4

4

mercredi 27 juin 2018

884-APPEL À CONTRIBUTION ! LES TRANSPARENTS DE CARMONTELLE ET LEUR ÉCHO DANS LES PRATIQUES CONTEMPORAINES-1







Chers collègues professeurs d'Arts plastiques enseignant en option facultative de Terminale, permettez-moi de faire appel à vous pour un travail collaboratif concernant la question de "la mise en scène de l'image chez Carmontelle (transparents) comme prémices de l'installation".

Je livre ci-dessous, d'une part une liste de mots-clés concernant les transparents de Carmontelle (constituants plastiques, notions, thèmes) et d'autre part une liste de mots-clés tirés du Bulletin Officiel.

J'ai déjà une proposition de noms d'artistes contemporains dont la mise en scène de l'image possède des points de comparaison intéressants avec celle de Carmontelle mais je souhaiterais votre aide pour sortir de mes artistes habituels.

J'aimerais savoir également comment vous considérez la question. 

Carmontelle ne joue pas sur la projection d'images ni sur les ombres portées mais considérez-vous que le côté "lanterne magique" pris au sens large permet d'évoquer certaines œuvres de Christian Boltanski, de Tim Noble et Sue Webster ou de Bill Viola ? 

Considérez-vous, de même, que la participation directe de Carmontelle dans un spectacle d'art total permet d'évoquer Alexander Calder et son "Cirque" ?

P.S. : si vous répondez oui à tout, alors on a vraiment du boulot !

Merci de m'envoyer votre contribution par mail à patin.camus@gmail.com. Merci d'avance.



Mots-clés de Carmontelle
Mots-clés du Bulletin Officiel


Dispositif
Présentation, caractères nomade et éphémère de la monstration, modalités techniques et dispositif, organisation de l’espace


Dessin/Peinture
L’image
Transparence du support
(papier/toile/verre)
Support, nature, matériau et format des œuvres
Lumière/naturelle/artificielle

Obscurité

Fenêtre

Jeu optique/illusion

Boîte à images
Mise en scène de l’image
Défilement/mouvement
Mise en mouvement de l’image
Rouleaux/Film

Paysage/Panorama

Jardin/Architecture/Sculpture

Société contemporaine

Son/voix/musique
Sens sollicités du spectateur
Art total

Public restreint
Immersion et implication du spectateur




Voici quelques pistes personnelles pour démarrer l'échange. Je vais creuser sur :

le Piano optophonique (1920-1923) de Vladimir Baranoff-Rossiné (projection de disques peints sur verre),
le Modulateur Espace-Lumière (1922-1930) de Làszlo Moholy-Nagy,
le Cirque (1926-1931) d'Alexander Calder (l'artiste en spectacle total), 
la Poupée (panorama rotatif au peep-show) de Hans Bellmer (1933-1936),
les disques optiques de Marcel Duchamp (Rotoreliefs, 1935) [sa fenêtre (Fresh Widow, 1920) et son diorama (Etant donnés...,1946-1966)],
les jeux optiques et boîtes magiques de Joseph Cornell (années 1936-1950),
les projections sonorisées de diapositives d'Allan Kaprow (fin des années 1950 et années 1960), 
les installations-vidéo de Fluxus (Fluxfilms) (années 1960), 
les téléviseurs et vidéos de Nam June Paik (années 1960-1990) 
les néons de Bruce Nauman (années 1965-1985), 
les caissons lumineux de Jeff Wall (paysages, panoramas) (dès les années 1970), 
les négatifs et vidéos de Tom Drahos (années 1970-1990),
les installations (Théâtres d'ombres, Monuments, Reliquaires) de Christian Boltanski (années 1980-2010),
les jeux optiques d'Olafur Eliasson (années 1990-2010),
les théâtres optiques de Pierrick Sorin (depuis 1995),
les jeux optiques de Leandro Erlich (années 2000-2010), 
les néons, téléviseurs et boîtiers lumineux de Pascale-Marthine Tayou (années 2000-2010), 
les faux vitraux de Wim Delvoye (2001),
les installations multimédia d'Ai Weiwei (vidéos sur les paysages urbains de Pékin, 2003-2005) et ses dioramas de S.A.C.R.E.D. (2011-2013),
les faux vitraux de Portia Munson (2012),
...
On peut évoquer également les installations de Claude Lévêque, Tony Oursler, Shilpa Gupta (théâtres d'ombres), Hugues Reip, les créations numériques de Miguel Chevalier, de Team Lab...

Pierre Garel, professeur au lycée Saint-Exupéry de Ouagadougou (Burkina Faso), a eu la gentillesse de me signaler les sérigraphies transférées sur plexiglas de Robert Rauschenberg (Revolver series, 1967 ; Soundings, 1968...), dans des installations lumineuses et sonores.

Sébastien Lemale, professeur au lycée Grandmont de Tours (fidèle rédacteur du blog), attire mon attention sur l'Exposition "Dioramas" qui a eu lieu l'été dernier au Palais de Tokyo, notamment sur les dioramas de Daguerre (1820-1850), ceux de Jean-Paul Favand (Naguère Daguerre, 2012-2017), ceux d'Anselm Kiefer (Family Pictures, 2013-2017) ou de Tatiana Trouvé (Sans titre, 2017),

Séverine Braud, professeur au lycée Montaigne de Bordeaux, évoque de nombreuses références et notamment la Tapisserie de Bayeux (panoramique, narration), Chardin (par rapport à ses portraits de profils où souvent les personnages sont absorbés dans une activité dépeignant aussi la société), les jeux optiques du XIX° siècle (animage.org), les jeux d'ombres de Colette Hyvrard (série des Chimères de 1994) et de Tim Noble & Sue Webster.

Yann Hervé, professeur au lycée André Malraux de Biarritz, évoque plusieurs panoramas dont celui de Hendrick Willem Mesdag de 1880-81 à La Haye, ceux du russe Pavel Yakolovitch Piasecki (fin XIX° siècle) parfois très proches des transparents de Carmontelle et ceux de Claude Monet à l'Orangerie (Nymphéas, 1914-18). Il évoque également des références plus contemporaines, comme l'installation vidéo interactive de Jeffrey Shaw, The Legible City, 1989-91, la vidéo de David Rokeby, Machine for Taking Time, 2016, les oeuvres de Pascal Convert, Native Drawings, 1997-98 et A Bâmyân, 2016-17...

Cyril Blancy, professeur au lycée Corot de Savigny-sur-Orge (91), signale les boîtes d'optique, notamment celle de Gainsborough avec huile sur verre, celle d'Engelbrecht, le théâtre de Séraphin, la Fantasmagorie de Robertson, les boîtes de Man Ray (Voyeur, 1965, Peeping Tom, 1975), les installations filmiques de Robert Whitman (Window, 1963, Shower, 1964).

Merci également à Corinne Bourdenet Vicaire, professeur au lycée de la Communication de Metz d'avoir repéré les œuvres d'Eva Jospin en relation aux transparents et panoramas, Sans titre et Panorama, 2015, et à Elisabeth Marcy d'avoir signalé la vidéo panoramique de Lisa Reihana, Emissaries, In Pursuit of Venus (infected), 2015-2017.

Et vous, que proposez-vous ?


Comment les artistes des XX° et XXI° siècles se sont-ils emparés des questions de l'image en mouvement, de la transparence et de la lumière ? Ont-ils conservé la magie des jeux optiques anciens alors que l'image figurative a bien souvent cédé la place à l'abstraction ou à l'objet réel ? Ont-ils conservé l'emploi du caisson lumineux ?



VOIR LES ARTICLES DE CE BLOG :
Paysage et panorama dans l'art des XX° et XXI° siècles


VOIR L'ARTICLE EN LIGNE DE CAROLINE CHIK,
REVUE D'ART CONTEMPORAIN, MARGES, 2007