4

4

jeudi 8 février 2018

808-NICE-LE CIMETIÈRE DU CHÂTEAU-QUATRE ESTAMPES DE 1913-2




- Plan du Plateau supérieur du Cimetière du Château, dressé le 7 octobre 1909,
Archives Municipales de la Ville de Nice,
les quatre tombeaux des estampes de 1913 sont identifiés en rouge sur ce fond de plan.







LE TOMBEAU DE LA FAMILLE FÉLICIE T., 1900 (NICE)

La concession n° 3378 (n° 3376 sur le plan de 1964) est acquise sur le rebord oriental du Plateau supérieur (actuel Gambetta) en janvier 1900, suite au décès de Marie Constance Félicie T. (1840 - 1899), fin décembre 1899 à Marseille. Le monument est érigé vers 1900.



- Le Tombeau de la Famille Félicie T., 
estampe parue dans la revue, Matériaux et Documents, n° 486, 1913, p 66.


Le Tombeau de la Famille Félicie T., 1900, 
photographie numérique couleur de février 2018.




Positionnée au-dessus d'une marche, une dalle épaisse inclinée vers l'avant et entourée d'un berceau à deux côtés est dominée par une haute stèle à deux niveaux : le premier niveau, aux faces latérales concaves, se termine par deux ailerons à la volute timbrée d'une guirlande ; le deuxième est constitué d'un cercle, timbré d'une étoile entourée d'une couronne, et est dominé par un nouveau cabochon sculpté portant une croix grecque. 


Le Tombeau de la Famille Félicie T., estampe de 1913 et photographie numérique couleur de 2018.


Le Tombeau de la Famille Félicie T., détail du sommet de la stèle, 1900,
photographie numérique couleur de février 2018.



Les points communs avec le tombeau voisin, postérieur de quelques années (1903), du sénateur Alfred Borriglione (étudié dans l'article précédent), laissent penser que l'artisan du tombeau de Félicie T. puisse être également Oreste Bardi (?-?).



LE TOMBEAU DES FAMILLES H. ET L. (NICE)

La concession n° 4363 est acquise sur l'angle nord-est du Plateau supérieur (actuel Gambetta) fin 904, suite au décès de Marie Camille H., le 31 octobre 1904. Le tombeau est érigé en 1905.



- Estampes du Tombeau niçois des Familles H. et L. et du Tombeau bruxellois d'André van Hasselt,
parues dans la revue, Matériaux et Documents, n° 486, 1913, p 68.


- Le Tombeau niçois des Familles H. et L., estampe parue dans la revue, Matériaux et Documents, n° 486, 1913, p 68.


Le Tombeau niçois des Familles H. et L., 1905,
photographie numérique couleur de février 2018.




Le monument est une chapelle ouverte dont l'arc plein cintre d'entrée est porté par deux colonnes. La base, le fût renflé de ces colonnes et leur chapiteau composite sont ornés d'un décor de feuilles de lierre en relief qui se retrouve en frise et en creux sur les parois du monument et vient encadrer la petite croix potencée dominant la clé de l'arc. 


- Le Tombeau niçois des Familles H. et L., estampe de 1913 et photographie numérique couleur de 2018.




Le Tombeau niçois des Familles H. et L., détails des colonnes, 1905,
photographies numériques couleur de février 2018.



Sous le berceau plein cintre, la lunette du mur du fond de la chapelle est ornée en son centre d'une mosaique interrompue dessinant une croix grecque ; cette dernière sert d'autel, au-dessus de la  dalle portant les noms des défunts. Les piles du mur arrière de la chapelle s'incurvent pour venir rejoindre les bases des colonnes d'entrée.



Le Tombeau niçois des Familles H. et L., détails de l'intérieur et de la mosaïque, 1905,
photographies numériques couleur de février 2018.




 Sur l'estampe, un vase (urne) couronne l'ensemble mais ce dernier se révèle être un pot-à-feu drapé et orné de lierre sur le monument actuel. 

A l'arrière de la chapelle se profile le contour de l'arc générateur du berceau plein cintre, timbré d'une croix potencée en bas-relief ; cette croix est inscrite dans un médaillon circulaire aux intervalles comblés de feuilles de lierre.



Le Tombeau niçois des Familles H. et L., détails du pot-à-feu de la face est et de la croix de la face ouest, 1905,
photographies numériques couleur de février 2018.


L'ensemble est signé sur le devant, en bas et à droite, de l'artisan "Bardi" (en lettres de plomb) et daté et signé, "J. Stoly archte - 1905" (inscription gravée mais en partie effacée ou reprise, avec un nom d'architecte sur lequel je n'ai pas trouvé d'informations).



Le Tombeau niçois de la Famille H.-L., détail des signatures sur l'angle nord-est, 1905,
photographies numériques couleur de février 2018.





LE TOMBEAU D'ANDRÉ VAN HASSELT (BRUXELLES)

Juste un mot concernant l'estampe du monument du cimetière de Laeken (Bruxelles) présente sur le même feuillet que la tombe niçoise (qui lui est bien postérieure). 

Le monument en pierre de Bentheim (qui existe toujours) a été érigé par le sculpteur néo-classique Charles-Auguste Fraikin (1817-1893) sur la tombe de 1880 (pelouse 30, concession 52) du grand poète romantique belge André Van Hasselt (1806-1874). 



- Le Tombeau d'André van Hasselt, estampe parue dans la revue, Matériaux et Documents, n° 486, 1913, p 68.

- Photographies récentes du Tombeau d'André van Hasselt.




Posé sur un soubassement à degrés, le sommet d'une large colonne à chapiteau sert de piédestal à la lyre du poète qui repose également sur un socle à degrés. Le chapiteau est orné de hiboux d'angles tenant une guirlande dans leurs serres et encadrant un flambeau central. La lyre, entourée pour sa part d'une palme de feuilles de laurier, est couronnée d'un petit globe terrestre portant une étoile.





LE TOMBEAU DE LA FAMILLE JOSÉPHINE B. (NICE)

La concession n° 4135 est acquise sur le côté nord de la partie centrale du Plateau supérieur (actuel Gambetta), suite au décès d'André B., le 17 janvier 1904. Le tombeau de marbre est érigé à la demande de sa soeur Joséphine, dès 1904.



Le Tombeau niçois de la Famille Joséphine B., estampe parue dans la revue, Matériaux et Documents, n° 486, 1913, p 69.


Le Tombeau niçois de la Famille Joséphine B., façades sud et est, vers 1904,
 photographie numérique couleur de février 2018.




La chapelle néo-byzantine de plan carré, couronnée par un dôme ovoïde, porte d'ailleurs le nom de Joséphine sur l'extrados de l'arc d'entrée. Tous les arcs affichent un profil légèrement brisé, à l'exception de l'intrados de l'arc d'entrée.


- Le Tombeau niçois de la Famille Joséphine B., partie supérieure de la façade sud, vers 1904,
photographie numérique couleur de février 2018.




Une grille en ferronnerie ouvragée ornée de crosses à feuilles prenantes, deux jardinières positionnées en façade et trois porte-couronnes latéraux complètent l'ensemble. L'ensemble du bâtiment est très soigné, avec notamment un décor de croix qui ponctuent l'arc de façade (croix potencée centrale et croix latines latérales), l'Alpha et l'Oméga qui timbrent les angles du bâtiment, une frise d'étoiles qui entourent le triplet des baies latérales et une frise végétale de feuilles et de fruits de lierre qui ceignent la base du dôme.


- Le Tombeau niçois de la Famille Joséphine B., estampe de 1913 et photographie numérique couleur de 2018.


Le Tombeau niçois de la Famille Joséphine B., détails de la grille (côté sud) et de la mosaïque (côté nord) et de la façade latérale (côté ouest), vers 1904,
photographies numériques couleur de février 2018.




A l'intérieur, des vitraux de couleur ornent les petites baies latérales d'anges en prière, agenouillés, et une grande croix latine timbrée du mot PAX sert d'autel, accostée des noms des défunts. Au-dessus, de plus petites baies ornées de vitraux, portant le monogramme du Christ (JHS) dominé par les motifs de la Croix et de rinceaux, sont percées dans les reins de la coupole.


- Le Tombeau niçois de la Famille Joséphine B., détails des vitraux (face interne ouest), vers 1904,
photographies numériques couleur de février 2018.



Le tombeau n'est pas signé mais ce type de chapelle néo-byzantine est typique de l'entrepreneur-marbrier, Jean-Baptiste Ronchese (1849-1938), au tout début du XX° siècle, avec notamment deux autres exemples signés sur le même plateau du cimetière.