1871 et armoiries de l'Italie - 25, PLACE CHÂTEAU, TURIN - 
Album - PHOTOGRAPHE DE S.M. - 20, RUE GREGORIANA ROME",
tirage albuminé de 12,8x9,7 cm sur carton de 16,4x10,3 cm, Collection personnelle.


- SCHEMBOCHE Michele (vers 1828/29-1908), Portrait de famille, verso, vers 1874-1880,
armoiries de l'Italie et médailles de 1868 et de 1871- Médaille d'or - Médaille d'Argent- 
SCHEMBOCHE - PHOTOGRAPHE - DE S.M. LE ROI D'ITALIE -
25, PLACE CHÂTEAU - TURIN - 
38. BORGOGNISSANTI - FLORENCE - 
20, RUE GREGORIANA - ROME",
Correspondants - MM. Luckhardt à Vienne - W. Damry à Liège - Nadar à Paris,
carton de 16,4x10,3 cm, Collection personnelle.


- Photographie publiée dans les journaux italiens à la mort de Michele Schemboche en 1908,
Collection privée.





Charles COTTALORDA ou CATTALORDA  (vers 1838 - ?)

Charles Cottalorda est un photographe sur lequel je possède peu de renseignements. Il est seulement signalé avec Michel Schemboche dans de nombreuses publicités de la saison 1859-1860 (L'Avenir de Niceoctobre 1859 à avril 1860  puis Le Messager de Nice, avril-juillet 1860), "Maison Centrale de Photographie - Schemboche et Cottalorda - Artistes de Paris - Quai Masséna, 9" puis dans l'annuaire niçois de l'année 1862, à nouveau quai Masséna mais sans indication de numéro.

Les deux photographes sont cités dans le recensement de la Ville de Nice en 1861 alors qu'ils résident au n° 41, Quai Masséna. Charles Cottalorda y est dit âgé de 23 ans.

Il fait partie des signataires de "l'Adresse des Français domiciliés à Nice à Sa Majesté l'Empereur" en 1860 : "Cottalorda, photographe" (G. Nicole, Le Livre d'Or de la Savoie et de Nice, Paris, 1860 p 219).

Il est notamment l'auteur d'un album de photographies de vues de Hyères à Venise datant des années 1860 (Album de la Famille Odart de Parigny, vendu aux enchères en 2016 ; cf. Catalogue Gazette Drouot, septembre 2016, n° 24).



- Publicité parue dans L'Avenir de Nice du 22 mars 1860, p 4,
Archives Départementales des Alpes-Maritimes, archives en ligne.





- Albert(o) PACELLI (vers 1818/21- après 1884) 



Albert Pacelli est un photographe italien. Alexandre Herzen, de retour à Nice en 1867 nous apprend, dans une lettre d'août, qu'il a retrouvé "parmi les ruines de [18]51 et [18]52 (...) - Pacelli - photographe" (Emmanuel Desurvire, Charles Edmond Chojecki, 2011, T II pp 195-96).

Alberto Pacelli n'est en fait signalé dans les annuaires et guides de Nice qu'à partir de 1858 (Bischoff, Guide des Etrangers à Nice, 1858-1859 p 69) et non pas comme photographe mais comme "professeur de langue française", au n° 5, rue des Hôtels. 

Il est nommé en 1861 dans le recensement de la Ville de Nice, comme "peintre", âgé de 43 ans et résidant rue Longchamp Inférieur. 

Il dépose une demande d'enseigne au 5, rue Chauvain en 1864 et apparaît désormais officiellement comme "photographe" à cette adresse (De Carli, Conseiller du touriste à Nice et ses environs, 1864-1865) en tant qu'associé de Michel Schemboche (annuaires niçois de 1864 et 1865 et verso de certaines photos) puis comme son successeur (Dr Lubanski, Guide aux stations d'hiver du littoral méditerranéen, 1865) et reste à cette adresse jusqu'en 1870 (annuaires niçois). 



- SCHEMBOCHE Michele (vers 1828/29-1908) et PACELLI Albert (vers 1821-après 1884), Portrait, recto, vers 1864,
"Schemboche et Pacelli - (Photographes ?) 5, rue Chauvain" - (Nice ?),
tirage albuminé de 9,5x5,7 cm sur un carton de 9,9x6 cm, Collection personnelle.



- SCHEMBOCHE Michele (vers 1828-1908) et PACELLI Albert (vers 1821-après 1884), Portrait, verso, vers 1864,
"SCHEMBOCHE & PACELLI - Photographes - 5, rue Chauvain, 5. - NICE",
carton de 9,9x6 cm, Collection personnelle.


- Dr Lubanski, Guide aux stations d'hiver du littoral méditerranéen, 1865,
publicité pour Pacelli, page XXII,
ouvrage en ligne des Archives Départementales des Alpes-Maritimes.



Il est cité comme "photographe" rue Chauvain (résidant au n° 3), lors du recensement de population de la Ville de Nice effectué en 1866 et dit âgé de 45 ans. Il est l'un des membres du Congrès scientifique de France lors de la session de Nice, en décembre 1866. 

Le verso de ses photographies indique son nom (A. Pacelli) suivi de la mention, "Successeur de Schemboche & Pacelli" (vers 1866) puis dépourvu de cette mention et parfois précédé du monogramme (AP) ; à l'adresse citée, il précise parfois l'existence de terrasses de pose au nord et au 1er étage (carton daté de novembre 1870).

Il cède son affaire fin 1870 à Eugène Guigoni. Il est encore signalé au 5, rue Chauvain en 1872 (annuaire) puis au 2, rue Chauvain en 1873 (annuaire) mais comme professeur à nouveau. Alberto Pacelly (avec un "y") est signalé une dernière fois dans l'annuaire niçois de 1884, au n° 7, rue Longchamp.



 - PACELLI Alberto (vers 1821- après 1884), Portrait, vers 1865,
"A. Pacelli Phot. - Rue Chauvain, 5",
tirage albuminé de 9,4x5,6 cm sur un carton de 10,3x6,2 cm, Collection personnelle.


 - PACELLI Albert (vers 1821-après 1884), Portrait, verso, vers 1865,
"A. PACELLI - PHOTOGRAPHE - Sr de Schemboche & Pacelli -
 5, Rue Chauvain, 5 - au 1er Etage - NICE",
carton de 10,3x6,2 cm, Collection personnelle.


- PACELLI Albert (vers 1821-après 1884), Portrait, vers 1866-1869,
"A. PACELLI, Phot",
tirage albuminé de 9,3x5,6 cm sur un carton de 10,5x6,4 cm, Collection personnelle.


- PACELLI Albert (vers 1821-après 1884), Portrait, verso, vers 1866-1869,
 "A. PACELLI - PHOTOGRAPHE - 5, Rue Chauvain, 5 - Au 1er étage - NICE",
carton de 10,5x6,4 cm, Collection personnelle.


 - PACELLI Albert (vers 1821-après 1884), Cours du Paillon, Colline de Cimiez, Carabacel, vers 1866-1869,
tirage albuminé de 10,1x6,4 cm sur un carton de 10,5x6,8 cm, Collection personnelle.


- PACELLI Albert (vers 1821-après 1884), Cours du Paillon, Colline de Cimiez, Carabacel, vers 1866-1869,
 "A. PACELLI - PHOTOGRAPHE - PORTRAITS & VUES - 5, Rue Chauvain, 5 - Au 1er étage - NICE",
carton de 10,5x6,8 cm, Collection personnelle.














jeudi 6 décembre 2018

952-LOUIS CRETTE (VERS 1823-1872), PHOTOGRAPHE





- CRETTE Louis (vers 1823-1872), Sans titre [La Baie des Anges], recto, vers 1861-1863,
tirage albuminé de 9,6x5,9 cm sur un carton de 10,3x6,9 cm, Collection personnelle.



- CRETTE Luigi (vers 1823-1872), Sans titre [La Baie des Anges], verso, vers 1861-1863,
armoiries de France et d'Italie suivies de "L. CRETTE - PHOTOGRAPHE -
DE LL. M.M. - L'EMPEREUR DES FRANCAIS - ET - LE ROI D'ITALIE",
 carton de 10,3x6,9 cm, Collection personnelle.




- Louis CRETTE ou CRETE  (vers 1823-1872)


Louis Crette est né à Paris. Il semble se former à la photographie auprès de Gustave Le Gray, dès le début des années 1850. Il expose notamment à Londres en 1852 (liste des participants) et à Bruxelles (Mention honorable) en 1857 où il est cette fois signalé venant de Nice (Bulletin de la Société française de photographie, 1857, T3 p 365 et Photographic Notes, 1858). 


Crette est, dès le 19 juin 1858, qualifié de "Photographe du Roi de Sardaigne" (Paolo Venturi, Dal disegno alla fotografia : l'Armeria Reale (di Torino) illustrata, U. Allemandi, 2003 p 247 ; L'Illustration du 27 août 1859). Il est signalé par Bischoff, dans son, Guide des Étrangers à Nice, 1858-1859 (1858 p 67), au n°5, chemin Saint-Etienne.


La Gazette des Beaux-Arts de 1860 (t. 5, vol. 1, p 88) précise qu'il y a, à Nice, dans la Maison du libraire et collectionneur Visconti, "une galerie complète des gloires vivantes de l'Italie : les portraits de Cavour, de Garibaldi, d'Azeglio, etc., par l'excellent photographe Crette".


Au-delà des portraits, Louis Crette réalise également des vues de paysages.


Il est cité dans le recensement de la Ville de Nice de 1861 comme "Louis Crete, photographe", résidant au 34, rue Longchamp Supérieur et dit âgé de 38 ans (comme sa femme Adèle).


Son adresse niçoise devient ensuite n° 5, rue Saint-Etienne, dans une publicité de 1861 précisant la vente de son Album de Nice à la librairie Charles Jougla (Mazon, Guide de l'étranger, 1861). 


Il apparaît à cette même adresse dans les annuaires niçois de 1862, 1863, 1864 et 1865, avec pour ces deux dernières années, la mention "Photographe de L.L. M.M. L'Empereur [des Français] Napoléon III et le Roi [d'Italie] Victor Emmanuel II". 


En 1865, cédant probablement son affaire à Charles Nègre, il quitte Nice pour Turin où il reprend l'atelier de Balbiano d'Aramengo, via Po 39. Les Archives de Turin conservent le projet d'enseigne que Louis Crette dépose pour son atelier, à cette adresse, le 25 septembre 1865 (Archivio Storico della città di Torino).


Il cesse cependant son activité deux ans plus tard, cédant à son tour l'atelier à Greborio en 1867. Luigi Crette meurt en 1872, à 49 ans.


Dix photographies de Louis Crette sont conservées aux Archives Départementales des Alpes-Maritimes.


Il semble qu'il y ait eu à Turin, issu d'une famille de lithographe, un artiste contemporain portant les mêmes nom et prénom, ce qui perturbe les recherches et entretient l’ambiguïté.




- CRETTE Louis (vers 1823-1872), Portrait de George Casey, vers 1861-1862,
tirage albuminé de 8,6x5,3 cm sur un carton de 10,4x6,5 cm, Collection personnelle.
Il est possible que George Casey soit le père du naturaliste anglais George Edward Comerford Casey (1845-1912),
 auteur d'un ouvrage sur la flore et la faune de la Riviera, "Riviera Nature Notes" paru en 1903.


- CRETTE Louis (vers 1823-1872), Portrait de George Casey, verso, vers 1861-1862,
blason de  Maison de Savoie suivi de "L. CRETTE - PHOTOGRAPHE - DE S.M. LE ROI DE SARDAIGNE",
inscriptions manuscrites, "George Casey - May 21st 1862",
 carton de 10,4x6,5 cm, Collection personnelle.


- CRETTE Louis (vers 1823-1872), Portrait de jeune garçon, vers 1862-1865,
tirage albuminé de 9,6x5,9 cm sur un carton recoupé de 10x6,3 cm, Collection personnelle.


- CRETTE Louis (vers 1823-1872), Portrait de jeune garçon, verso, vers 1862-1865,
 "L. CRETTE - PHOTOGRAPHE - DE L.M. - L'EMPEREUR NAPOLEON III - ET - LE ROI  VICTOR EMMANUEL II",
 carton recoupé de 10x6,3 cm, Collection personnelle.