4

4

jeudi 17 novembre 2011

53-APPARITION/ DISPARITION-IMAGES CACHÉES




VOIR LES DÉFINITIONS EN FIN D'ARTICLE

 "Y'a pas d'lézard !", production réalisée par un élève de Troisième
 au marker noir et au feutre noir fin sur papier 29,7x42 cm (A3).



Lire en introduction un extrait du texte de présentation de l’expo 2009 "Une image peut en cacher une autre - Arcimboldo, Dali, Raetz" (Réunion des Musées Nationaux):

Fascinés par les phénomènes optiques et curieux d’explorer leur médium, les artistes sont à l’origine d’une longue histoire où ils jouent aussi bien avec l’image qu’avec le spectateur. 
Trouvant un support à l’imagination dans des formes naturelles ou accidentelles, ils ont fait de même avec leurs propres créations. Ils suggèrent des aspects implicites ou cachés et multiplient les manières de voir et d’interpréter leurs œuvres. Ils ont ainsi exploité l’ambiguïté visuelle et produit des images doubles dans un esprit ludique, pour introduire des niveaux de signification accessibles aux initiés, et pour réfléchir à la perception, la représentation et l’invention visuelles. Les commissaires de l’exposition ont retenu quelques 250 objets – peintures, dessins et gravures, mais aussi sculptures et films – de provenances très diverses et qui s’éclairent les uns les autres. Ils composent une autre histoire de l’art, de la préhistoire au temps présent, tout en mettant en évidence des thèmes et motifs récurrents comme le paysage anthropomorphe, l’analogie entre visage et torse, l’ambiguïté sexuelle, l’illusion spatiale ou encore l’interprétation de taches comme dans le test de Rorschach.



VOIR LA VIDÉO (2 MN) DE PRÉSENTATION DES OEUVRES DE L'EXPOSITION
 PARISIENNE AU GRAND PALAIS INTITULÉE
 "UNE IMAGE PEUT EN CACHER UNE AUTRE" (2009)

VOIR DÉSORMAIS CETTE AUTRE VIDÉO SUR VIMEO


OEUVRES CLASSÉES CHROLOGIQUEMENT





SCHON Erhard (1491-1592), Paysage (image à secret, composition anamorphique
 avec les portraits de Charles Quint, Ferdinand Ier, Paul III et François Ier), vers 1525, estampe, 44x75 cm.




 HOLBEIN Hans Holbein (1497-1543), Les Ambassadeurs, 1533,
 huile sur bois, 209x207 cm, Londres, National Gallery 
(composition anamorphique avec crâne humain, Vanité).




ARCIMBOLDO Giuseppe (ca 1530-1593), Les 4 éléments, Le Feu, 1566, 
huile sur bois, 66,5x51 cm, Vienne, Kunsthistorisches Museum (portrait composite).



ARCIMBOLDO Giuseppe (ca 1530-1593), L'Homme potager I1590, 
huile sur bois 25,8x24,2 cm, Cremone Museo Civico Ala Ponzone
 (portrait composite et tableau réversible).



MERIAN Matthaüs (1593-1650), Paysage anthropomorphe, après 1610, 
huile sur bois, 34,2x47cm, Collection particulière (tableau réversible).




ANONYME, Maître des Pays-Bas méridionaux, Paysage anthropomorphe, seconde moitié du XVI° siècle, 
bois de chêne, 50,5x65,5 cm, Bruxelles, Musée Royal des Beaux-Arts de Belgique (tableau réversible).





ANONYME, Duck-Rabbit (Canard-Lapin), dessin paru dans la presse en 1892 
(perception d'une tête de canard tournée vers la gauche 
ou d'une tête de lapin vers la droite mais pas les deux simultanément).



RUBIN Edgar (1886-1951) (psychologue), Vase, 1915 (relation forme et fond) .


VOIR D'AUTRES ILLUSIONS D'OPTIQUE



PICABIA Francis (1878-1953), Mi, série des "Transparences", 1929, 
huile et crayon sur bois, 160,5x95,8 cm, Collection privée.

 ESCHER Cornelis (1898-1972), Jour et nuit, 
 gravure sur bois de fil, deux planches, 1938, 36x68 cm
(métamorphose verticale et horizontale des formes, relation forme et fond).

DALI Salvador (1904-1989), Tête paranoïaque  vers 1935, 
huile sur toile, 18,5x22,5 cm, Collection particulière (paysage antropomorphe).

DALI Salvador (1904-1989), Marché d'Esclaves avec le buste invisible de Voltaire, 1940,
 huile sur toile, 47x66 cm,St. Petersburg (USA), The Salvador Dali Museum (paysage anthropomorphe).


DALI Salvador (1904-1989), Visage de Mae West (utilisable comme appartement surréaliste), 1934, 
gouache sur tirage photographique, 28,3x17,8 cm, Chicago, Art Institute (paysage anthropomorphe).
 Près de quarante ans plus tard, l'architecte et designer barcelonais Oscar Tusquets propose à Dali de recréer le Visage de Mae West en trois dimensions. C'est ainsi qu'en 1974, la salle Mae West du Théâtre-Musée de Figueras abrite une installation (constituée d'un sofa  rouge fait sur le moulage des lèvres de Mae West, une cheminée et deux tableaux, une pendule, un plancher surélevé, une salle de bains à l’envers au plafond, un escalier, une lunette, représentant le visage de l'actrice américaine. La perruque ne sera rajoutée que deux ans plus tard. Le spectateur peut admirer l'oeuvre dans son intégralité au travers d'une lunette (point de vue particulier de l'anamorphose).


VOIR LA VIDÉO (20 S) DE LA SALLE MAE WEST





OROSZ Istvan, (né en 1951), Anamorphose à la colonne (miroir cylindrique), 1995, Collection de l'artiste.




JOHNS Jasper (né en 1930), Flags, 1965, peinture à la cire sur toile
 (apparition des vraies couleurs du drapeau américain 
en fixant 30 secondes le point central du drapeau supérieur
 puis celui du rectangle gris inférieur).


HEIZER Michael (né en 1944), Masse déplacée et remise en place, 1969 
(la fosse sera rebouchée par les éléments naturels et le temps, Land art).


WOODMAN Francesca (1958-1981), Untitled, New-York, 1978-80
(autoportait masqué et recouvert, se fondant avec le décor).



MENDIETA Ana (1948-1985), Silueta Works in Iowa and Oaxaca Mexico, 1973-78,
and, Tree of Life Series, 1973-1980
(présence et absence du corps qui fusionne avec les forces magiques et primitives de la terre et de l'arbre).


 VOIR LA VIDEO (7 MN) DE
VIOLA Bill (né en 1951), The reflecting pool, 1979.
(jeu sur le réel et son reflet, devenus indépendants - métaphore de l'art)




GERZ Jochen (né en 1940), Monument Contre Le Fascisme, Hambourg, 1986-1993,
 pilier 1x1x12 m, recouvert de plomb
(œuvre interactive, disparition du pilier à mesure qu'il est recouvert des signatures
 des spectateurs s'engageant contre le fascisme).



 SHAW Jeffrey (né en 1944), The-legible-city, 1989-91, installation vidéo interactive 
(le spectateur en pédalant avance et choisit son parcours dans les rues d'une ville virtuelle
 projetée sur écran, calquée sur le plan d'une ville réelle mais faite de lettres de l'alphabet).


RAETZ Markus (né en 1941), Métamorphose I, 1990-91, 
fonte, 32,2x27x12,5 cm, Genève, Musée d’art et d’histoire
 (selon le point de vue la sculpture révèle un autre aspect).


- CHRISTO (JAVACHEFF Christo, né en 1935) and JEANNE-CLAUDE (DENAT de GUILLEBON Jeanne-Claude, 1935-2009)Wrapped Reichstag, Berlin,1971-1995,
tissu argenté et cordes bleues soulignant les caractéristiques et les proportions de la structure imposante,
photo Wolfgang Volz.
(le monument disparaît le temps de son recouvrement).


TOSANI Patrick (né en 1954), Masque n°4, 1998, 
110x123 cm, photographie couleur c-print
(absence et présence du corps par un point de vue
 plongeant à l'intérieur d'un pantalon encollé).



NOBLE Tim (né n 1966) et WEBSTER Sue (née en 1967), British Wildlife, 2000, 
88 animaux taxidermisés, projecteur, 150x90x180 cm,  Londres, Gagosian Gallery
(la sculpture projette l'ombre portée du profil précis des deux artistes).




BEEVER Julian (né en 1959), Globe terrestre, 2005 (Edinburgh), craies grasses (composition anamorphique, Street art).






JORDAN Chris (né en 1964), Running the numbers, Plastic bottles, 2007, ensemble et détails 
(vision de plus en plus rapprochée de la photographie couleur grand format), 
18,2x36,5 m, photomontage d'accumulation d'objets 
(2 millions de bouteilles jetées toutes les 5 minutes aux U.S.A).



PALMEN Desiree (née en 1963), Interior camouflage, 2004 (peinture acrylique sur combinaison coton).




BOLIN Liu (né en 1973), Invisible Man, 2005.


VOIR LA VIDÉO (2 MIN 30) SUR UNE PERFORMANCE DE LIU BOLIN
 A PÉKIN EN 2009





HACK Emma (née dans les années 70) (et BROADHURST Florence Broadhurst), Wallpaper Collection, 2008,
 100x70 cm (Body art).



VOIR L'ARTICLE DE CE BLOG SUR
   GEORGES ROUSSE (né en 1947)



 VOIR LA VIDEO (1 MN) PRÉSENTANT L'OEUVRE DE
VARINI Felice (né en 1952), Suite de triangles, Saint-Nazaire, 2007.





HOPKINS James (né en 1976), Vanitas, Wasted Youth (Vanité, Jeunesse gaspillée), 2006,
techniques mixtes, 190x160x30 cm.



YAMASHITA Kumi (né en 1968), Origami Shadows, 2009, 
(installation, sculpture murale avec jeu d'ombre en fonction de la bonne orientation de la lumière).




LEBAIN Fred (né en 1966), Un printemps à New-York, 2009 (photographie installée à l'endroit de sa capture
 puis re-photographiée dans son environnement tout en étant révélée par un pli ou la présence de mains qui dépassent).



HEINE Ben (né en 1982), Crayon Vs Camera, 2010 
(quand le dessin masque le réel et s'adapte à la vision photographique pour créer une autre réalité).




DÉFINITIONS 

Anamorphose (ou composition anamorphique) : image artistique cachée ou déformée (à l’aide d’un système optique ou d’un calcul mathématique) qui ne peut être perçue d’une façon normale qu’à partir d’un point de vue particulier (et peut parfois donner l’illusion d’être en 3D) ou le reflet dans un miroir courbe.

Camouflage : c’est une donnée fondamentale de la nature et surtout du domaine animal ; elle permet à l'animal de se confondre avec son environnement et ainsi de guetter ses proies ou de se cacher de ses prédateurs (camouflage militaire également) ; ce mot, employé dans le domaine de l’art, signifie que l’artiste a caché une ou plusieurs images dans son œuvre (jeux formes et fond, anamorphose, tableau réversible, jeux optiques, paysage anthropomorphe, jeu sur l'ombre portée ...).

Codes de la représentation ou codes plastiques : techniques employées notamment en dessin et peinture pour donner l’illusion du réel : ton local (couleur habituelle des choses, objets et figures), modelé, ombres portées, raccourci, perspective géométrique et aérienne...

Couleurs complémentaires : correspondance, contraste et équilibre entre l’une des couleurs primaires (bleu cyan – rouge magenta – jaune primaire) et le mélange des deux autres (jaune et violet  - bleu et orange - rouge et vert) ; noter que l’œil humain, face à une couleur primaire entourée d’une zone de gris, reconstitue automatiquement sa couleur complémentaire.

Espace réel et espace représenté : dans l'art, l'espace réel est l'espace de l'objet oeuvre (dimensions - 3D) et l'espace représenté est l'espace illusionniste de l'image (dessiné, peint, photographié... -2D).


Illusion d’optique : l’œil humain est trompé par des artifices. VOIR DES ILLUSIONS D'OPTIQUE

In situ : œuvre (peinture ou sculpture) réalisée pour et en fonction d’un lieu précis et unique.

Oeuvre interactive : oeuvre dans laquelle le spectateur a un rôle, est actif, a la possibilité de la modifier. Le spectateur fait ainsi partie de l'oeuvre puisque son rôle est prévu par l'artiste, et inversement l'oeuvre n'est complète qu'avec sa participation.

Paysage anthropomorphe : dessin ou peinture (surtout aux XVI°-XVII° siècles puis au XX° siècle) représentant un paysage reformant un visage ou un corps humain (tableau souvent réversible : paysage horizontal ou portrait vertical) ou bien un paysage dans lequel sont cachées une ou plusieurs figures humaines (silhouettes dessinées par l’espace entre des arbres, visages dessinés par les murs, rochers ou collines…).

Point de vue : angle de vision choisi par l’artiste (en dessin, peinture, sculpture, photo, vidéo…) pour lui-même et pour le spectateur.

Regardeur : ce mot, employé dans le domaine de l’art contemporain, désigne le spectateur, le visiteur, celui qui regarde l’œuvre.

Tableau réversible : tableau révélant une autre image une fois retourné latéralement ou la tête en bas.

Traces photographiques et vidéographiques d’œuvres éphémères : lorsqu’un artiste réalise une œuvre qui ne peut pas durer dans le temps (travail de performance avec son propre corps, travail avec des matériaux périssables comme la glace ou les fleurs, travail in situ dans un lieu destiné à être rénové ou détruit), il en garde la mémoire et la trace par des photos ou des vidéos qu’il peut présenter au public.

Citation :
"Si tu regardes des murs souillés de beaucoup de taches, ou faits de pierres multicolores, avec l’idée d’imaginer quelque scène, tu y trouveras l’analogie de paysages au décor de montagnes, rivières, rochers, arbres, plaines, larges vallées et collines de toute sorte. Tu pourras y voir aussi des batailles et des figures aux gestes vifs et d’étranges visages et costumes et une infinité de choses, que tu pourras ramener à une forme nette et compléter".

Léonard DE VINCI (1452-1519), Traité de la Peinture (notes posthumes destinées à un traité resté inachevé et publiées pour la première fois en 1651).

Visage. Photo R.Patin.