4

4

lundi 21 octobre 2013

161-L'ART DU XX° SIÈCLE - DEUXIÈME PARTIE (1914-1945)




INTRODUCTION
Cette période est marquée par la boucherie de la guerre 14-18, la Révolution russe de 1917, les revendications sociales et la montée des dictatures (Russie, Allemagne, Espagne, Italie), l’espoir du modèle américain puis la crise de 1929, l’effondrement de l’économie capitaliste, le chômage des années 30, la guerre d’Espagne puis la Seconde Guerre Mondiale. 
Ces événements influent directement sur l’art (artistes blessés ou tués à la guerre, ambiance et thèmes des œuvres, crise des valeurs bourgeoises, marché de l’art, retour à l’humain et au figuratif dans les œuvres…).
Abstraction et figuration vont coexister, s’opposer souvent ou s’unir parfois dans un même courant ou dans la carrière d’un même artiste. 
La montée des dictatures va soutenir un art figuratif et traditionnel (valeurs, propagande) aux dépens des avant-gardes, maltraitées par le pouvoir.


VOIR D'AUTRES ARTICLES DE CE BLOG SUR L'ART DU XX° SIÈCLE



1- LE CONSTRUCTIVISME RUSSE, 1914-1930
Dès 1914, l’artiste Tatlin s’oppose à l’art pictural de Malévich pour un art du volume (influencé par le Cubisme) : « des matériaux réels dans un espace réel ». Le constructivisme de Tatlin, Rodchenko, Gabo triomphe après la Révolution russe avec un art intégrant le mouvement, plus utilitaire et engagé dans la vie sociale et politique (production d’objets industriels) et s’associe au pouvoir, avant d’en être écarté dans les années 30, supplanté par un art de propagande politique, le Réalisme socialiste.



- TATLIN(E) Vladimir (1885-1953), Contre-relief d’angle, 1915-17, fer, zinc et aluminium, 78,7 x 152,4 x 76 cm, oeuvre disparue.

TATLIN(E) Vladimir (1885-1953), Monument à la III° Internationale, 1919-1920, maquette de la tour du siège su Parti International Communiste de Saint-Pétersbourg, projet de 400 m de haut en fer acier et verre, en double hélice avec trois niveaux, cube, cône et cylindre en rotation sur eux-mêmes aux vitesses différentes.

- RODTCHENKO Alexandre (1891-1956), Construction spatiale n 12, vers 1920, série « Surfaces réfléchissantes », contreplaqué, peinture aluminium, fil de fer, 61x83,7x47 cm, New-York, MOMA.
- GABO Naum (1890-1977), Projet de fontaine rotative, 1925, réassemblé 1986, métal et plastique, 44x40x40 cm, London, Tate Gallery.



2- LE DADAÏSME ou MOUVEMENT DADA, 1915-1924
Le dadaïsme naît de la volonté d’artistes d’éradiquer l’art bourgeois et conformiste d’une société en échec dans la guerre. Leur art est basé sur celui des avant-gardes (expressionnisme, cubo-futurisme) et la provocation. Ils délaissent la peinture jugée bourgeoise au profit du collage, du photomontage et du volume. Le mouvement, essentiellement germanique, avec notamment Schwitters, Hausmann, Heartfield, s’internationalise, avec en Amérique du Nord, Duchamp et Man Ray qui, en France, se regroupent autour de l’écrivain Tzara, avec notamment Picabia.



 
- PICABIA Francis (1879-1953), Parade amoureuse, 1917, huile sur toile, 97x74 cm, Collection particulière.
- DUCHAMP Marcel (1887-1968), Fontaine, 1917 (réplique de 1964), urinoir retourné en faïence blanche, 63x48x35 cm, ready-made, Paris, Musée National d’Art Moderne.

- MAN RAY (1890-1976), Elevage de poussière, 1920, photographie de l’œuvre de Marcel Duchamp intitulée Le Grand verre et commencée en 1915.

- SCHWITTERS Kurt (1887-1948),  MZ 299, 1921, collage sur papier, 20x16 cm, Scotland, Dean Gallery.
- HAUSMANN Raoul (1886-1971), ABCD, 1923-1924, encre, reproduction de photos et imprimés collés sur papier, 40,4x28,2 cm, Paris, MNAM.
- HEARTFIELD John, 1891-1968, N'ayez pas peur, il est végétarien, 1934-36, collage, Collection privée.



3- LE SURREALISME, 1924-1960
Ce mouvement international regroupé autour de l’écrivain Breton à Paris prend la suite du Dadaïsme et réunit écrivains et plasticiens. Il est basé sur la psychanalyse, l’écriture et le dessin automatiques, le hasard, le rêve, l’érotisme, l’angoisse, l’imaginaire, pratique collage, frottage, décalcomanie et sculpture mais revient à la peinture sous l’influence de l’œuvre de l’italien De Chirico (années 1910), avec notamment Ernst, Dali, Magritte, Miro, Man Ray.
- DE CHIRICO Giorgio (1888-1978), Les Muses inquiétantes, 1918, huile sur toile, 97x66 cm, Collection privée.

- DALI Salvador (1904-1989), La persistance de la mémoire, 1931, huile sur toile, 24x33 cm, New-York, MOMA.
- ERNST Max, 1891-1976, Oedipe 25, 1933, collage, d’après des illustrations anciennes, paru dans l’ouvrage Une semaine de bonté, publié en 1934.

- MAGRITTE René (1898-1967), Les Marches de l’été, 1938, huile sur toile, 73x60 cm, Paris, MNAM.
- MAN RAY (1890-1976), Rayogramme, 1927, exposition directe, en laboratoire, d'objets en 3D placés entre la source lumineuse et le papier sensible, et ne nécessitant donc l'usage d'aucun appareil photographique.



4- Le BAUHAUS ou « La Maison de construction », 1919-1933
Ecole d’art allemande, de design et d'architecture dirigée successivement par les architectes Gropius, Meyer puis Van der Rohe avant d’être fermée par les nazis. Le Bauhaus est créé pour établir des liens entre arts plastiques, architecture, artisanat et industrie, dans une ambiance de création collective et de vie communautaire. Les professeurs sont notamment Klee et Kandinsky. Au "Bauhaus", on apprend donc à créer des objets à la fois esthétiques, fonctionnels et innovants, destinés à une production en série, pour que l'art puisse entrer dans la vie quotidienne ; l'esthétique est simple, épurée, avec beaucoup de matériaux novateurs comme l'acier et le verre, dans la lignée des courants d'avant-garde de l'époque,  notamment l'art abstrait géométrique : les toiles de Piet Mondrian, ou le constructivisme russe. 


ITTEN Johannes (1898-1967), Cercles de couleurs, c.1919-1920, crayon et fusain sur papier, 22,6x22 cm, Zürich, Itten-Archives.
SCHMIDT Joost (1893-1948), Staatliches, Bauhaus Ausstellung, 1923, affiche pour l'exposition à Thuringe, Collection particulière.

BREUER Marcel (1902-1981), Chaise B3, dite Chaise Wassily, 1925-26, première chaise en tube d'acier pliés, 76,8x76,8x67,9 cm.



5- LES RÉALISMES, entre les deux guerres
Le choc de la guerre a précipité le retour de nombreux artistes au réalisme dans les années 20 et à l’abandon d’un art abstrait ou avant-gardiste pour un retour au figuratif, à l’ordre et à la tradition, dans la lignée de l’art du XIX° siècle. Dans les pays où il y a une montée des dictatures, cet art va souvent constituer l’art officiel vantant travail, famille, patrie (Russie, Allemagne, Italie) et la Révolution (Russie, Mexique). En Amérique du Nord, le réalisme est renouvelé avec Hopper.                                                                

- IVANOV Viktor (1909-1968), Lénine participant à un samedi communiste, vers 1920, huile sur toile.
- DENI Viktor, 1893-1946, Le Camarade Lénine balayant les ordures de la face de la terre, 1920.



- BREKER Arno (1900-1991), Prométhée, 1931-1935, statue en marbre commandée par Goebbels pour le parc du Ministère de la Propagande.
-BRECKER Arno (1900-1991), Portrait d'Hitler.


- HOPPER Edward (1882-1967), Automate, 1927, huile sur toile, 71,4x91,4 cm, Iowa, Des Moines Art Center.


6- LE COURANT EXPRESSIONNISTE, entre les deux guerres
ALLEMAGNE : Neue Sachlichkeit ou « Nouvelle Objectivité » regroupe des artistes à l’expressionnisme critique, froid et satirique centré sur la figure humaine et les thèmes morbides (guerre, misère), avec notamment Dix et Grosz.
FRANCE : L’Ecole de Paris regroupe des artistes souvent d’origine étrangère et centré sur la figure humaine, avec notamment Chagall, Soutine.
                                           

- DIX Otto (1891-1969), Le marchand d'allumettes I, 1920, Sttutgart, Staatsgal.
- DIX Otto (1891-1969), La Guerre, 1929-1932, triptyque, tempera sur bois, 204 x 204 ou 102, Dresde, Gemäldegalerie Neue Meister.


- GROSZ Georges (1893-1959), Les piliers de la société, 1926, huile sur toile, 200x108 cm, Musée de Berlin.


-SOUTINE Chaim (1893-1943), Le groom, vers 1925-26, huile sur toile, 81x98 cm, Paris, MNAM.
- CHAGALL Marc (1887-1985), Les mariés de la Tour Eiffel, 1938-39, huile sur toile, 150x136,5 cm, Paris, MNAM.



7- L’ABSTRACTION, entre les deux guerres
Après un passage ou un retour au figuratif d’après-guerre, de nombreux artistes optent, après 1925,  pour un art abstrait à dominante géométrique sous l’influence du Néo-Plasticisme et du Constructivisme. La plupart des artistes se regroupent sur le plan international dans des mouvements fondés à Paris pour contrebalancer le Surréalisme dominant : Cercle et Carré puis Abstraction-Création, avec notamment, Mondrian, Kandinsky.

- MONDRIAN Piet (1872-1944), Composition A, composition avec noir, rouge, gris, jaune et bleu, 1920, huile sur toile, 91,5x92 cm, Rome, Galerie nationale d'art moderne et contemporain.
- MONDRIAN Piet (1872-1944), Composition avec rouge, jaune et bleu, 1921, huile sur toile, 39x35 cm, Londres, Tate Gallery.


- KANDINSKY Vassily (1866-1944), Composition 8, 1923, huile sur toile, 140x201 cm, New-York, Guggenheim Museum.
- KANDINSKY Vassily (1866-1944), Mouvement 1, 1935, technique mixte sur toile, 116x89 cm, Moscou, Galerie nationale Tretiakov.



8- LES GRANDS MAÎTRES, première moitié du XX° siècle
Les personnalités artistiques les plus marquantes sont celles de : Picasso, Matisse, Duchamp, Kandinsky, Mondrian et Brancusi.
- PICASSO Pablo (1881-1973), Guernica, 1937, huile sur toile, 371x782 cm, Museo Reina Sofia, Madrid.
- PICASSO Pablo (1881-1973), Tête de taureau, 1942, cuir et métal,  33,5x43,5x19 cm, musée national Picasso, Paris.


- MATISSE Henri (1869-1954), Figure décorative sur fond ornemental, 1925-26, huile sur toile, 130x98 cm, Paris, MNAM.
- MATISSE Henri (1869-1954), La tristesse du roi, 1952, papiers gouachés et découpés marouflés sur toile, 386x292 cm, Paris, MNAM.


- DUCHAMP Marcel (1887-1968), Le Grand Verre, 1915-1923, huile, verre, feuille et fil de plomb et poussière entre deux panneaux de verre, 277,5x175,9 cm, Philadelphia Museum of Art.
- DUCHAMP Marcel (1887-1968), Rotative, 1920, New Haven, Yale University Art Gallery.


BRANCUSI Constantin (1876-1957), Le Coq, 1935, bronze poli, 103,4x12,4x29,9 cm, trois éléments de chêne et un de pierre calcaire, 151x47x39 cm, Paris, MNAM.
- BRANCUSI Constantin (1876-1957), La Colonne sans fin, Tirgu-Jiu, Roumanie, 1934-37, photo de l'artiste, vers 1938 (série dès 1918).