4

4

samedi 9 janvier 2016

435-LE CIMETIÈRE DU CHÂTEAU DE LA VILLE DE NICE-PROJET PÉDAGOGIQUE-14




- Cimetière du Château (Plateau Gambetta) : coucher de soleil sur la baie, le 24 décembre 2015.



À PROPOS DE QUELQUES PHOTOS ANCIENNES DU PLATEAU GAMBETTA



Afin de remplacer la tombe de Léon Gambetta, modeste, étroite et enserrée entre d'autres sépultures, la municipalité de Nice érige dans le même cimetière, au début de l'année 1909, un mausolée dégagé et de grande taille sur le Plateau supérieur (actuel Plateau Gambetta). 


Pour en savoir plus sur les Tombeaux de Gambetta, voir cet article du blog.

Le 1er avril 1909, à 9 heures du matin, alors que le cimetière est fermé au public, une vingtaine de personnes, dont deux photographes, assistent à l'exhumation des cercueils afin de procéder au transfert des corps de Léon Gambetta et de ses parents. 


- Cimetière du Château (Allée du Brûloir) : Translation des cendres de Léon Gambetta, le 1er avril 1909, dégagement des cercueils du caveau familial,
photographie de Jean Gilletta (1856-1933), extraite de la revue hebdomadaire, "L'Illustration", n° 3450 du 10 avril 1909, p 239(a) (Collection personnelle).
Cette translation se notamment en présence de : André de Joly, Préfet, Honoré Sauvan, Maire de Nice et sénateur (tout à gauche), Raymond Huet, attaché au ministère des Affaires étrangères, d'un sénateur et de trois adjoints municipaux,
de membres de la Famille Gambetta, le Commandant François Jouinot-Gambetta et Pierre-Barthélémy Gheusi,
de Alban Gaillandre, architecte des jardins et cimetières municipaux de la ville de Nice et concepteur du nouveau mausolée, et de Martin, gardien du cimetière.


- Cimetière du Château (Allée du Brûloir) : Translation des cendres de Léon Gambetta, le 1er avril 1909, sortie du cercueil de Léon Gambetta,
photographie de Jean Gilletta (1856-1933), extraite de la revue hebdomadaire, "L'Illustration", n° 3450 du 10 avril 1909, p 239 (b) (Collection personnelle).


On emporte et dépose le cercueil de Léon Gambetta près du nouveau mausolée érigé par Alban Guillandre, architecte de la ville. Cependant, devant le mauvais état du cercueil et la nécessité de son remplacement (un nouveau cercueil avait bien été prévu mais il s'avère trop petit), la cérémonie du transfert des corps est remise au lendemain. 


- Cimetière du Château (Plateau supérieur, actuel Plateau Gambetta) : Translation des cendres de Léon Gambetta, le 2 avril 1909, dépôt du cercueil plombé devant le nouveau monument érigé par la ville (Alban Gaillandre, architecte), photographie de Jean Gilletta (1856-1933), carte postale ancienne.
La date de cette photographie est bien le 2 avril mais quelques heures avant le transfert dans le nouveau tombeau, l'absence de jardinières le long des murs d'entrée en est la preuve.
On aperçoit, à gauche de la photographie, le Monument de la Famille Goduard M. (concession de 1900), puis la Tombe Jérôme P. (concession de 1901) et plus à droite, à l'arrière du Tombeau de Gambetta (comme sur la gravure précédente), la Chapelle néo-byzantine de la Famille Joséphine B. (concession de janvier 1904). Enfin, à l'extrémité droite de la carte, on aperçoit les pots-à-feu de la façade de la Chapelle, construite sur la concession n° 2970 acquise fin 1896 ou début 1897.
Collection José Maria, Président du Club cartophile de Nice et des Alpes-Maritimes.



Le cercueil de Léon Gambetta est placé, pour la nuit, dans le reposoir, sous bonne garde. Le lendemain matin, vendredi 2 avril 1909 (71ème anniversaire de la naissance de Léon Gambetta), à 9 h, le cercueil de Léon Gambetta est transporté du reposoir au nouveau mausolée. 

Près de l'entrée, le cercueil plombé est déposé puis ouvert pour vérifier l'état de conservation du corps. Selon Pierre-Barthélémy Gheusi, parent éloigné, biographe du Grand homme politique et auteur de l'article paru dans L'Illustration du 10 avril 1909, "rien n'attriste atrocement nos yeux", ce qui est malheureusement faux, le corps de Léon Gambetta ayant été amputé dans la nuit même de son embaumement (du 2 au 3 janvier 1883) de plusieurs parties, conservées comme reliques (tête, bras et coeur - cet organe, placé dans une urne, entrera au Panthéon le 11 novembre 1920).

Une fois le drapeau enveloppant le corps changé et l'étui de cuivre contenant le procès-verbal de la cérémonie déposé, les deux enveloppes de plomb sont ressoudées et l'ensemble, replacé dans le nouveau cercueil en chêne, est déposé dans le caveau souterrain du nouveau monument.


- Cimetière du Château (Plateau supérieur, actuel Plateau Gambetta) : Translation des cendres de Léon Gambetta, le 2 avril 1909, ouverture du cercueil plombé devant le nouveau monument érigé par la ville,
gravure, en double-page, extraite de la revue hebdomadaire, "L'Illustration", n° 3450 du 10 avril 1909, pp 240-241 (Collection personnelle).
La date de cette gravure est bien le 2 avril mais quelques heures avant le transfert dans le nouveau tombeau, l'absence de jardinières le long des murs d'entrée en est la preuve mais le jardinier est là pour les poser, sur le côté droit de l'image.
Le nom de chacune des personnes présentes apparaît au-dessus de l'image.


- Cimetière du Château (Plateau supérieur, actuel Plateau Gambetta) : Translation des cendres de Léon Gambetta, le 2 avril 1909 (date anniversaire du jour de la naissance de Léon Gambetta), transport du cercueil dans le nouveau caveau,
le cercueil de plomb a été ouvert puis refermé et replacé dans un cercueil en chêne neuf.
Derrière le groupe, à gauche de la photographie, on aperçoit Les deux Douleurs de Théodore Rivière de la Tombe de la Famille R. (concession de 1900, sculpture de 1903-1904), la Chapelle T. (concession de 1898, monument de "1899") et (derrière le grand arbre) la Chapelle néo-byzantine (concession de 1901, monument achevé depuis plusieurs années).
L'espace entre les deux arbres montre l'ancien emplacement de la Pyramide Gambetta, encore dépourvu de tombeaux en 1909. 
A droite de la photographie, on aperçoit le groupe des Trois Vertus théologales de la Tombe de la Famille Goduard M. (concession de 1901, monument achevé depuis plusieurs années) et le Monument Jérôme P. (concession de 1901, monument achevé depuis plusieurs années).
Photographie très probablement de Jean Gilletta, Nice, Bibliothèque du Chevalier de Cessole.


- Cimetière du Château (Plateau supérieur, actuel Plateau Gambetta) : Translation des cendres de Léon Gambetta, le 2 avril 1909, transport du cercueil dans le nouveau caveau (Alban Gaillandre, architecte),
photographie de Jean Gilletta (1856-1933) extraite de la revue hebdomadaire, "L'Illustration", n° 3450 du 10 avril 1909, p 242(a) (Collection personnelle).
Le cercueil contenant le corps de Léon Gambetta est le cercueil neuf et le terrain le long du mur de clôture du monument a été, entre-temps, aménagé en jardinières.
A gauche de la photographie, on aperçoit le Monument Jérôme P. (concession de 1901, monument achevé depuis plusieurs années) puis (en arrière du cercueil) la chapelle néo-byzantine de la Famille Joséphine B. (concession de janvier 1904, monument achevé depuis plusieurs années). A droite, on aperçoit le Monument à Joseph B. (concession de 1902) avec son buste de bronze (signé et daté, "1903").



- Cimetière du Château (Plateau supérieur, actuel Plateau Gambetta) : Translation des cendres de Léon Gambetta, le 2 avril 1909, vue en gros plan de l'angle nord-ouest du sarcophage central (Alban Gaillandre, architecte),
on aperçoit la descente d'escalier qui mène au caveau souterrain puis la nouvelle plaque frontale, gravée de l'inscription suivante :
"A LÉON GAMBETTA
La Ville De Nice
Gardienne De Ses Cendres
----------
Honoré SAUVAN Maire".
photographie extraite de la revue hebdomadaire, "L'Illustration", n° 3450 du 10 avril 1909, p 242(b) (Collection personnelle).
A l'arrière, on aperçoit le Monument à Joseph B. (concession d'août 1902) et son buste de bronze (signé et daté, "1903").


"Léon Gambetta, écrit Pierre-Barthélémy Gheusi, dort éternellement dans son cercueil renouvelé. Il est couché au niveau des fleurs et des gazons tendres, sur l'esplanade la plus ensoleillée, devant le panorama le plus splendide de ce pays".

A la fin du mois, le Président de la République, Armand Fallières, profitera d'une visite officielle dans la région pour inaugurer à Nice, le dimanche 25 avril, le Monument Léon Gambetta, 1909 (oeuvre du sculpteur Louis Maubert, 1875-1949), place Béatrix (actuelle place Général de Gaulle, monument détruit en 1942), et il viendra se recueillir sur le nouveau Tombeau de Gambetta, le mardi matin 27 avril, et y déposer une couronne. Des photos des Archives Départementales des Alpes-Maritimes sont en ligne (outils de recherches et archives numérisées - puis Images et sons - puis Iconographie - puis taper "Fallières Gambetta" et voir notamment les trois photos de la visite au Cimetière : 02FI 06945, 02FI 06946, 02FI 06947).


- MAUBERT Louis (1875-1949), Monument à Léon Gambetta, 1906-1909,
inauguré le 25 avril 1909 à Nice, Place Béatrix (devenue Place Gambetta, actuelle Place Charles de Gaulle) (Collection personnelle).


- Cimetière du Château (centre du Plateau Gambetta, axe ouest/est) : Tombeau de la Famille Gambetta à Nice, vue en gros plan de l'angle sud-est du sarcophage central (Alban Gaillandre, architecte), 
photographie de presse, Agence Rol, 1909,
négatif sur verre, 13x18 cm, Paris, BnF, département Estampes et photographie.
Cette série photographique de la BnF, mise en ligne en décembre 2015 (la photo ci-dessus et les deux autres de même provenance, ci-dessous), doit être de très peu postérieure au transfert des cendres du 2 avril ; l'absence de portail d'entrée et la présence de jardinières dépourvues de gazon, comme sur les photos du 2 avril, semblent confirmer cette hypothèse. 
La plaque offerte par la Jeunesse républicaine Niçoise en 1883 et déposée sur l'ancien tombeau familial de 1878, a été réinstallée sur le côté sud du nouveau monument. Les inscriptions sont les suivantes :
"À LÉON GAMBETTA
La Jeunesse Républicaine Niçoise
Les voyageurs de commerce, les syndicats des 
commis et employés, les volontaires de 1870-71, 
un groupe d'artistes du théâtre français,
les élèves de l'école des arts décoratifs".
Cette plaque est désormais absente de cet emplacement.
A gauche de la photographie, on aperçoit le Tombeau de la Famille Joséphine B. (concession de 1904), achevé depuis plusieurs années, et à droite, la chapelle vitrée de la Tombe P. (concession de début 1903, monument n° 10 du parcours) puis la Chapelle des Familles P.-B.-C., érigée depuis plusieurs années (concession de 1902, monument n° 9 du parcours).


Le nouveau mausolée est placé au centre du Plateau, isolé par une clôture aux murs bas rythmés de pylônes et surmontés de grilles. Le monument est constitué pour partie d'éléments déplacés de l'ancienne tombe familiale (1878) et déposés sur un haut sarcophage : le cippe gravé de l'inscription, "FAMILLE GAMBETTA", timbré au revers du médaillon de bronze de Jenny Massabie (tante de Léon Gambetta), surmonté de l'urne drapée.


- Cimetière du Château (centre du Plateau Gambetta, axe ouest/est) : Tombeau de la Famille Gambetta à Nice (vue frontale, Alban Gaillandre, architecte), photographie de presse, Agence Rol, 1909,
négatif sur verre, 13x18 cm, Paris, BnF, département Estampes et photographie.
De gauche à droite, on reconnaît l'arrière de la Chapelle d'angle des Familles H.-L. (concession de 1904, monument signé et daté de "1905"), la chapelle vitrée de la Tombe P. (concession de début 1903, monument n° 10 du parcours) puis la Chapelle des Familles P.-B.-C., érigée depuis plusieurs années (concession de 1902, monument n° 9 du parcours) et tout à droite, la Tombe de la Famille Jean-Michel G. (concession de novembre 1904, monument signé et daté de "1907", monument n° 12 du parcours).


- Le Cimetière du Château (Plateau Gambetta) : photographie (non datée) de Simon Baylone (Editions Baylone Frères, Nice, vers 1900-1925) du Tombeau de Léon Gambetta (Alban Gaillandre, architecte), vers 1909-1911 (Collection personnelle).
Dans cette photographie, le portail d'entrée apparaît désormais posé et le gazon (débarrassé des bordures) a désormais poussé, sans qu'il soit possible de savoir si plusieurs mois ou années se sont écoulés depuis la cérémonie. Les couronnes placées sur les pylônes de l'entrée datent probablement de la venue du Président Armand Fallières auprès du Tombeau de Gambetta, le mardi matin 27 avril 1909.
L'étude des monuments présents sur la carte postale, en arrière du Tombeau de Gambetta (cf. cet article du blog) permet de dater cette carte postale ancienne entre 1909 (date du nouveau Tombeau de Gambetta) et 1913-14 (date de l'installation de la stèle sculptée par Ségoffin sur la Tombe de la Famille L.). La circulation d'un exemplaire de cette même carte postale (n° "153", rééditée n° "807") a été postée le 31/01/1912, ce qui permet encore de resserrer la date de la prise de vue, entre avril 1909 et janvier 1912.
L'autre nouveauté (en dehors de l'ajout du portail) est la transformation de la Tombe P. (2ème tombe à gauche du sarcophage Gambetta, monument n° 10 du parcours), de chapelle vitrée (visible sur la photo précédente) à la haute stèle qui l'a remplacée (sur cette carte postale), ce qui resserre la date de création de cet autre monument, entre 1909 et 1911.


- Cimetière du Château (centre du Plateau Gambetta, axe est/ouest) : Tombeau de la Famille Gambetta à Nice (vue arrière, Alban Gaillandre, architecte), photographie de presse, Agence Rol, 1909,
négatif sur verre, 13x18 cm, Paris, BnF, département Estampes et photographie.
Vue de l'arrière du monument (clôture et sarcophage) avec les éléments déplacés de l'ancienne tombe : le cippe gravé de l'inscription, "FAMILLE GAMBETTA", timbré du médaillon de bronze de la tante Massabie, surmonté de l'urne drapée, avec cependant l'urne retournée.
Au bas du sarcophage une plaque désigne les membres inhumés de la famille Gambetta (la tante et la mère de Léon Gambetta puis Léon Gambetta et son père), avec une erreur ("1888") sur la date de décès de Joseph, père de Léon Gambetta  ; ce dernier est mort, en effet, le 5 décembre 1890, comme l'atteste une copie de l'acte de décès conservé aux Archives municipales de la ville de Nice.
"JENNY MASSABIE 1808-1878 - LÉON GAMBETTA 1838-1882
MADELEINE MASSABIE 1814-1882 - JOSEPH GAMBETTA 1816-1888".
A l'arrière du tombeau, sur le côté gauche de la photo, on peut apercevoir le Temple néo-égyptien de la Famille Henri C., (concession de 1900 et monument daté à l'arrière de "1900") et plus à gauche encore la stèle et le buste de Ferdinand B. (concession de 1905).



AUTRES DOCUMENTS SUR LE CIMETIÈRE DU CHÂTEAU



- Cimetière du Château (Plateau Gambetta, axe ouest/est), Monuments de l'angle sud-ouest de l'allée externe, vers 1912-1920,
photographies stéréoscopiques.
Sur la photo de gauche, on aperçoit (de gauche à droite) l'extrémité du Temple néo-égyptien de la Famille Henri C. dont on découvre l'arrière sur la photo précédente (concession et monument de 1900), le Monument néo-gothique de la Famille M.-J. (concession de 1912), la stèle et le buste de Ferdinand B. (concession de 1905) et enfin la haute stèle de la Famille S. (concession de 1908, décès de 1911, monument de 1911-12).
Sur la photo de droite, on aperçoit, en plus, à l'extrémité droite, l'un des anges qui ornent les quatre acrotères du dais de la Tombe de Marie A. (concession de 1910, monument n° 13 du parcours).
Ces indications permettent de donner le terminus post quem des photos. L'absence sur les clichés de la Tombe (concession de 1918) Georgette F. (accostant le Monument néo-gothique de la Famille M.-J.), créée après 1918, permet de déterminer le terminus ante quem.


- Cimetière du Château (Plateau Gambetta, axe ouest/est), Monuments du milieu nord de l'allée externe, début du XX° siècle, après 1903, 
(vers 1912-1920, comme l'image ci-dessus ?), photographies stéréoscopiques.
On reconnaît plusieurs monuments de la fin du XIX° siècle (anges de 1894) et du tout début du siècle suivant,
 avec notamment au tout premier plan à droite, la figure ailée à la croix du Monument n° 7 du parcours, datable vers 1903.