4

4

mardi 12 juillet 2016

542-TFAC-RÉCAPITULATIF DES SUJETS DE PRATIQUE ARTISTIQUE-2015-2016







TERMINALE - OPTION ARTS PLASTIQUES FACULTATIVE - SUJETS DE PRATIQUE ARTISTIQUE 2015-2016

Les élèves ont pu choisir 6 sujets parmi les 13 proposés. Ils ont eu également la possibilité de traiter de sujets personnels (sous réserve que ces derniers aient un lien avec les questions au programme).


1- «  MA PRODUCTION EST EN MORCEAUX ET PREND EN COMPTE L’ESPACE  » : 
Œuvre morcelée après réalisation ou au contraire constituée de morceaux. 
Dimensions et techniques libres.

Références liées au programme : La Présentation (assemblage, installation, installation in situ, matériaux pauvres, déambulation du spectateur) ;
- Véronèse, Fresques de la Villa Barbaro de Maser, 1560-1561 (parcours iconographique et illusionniste) ; 
- Claes Oldenburg & Coosje van Bruggen, La bicyclette ensevelie, 1990, Skate Hitch, 1984, Dropped Bowl with Scattered Slices and Peels, 1990, Torn Notebook, 1996 ; 
- Bill Viola, installations-vidéo dont, The Sleepers, 1992, The Veiling, 1995, Going Forth by Day, 2002, The Dreamers, 2013.


2- «  SCULPTURE CORPORELLE  » :
Réalisez un accessoire (ornement, outil, extension…) destiné à être porté sur le corps et à modifier son apparence ou sa gestuelle, et rendez-en compte par une série de photos ou une brève vidéo.
Dimensions et techniques libres.

Références liées au programme : La Présentation (l’hybridation, la performance, la trace photo ou vidéo d’une œuvre éphémère) ; 
- Véronèse, Fresques de la Villa Barbaro de Maser, 1560-1561 (grotesques, putti, Victoires, licorne, dragon) ; 
- Claes Oldenburg posant auprès de Giant Toothpaste, 1963 et Happenings, Claes Oldenburg & Coosje van Bruggen, Knife Ship, 1985, Spoonbridge and Cherry, 1988. 


3- « TROMPEZ L’ŒIL ! » :
Dimensions et techniques libres.

Références au programme : La Présentation (la Mimésis, l’Illusionnisme, la Quadratura, le point de vue et la déambulation du spectateur) ; 
- Véronèse, Fresques de la Villa Barbaro de Maser, 1560-1561 ;
- Claes Oldenburg & Coosje van Bruggen, La Bicyclette ensevelie, Paris, Parc de La Villette, 1990, Pastry-Case I, 1961-62, The Bedroom Ensemble, 1963 ; 
- Bill Viola, The Reflecting Pool, 1977-79,  Passage, 1987.


4- « COLLECTION INTIME » :
Évoquez le récit de votre enfance (réelle ou fictive) par une collection d’éléments (objets, images, textes, sons, odeurs…) dont vous réaliserez la présentation (volume ou mise en espace) et dont vous garderez trace par des photos ou une brève vidéo.
Dimensions et techniques libres.

Références au programme : La Présentation ; 
- Claes Oldenburg, collection d’objets, Toy Box, 1963, Mouse Museum, 1965-1977, Ray Guns Wing, 1969 ; 
- Bill Viola, collection d’images intimes comme, Reverse Television (Portraits of Viewers), 1983-84, images familiales, avec notamment, Heaven and Earth, 1992.


5- « NATURE/CULTURE : LIEN ET/OU OPPOSITION ? » :
Dimensions et techniques libres.

Références au programme : La Présentation (le paysage et les animaux) ; 
- Véronèse, Fresques de la Villa Barbaro de Maser, 1560-1561  ; 
- Claes Oldenburg & Coosje van Bruggen, œuvres dans le paysage comme, La Bicyclette ensevelie, Paris, Parc de La Villette, 1990, Torn Notebook, 1996 ; 
- Bill Viola, The Reflecting Pool, 1977-79, Chott-El-Djerid (A portrait in light and heat), 1979, Going Forth by Day, 2002, Walking on the Edge and The Encounter, 2012, The Dreamers, 2013.


6- « L’OBJET DEVIENT ŒUVRE » :
Depuis un siècle, l’objet de consommation fait partie intégrante du monde de l’art. Intégré dans une peinture par collage ou une sculpture par assemblage, il est présenté, collectionné, détourné de sa fonction,  utilisé comme matériau, imité, transformé, déformé, détruit ou réinventé.
Dimensions et techniques libres.

Références au programme : La Présentation (le réel : l’objet, la matière) : 
- Claes Oldenburg & Coosje van Bruggen, La Bicyclette ensevelie, Paris, Parc de La Villette, 1990, Toy Box, 1963 ; Mouse Museum, 1965-1977, Ray Guns Wing, 1969-77,  Poll Balls, 1977, Knife Ship, 1985, Binoculars, 1991, Shuttlecoks, 1994 et Soft Shuttlecock, 1995, Flying Pins, 2000 ; 
- Bill Viola, He Wheeps for you 1976, Heaven and Earth, 1992, The Sleepers, 1992, The Veiling, 1995.


7- « LE TEMPS » :
Réalisez une production qui mette en évidence l’écoulement du temps.
Dimensions et techniques libres.

Références au programme : La Présentation 
- Véronèse, Fresques de la Villa Barbaro de Maser, 1560-1561 (les ruines, les saisons, Saturne) ; 
- Claes Oldenburg & Coosje van Bruggen, The Old Dump Flag, 1960 ; Torn Notebook, 1996, Dropped Ice Cream Cone, 2001 ;
Bill Viola, installations vidéo dont, He Wheeps for You, 1976, Walking on the Edge and The Encounter, 2012.


8- « VANITE CONTEMPORAINE  » :
A la période moderne (surtout dans la peinture du XVII° siècle), le thème de la nature morte se charge d’un message religieux, en rappelant à l’homme la mort, la fuite du temps et la futilité des possessions terrestres, tout en représentant ces dernières d’une manière mimétique.
Dimensions et techniques libres.

Références au programme : La Présentation 
- Véronèse, Fresques de la Villa Barbaro de Maser, 1560-1561 (objets peints en trompe-l’œil de la Sala a crociera et de la Stanza del Tribunale d’Amore) ; 
- Claes Oldenburg & Coosje van Bruggen, La Bicyclette ensevelie, Paris, Parc de La Villette, 1990, Burial Monument, 1967, Lipstick, 1969 ; 
- Bill Viola, Heaven and Earth, 1992 ; Tristan’s Ascension, 2005.


9- « TABLEAU OU SCULPTURE VIVANTE  » :
Revisitez une peinture ou une sculpture (antérieure au XX° siècle) en en devenant le personnage principal, et gardez-en trace par la réalisation d’une série photographique (4 photos minimum), d’une courte vidéo (2 mn maximum) ou d’un travail infographique (fixe ou animé).

Références au programme : 
- Bill Viola, The Sleep of Reason, 1988, The Greeting, 1995, The Quinted of Atonished, 2000, Dolorosa, 2000, Catherine's Room, 2001.


10- « TERRE, EAU, AIR, FEU » :
Réalisez une production qui prenne en compte au moins l’un de ces quatre éléments.
Dimensions et techniques libres.

Références au programme : La Présentation 
- Véronèse, Fresques de la Villa Barbaro de Maser, 1560-1561 : allégories mythologiques des 4 éléments du pourtour de la voûte de la Sala dell’Olimpo ; ciels, paysages et allégories des différentes salles ; Vittoria, allégories sculptées du fronton de l’avant-corps de la Villa ; 
- Claes Oldenburg & Coosje van Bruggen, Burial Monument, 1967, Knight Ship, 1985, installations dans le paysage dont, La Bicyclette ensevelie, Paris, Parc de La Villette, 1990, Tuyau d’arrosage, 1983, Spoonbridge and Cherry, 1988, Torn Notebook, 1996 ; 
- Bill Viola, vidéos sur l’eau, : He Weeps for You, 1976, The Reflecting Pool, 1977-79, The Sleepers, 1992, The Raft, 2004, The Dreamers, 2013 ;  l’eau et le feu : The Crossing, 1996, The Tristan Project (Fire Woman et Tristan's Ascension), 2005  ; l’air, The Veiling, 1995 ; l’air et la terre : Chott-el-Djerid, 1979, Heaven and Earth, 1992, Walking on the Edge et The Encounter, 2012 ;  l’eau, la terre et l’air : He Weeps for You, 1976, The Reflecting Pool, 1977-79 ; les 4 éléments : Going Forth by Day, 2002.


11- «  LE RECOUVREMENT  » :
Réalisez une installation ou une performance dont vous garderez trace par la photographie ou une courte vidéo.

Références au programme : La Présentation 
- Claes Oldenburg & Coosje van Bruggen, La Bicyclette ensevelie, Paris, Parc de La Villette, 1990, Burial Monument, 1967, Skate Hitch, 1984, Free Stamp, 1991, Saw, Sawing, 1996. 
- Bill Viola, The Reflecting Pool, 1977-79 -  Chott El-Djerid, 1979, Heaven and Earth, 1992 - The Sleepers, 1992 - The Veiling, 1995, The Crossing, 1996, Going Forth By Day, 2002, The Raft, 2004, The Tristan Project (Fire Woman et Tristan's Ascension), 2005, Walking on the Edge et The Encounter, 2012 - The Dreamers, 2013.


12- « IMAGE ET RÉALITÉ ».
Dimensions et techniques libres.

Références au programme : La Présentation  
- les fresques de Véronèse, en lien avec l’architecture de Palladio et la sculpture de Vittoria, jouent sans cesse de la confrontation entre représentation et réalité, que ce soit au niveau des espaces, des figures ou des objets ;
- Claes Oldenburg multiplie pour sa part des œuvres qui représentent l’objet en lui ôtant sa fonction et en transformant sa matière ou son échelle, en établissant un rapport logique entre l’objet et le lieu, voire en l’intégrant dans la réalité du lieu. L’œuvre The Bedroom Ensemble, 1963, joue d’une vraie et d’une fausse perspectives, certaines œuvres, mélangent objets réels et représentations, de même que ses musées. 
- Chez Bill Viola, de nombreuses vidéos jouent sur le dédoublement de l’image par le reflet dans l’eau (He Wheeps for You, 1976, The Reflecting Pool, 1979), le reflet des moniteurs (Heaven and Earth, 1992) ou la démultiplication des écrans physiques (The Veiling, 1995, The Crossing, 1996). Dans Reverse Television (Portraits of Viewers, 1983), le regardeur devient le regardé.


13- « PASSAGE » :
Dimensions et techniques libres.

Références au programme : La Présentation
- Dans la Villa Barbaro, la déambulation du spectateur implique sans cesse le passage d’une salle à une autre, par le biais d’une porte ou d’une arcade. Les fresques  de Véronèse créent, en parallèle, un passage vers d’autres espaces, d’autres temps et d’autres connaissances. 
- Quelques œuvres de Claes Olbenburg et Coosje van Bruggen, sont des lieux de passage empruntés par le spectateur, comme Spoonbridge and Cherry, 1988, la Bicyclette ensevelie, 1990,  Mouse Museum, 1965-77, et Ray Gun Wing, 1969-77. L’œuvre Skate Hitch, 1984, traverse, elle, d’un étage à l’autre. Les œuvres réalisées avec Frank Gehry : Knife Sphip, 1985, peut passer (au sens de métamorphose, cette fois) du couteau suisse au navire, et Binoculars, 1991, est l’entrée qui dessert un bâtiment. 
- Dans les vidéos de Bill Viola, les titres sont déjà évocateurs de la notion de passage (comme Passage, 1987 ou The Crossing, 1996), et la plupart des œuvres montrent l’avancée de personnages ou leur passage d’un état à un autre. De plus, la vidéo conduit du passage d’un monde à un autre : du réel à l’image,  de l’obscurité à la lumière, du réel à l’image, du haut au bas, de la terre à l’eau, de la terre au ciel, de l’eau au feu, du sommeil au rêve, de la vie à la mort, du corps à l’âme, d’un parent à sa descendance, d’une vision à une autre. Le spectateur également, du fait du dispositif mis en œuvre dans les espaces obscurs, passe d’un couloir à une salle, d’un écran à l’autre, d’une salle à une autre, et immergé et impliqué, d’une expérience, d’une émotion, d’une réflexion à une autre.