4

4

lundi 10 décembre 2018

956-NÈGRE (1820-1880), NEUBAUER (?-?) ET PUGET (1832-?), PHOTOGRAPHES




- NÈGRE Charles (1820-1880), Nice, vue générale depuis la colline du Château, vers 1870,
plaque de verre au collodion,18x24 cm, Archives Départementales des Alpes-Maritimes (cote 08FI004).




- Charles NÈGRE (1820-1880)


Charles Nègre est un peintre et photographe français, né à Grasse (Alpes-Maritimes) le 9 mai 1820. Il est actif comme photographe, à Paris, dès 1844 et étudie et développe la technique de l'héliogravure dès les années 1850. 

Il possède une adresse sur Nice, rue Chauvain, maison Ferret, dès 1861 et participe la même année à l'Exposition des Beaux-Arts de Nice (de décembre 1861 à mars 1862).

Il signe un contrat de professeur de dessin au lycée de Nice en juillet 1863 (G. Doublet, Le Lycée de Nice 1860-1910, c.1913 p 210, poste qu'il conservera jusqu'à sa mort).

Il est cité comme "photographe" au n° 6, rue Saint-Etienne lors du recensement de population de la Ville de Nice en 1866 mais dit âgé de 41 ans (il a en fait 46 ans !). Son assistant, Félix Busino, alors âgé de 18 ans, est cité à la même adresse.

Charles Nègre participe au Congrès scientifique de Nice de 1866 par le biais d'un nouveau mémoire sur l'héliogravure.

Il est régulièrement nommé dans les annuaires de 1864 à 1879, encore au n° 3, rue Chauvain (1864 et 1865) puis au n° 5, rue Saint-Etienne ainsi qu'au n° 13, rue du Pont-Neuf de 1866 à 1879 (même si les deux adresses ne sont pas toujours citées ensemble chacune de ces années-là). 

Très actif à Nice dans les années 1860 en tant que paysagiste et portraitiste, il semble restreindre sa production dans les années 1870 puis cesser toute activité du fait de ses problèmes de santé qui s'aggravent dans la seconde moitié de la décennie. Il n'est plus cité, dans les annuaires, que comme "peintre" et "professeur". Dans le recensement de la Ville de Nice de 1876, il apparaît comme "peintre" au 4, rue du Pont-Neuf". Il meurt à Grasse, le 16 janvier 1880.

Pour en savoir plus, voir l'article de Jean-Paul Potron, "Charles Nègre et les Alpes-Maritimes : regards d'un pionnier de la photographie sur sa terre natale" (Nice Historique, octobre-décembre 2010, pp 334-377).

De nombreuses photographies de Charles Nègre sont conservées à Nice et notamment de très nombreuses plaques de verre aux Archives Départementales des Alpes-Maritimes. 





- Ernest ou Ernst NEUBAUER (?-?)


Ce peintre et photographe est signalé dans les les Etats allemands, à Francfort et Würzburg, dès 1857, associé à Wachendorff (Würzburger Anzeiger, septembre-décembre 1857).



- Publicité parue dans les numéros du Würzburger Anzeiger de septembre à décembre 1857.




A Nice, la seule mention de ce peintre et photographe allemand, absent des annuaires, se trouve dans l'ouvrage d'Emile Négrin (1833-1878), Les Promenades de Nice (écrit fin 1862 ou début 1863 et publié en 1863 pour la première édition) où une publicité signale (p 323) : "Photographe : Mr Neubauer, de Francfort, vient de s'établir à Nice : Rue St-Etienne, n° 5". 

Les cartons du photographe précisent qu'il est le photographe de sa majesté le Roi de Würtemberg et qu'il travaille à Würzburg, alternant selon les saisons de cure entre Kissingen et Nice (cartons photos blancs puis jaunes) : "Armoiries du Würtemberg - Neubauer - Photograph S Maj. Des Königs - Von Würtemberg - Kissingen Nizza - Würzburg".


- NEUBAUER Ernest (?-?), Portrait de femme, recto, vers 1862-1864 (?),
tirage albuminé (recoupé) de 6x9,4 cm sur carton de 6,3x9,5 cm, Collection personnelle.


- NEUBAUER Ernest (?-?), Portrait de femme, verso, vers 1862-1864 (?),
inscriptions, après les armoiries du Würtemberg, 
"Neubauer - Photograph s. Maj. des Konigs - von Würtemberg - Kissingen Nizza - Würzburg",
 carton de 6,3x9,5 cm, Collection personnelle.




Un article du Journal de Bavière, cite en mai 1863 le photographe "Ernst Neubauer" (Bayerische Zeitung, 10 mai 1863 p 1003).

En 1864, il réalise une photographie de l'Impératrice d'Autriche à Kissingen (Elisabeth de Wittelsbach dite Sissi, Impératrice de 1854 à 1898) (voir, Laibacher Zeitung, 23 juin 1864 p 563 et Bayerische Kurier, 8 octobre 1864 p 1988).

En 1868, il s'associe à Paris avec François Touranchet, au n° 17, rue de la Paix : "M. François Touranchet, photographe, demeurant à Paris, rue de la Paix, 17 et M. Ernest Neubauer, artiste peintre, demeurant à Paris, avenue de Clichy, n° 65, ont formé entre eux une société en nom collectif, pour l'exploitation en commun du fonds ou atelier photographique qu'ils ont acquis de M. Adolphe Berdoy, et qu'ils font valoir depuis le premier juillet mil huit cent soixante-huit, à Paris, dans une maison sise rue de la Paix, 17" (Gazette Nationale ou Le Moniteur universel, 14 novembre 1868 p 4).

Les revers de ses cartons (un carton daté de 1867 (?) ; Bibliographie de la France, t XIV, 1870, n° 511 ; un carton daté d'e décembre 1871) porte désormais le texte suivant, le plus souvent sous les armoiries de l'Autriche et du Würtemberg : "Touranchet & Neubauer - Photographes de LL. MM. L'Impératrice d'Autriche - & du Roi du Würtemberg - 17, rue de la Paix, 17 - Paris".

En définitive, je sais très peu de choses de ce photographe primitif allemand. Je ne connais pas sa date de naissance (vers 1830 ?) ni la date de son début de carrière à Francfort (vers 1855 ?) puis Würzburg et Kissingen. Je ne sais pas combien de temps a duré son association avec Wachendorff ni à quelle date il a renoncé à son atelier de Francfort (vers 1864 ?). Je ne sais pas quand ont débuté ses saisons à Nice (1862 ?) ni combien de temps elles ont duré (vers 1862-1865 ou vers 1862-1867 ?).

Après quelques années, l'association avec Touranchet à Paris s'arrête en 1872, François Touranchet continuant seul à la même adresse de 1873 à 1907 (Annuaire-Almanach du Commerce... de Paris), obtenant une médaille d'or aux Expositions françaises de Tunis en 1887 et 1889. Je ne connais pas la date de décès d'Ernest Neubauer.

Dans les années 1890, un photographe nommé "E. Neubauer" est cité à Teterow en Allemagne du nord-est dans le Mecklenbourg (Poméranie Occidentale) mais il n'est pas certain qu'il s'agisse de la même personne.


- TOURANCHET François & NEUBAUER Ernest (?-?), Portrait de femme, recto, vers 1868-1872,
"TOURANCHET & NEUBAUER, PHOT. - 17, Rue de la Paix",
tirage albuminé de 5,5x8,9 cm sur carton de 6,3x10,5 cm, Collection personnelle.


- TOURANCHET François (c.1860-c.1900) & NEUBAUER Ernest (?-?), Portrait de femme, verso, vers 1868-1872,
inscriptions, après les armoiries d'Autriche et du Würtemberg, 
"TOURANCHET & NEUBAUER - PHOTOGRAPHES - DE LL MM. L’IMPÉRATRICE D'AUTRICHE 
- & DU ROI DE WURTEMBERG - 17, Rue de la Paix, 17 - PARIS.",
 carton de 6,3x10,5 cm, Collection personnelle.





- Pierre Léon PUGET ou POUGET (1832 - ?) et Caroline PUGET (1837- ?) 



Pierre Léon Pouget est né à Bergerac (Dordogne), le 16 décembre 1832. Veuf, il se remarie à Nice, en octobre 1864, en tant que "photographe", avec Marie Caroline Béquet, sans profession, née à Guingamp (Côtes-du-Nord) le 3 octobre 1837.

Le photographe est signalé ensuite dans les annuaires niçois de 1864 à 1867, au n° 28, boulevard du Pont-Neuf (également dans, De Carli, Conseiller du touriste à Nice et ses environs, 1864-1865 p 84 - voir sur Gallica). 

Les Échos de Nice signalent cependant le 7 octobre 1865, "Puget et Madame, photographe, rue du Temple, 7 - français", expliquant dans le même numéro que, "M. Puget, un de nos photographes avantageusement connus, vient de transférer son atelier, rue du Temple, 7, en face du consulat de Russie. Cet établissement fondé par M. Moosbroger, et depuis abandonné par ce dernier, ne pouvait tomber en de meilleures mains"

De nombreuses publicités sont d'ailleurs publiées toute la saison d'hiver 1865-1866, avec l'une ou l'autre adresse, "Photographie - Puget - boulevard du Pont-Neuf, 28" et "Photographie - Puget, successeur de Moosburg, rue du Temple, 7, en face le consulat de Russie". Cela peut s'expliquer par le fait qu'il possède alors ces deux adresses, les annuaires ne citant que la première.

Il est cité sous le nom de "Pouget Léon", 34 ans, dans le (seul) recensement de la Ville de Nice de 1866, résidant avec son épouse Caroline, au 12, boulevard du Pont-Neuf.

Alors que le verso de certains cartons-photos est muet, le recto  porte, "L. Puget -- Nice" ou "L. Puget. Bard du Pont-Neuf, 28 - - Nice".

L'Indicateur des Alpes-Maritimes et de la Principauté de Monaco (par Léon Afferous) de 1869, signale : "Puget L. (internationale), reproductions de peintures à l'huile, aquarelles, et restauration de tableaux, quai St. Jean-Baptiste, 3". Les annuaires de 1870 à 1875 confirment cette même adresse mais ceux de 1873 à 1875 font apparaître le seul prénom de son épouse, Caroline (annuaire de 1876 absent). Le nom de Léon Puget étant absent des avis de décès de cette période, il est possible que le mari et la femme officient chacun à une adresse (boulevard du Pont-Neuf et quai St. Jean-Baptiste), sans que la seconde n'apparaisse.

Les cartons-photos de cette période portent au verso, "L. Puget - Peintre, Chimiste, Photographe - Quai St-Jean-Baptiste N°3 - À Nice".

La trace de ces photographes disparaît après 1875.


- PUGET Léon (1832-?), Portrait d'homme, vers 1864-1870 (?),
tirage albuminé de 8,7x5,8 cm, sur carton de 10,4x6,3 cm, 
dos muet, Collection personnelle.