4

4

dimanche 2 juillet 2017

722-TFAC-LA VIE ET L'OEUVRE DE SOPHIE TAEUBER-ARP (1889-1943)-2




- Sophie Taeuber-Arp dans son atelier de l'Aubette à Strasbourg, 1926 ou 1927.




1920-1930

Durant les années 1920, Sophie Taeuber effectue de nombreux voyages en Europe et expose. Elle crée des peintures, des broderies et autres travaux textiles. Elle réalise, en 1921, le mobilier de la villa "Suhaglia" des Schwaller, à Saint-Moritz puis de nombreux aménagements intérieurs. 

Elle s'installe en France, à Paris (1925) puis Strasbourg (1926), pour y être, comme son mari, naturalisée française. 

A Strasbourg, à la demande des frères Paul (architecte) et André Horn (promoteurs immobiliers), Sophie Taeuber-Arp réalise la décoration de l'appartement d'André Horn (1926, détruit) puis du bar-dancing de l'Hôtel Hannong (1926, détruit), avant de se voir confier le chantier du bâtiment de l'Aubette à transformer en un complexe de restauration et de loisirs (1926-1928, oeuvre disparue et aujourd'hui partiellement restaurée)
Elle réalise, toujours à Strasbourg, l'aménagement de la maison Heimendinger (1927-1930) et celui de l'appartement d'Ernest Rott (1930) et, à Paris, celui de la Galerie Goemans (1928-1930) et de l'appartement Werner (1930)

Elle meuble ses réalisations avec des créations d'artistes contemporains mais crée également des meubles modulables aux formes minimalistes. Elle réalise de grandes peintures murales aux compositions abstraites et parfois même des vitraux.

Sophie et Jean Arp font construire une maison dessinée par Sophie (1928), sur un terrain acheté l'année précédente à Clamart-Meudon (au sud-est de Paris). Cette maison-atelier du couple va être un haut-lieu de rencontre des artistes de l'époque.



- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), Costumes Hopis, portés par Sophie et sa soeur Erika, Zürich, 1922.




- TAEUBER Sophie (1889-1943), Composition en taches quadrangulaires, polychromes, denses, 1921,
gouache sur papier, 26x35 cm, Collection particulière.

- TAEUBER Sophie (1889-1943), Sienne, 1921, 
gouache sur papier, 27,2x21,3 cm, Collection particulière.


- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), Montmartre, 1926,
gouache sur papier, 23x29 cm, Paris, Collection Ruth Arp.

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), Personnages, 1926,
broderie de laine, 49,5x48,5 cm, Paris, Collection Ruth Arp.


- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), Figures, 1926,
broderie de laine.

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), Composition avec formes de S, 1927,
gouache sur papier, 26x35 cm, Collection particulière.


- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), Aménagement du Bar-Dancing de l'Hôtel Hannong, Strasbourg, 1926.



OEUVRE À L'ÉTUDE N°2 - L'AUBETTE, 1926-1928 (projets dès septembre 1926 ; travaux menés de février 1927 à janvier 1928 ; locaux inaugurés en février 1928), surnommée, "la chapelle Sixtine de l'Art moderne".









Pour le chantier considérable du bâtiment strasbourgeois de l'Aubette (situé place Kléber), à transformer en un complexe de restauration et de loisirs (aménagement intérieur de l'aile droite d'un ancien bâtiment militaire de centre ville de style néo-classique, construit [1765-1778] par l'architecte Jean-François Blondel au XVIII° siècle, reconstruit en partie au XIX° siècle [1873-1875] et classé monument historique en 1929), Sophie Taeuber-Arp fait appel à son mari Jean Arp (1886-1966) et à son ami Théo van Doesburg (1883-1931), rencontré en 1922. Théo van Doesburg devient le théoricien du projet et cherche à "placer l'homme dans la peinture plutôt que devant elle". De nombreux projets de Sophie Taeuber-Arp et de Théo van Doesburg sont conservés.

Ensemble, ils aménagent une dizaine de salles sur quatre niveaux : 
- au sous-sol (à l'est), un Caveau-dancing et l'American-bar attenant (décors disparus) ; 
- à l'entresol (à l'est), une Salle de billard (décor disparu);  
- au rez-de-chaussée (d'ouest en est, 4 salles), une toute petite salle  "l'Aubette-Bar" (salle d'apéritif, décor disparu) attenante à un Salon de thé-pâtisserie, le "Five O'Clock Tea" (décor disparu) puis, après un grand couloir transversal (ou "passage", décor restauré), un Café-brasserie (dont il ne subsiste pas de trace) et un Café-restaurant (décor disparu) 
- une cage d'escalier (à trois volées, décor restauré) menant jusqu'au premier étage où se trouvent (d'ouest en est, 3 salles au décor restauré) un Ciné-dancing puis un espace ouvert intermédiaire, un Foyer-bar, et enfin une Salle des fêtes.

Il semble que Sophie Taeuber-Arp aie réalisé seule, au rez-de-chaussée, le couloir et les salles de l'Aubette-Bar et du Five O'Clock Tea, et, en collaboration avec son mari, le décor de la Salle de billard (?) à l'entresol et du Foyer-bar au premier étage, ainsi que les peintures murales et le vitrail de l'escalier menant au premier étage.

Son mari réalise seul l'unique décor curviligne (biomorphique) du Caveau-dancing et de l'American-bar, le reste des salles étant orné d'un décor géométrique (rectangles, carrés, triangles) coloré (parfois vert ou beige) où dominent les couleurs primaires (jaune, rouge, bleu) et les non-couleurs (noir, blanc, gris) peintes en aplats et les orthogonales (sauf dans le Ciné-dancing : grille oblique dynamique de Théo van Doesburg). Il est à noter que les compositions de Sophie Taeuber-Arp et de son mari font écho à des réalisations antérieures en solo ou en duo, datant parfois même des années 1916-1917.

Théo van Doesburg a dessiné pour sa part l'escalier de trois volées qui mène de l'entresol au premier étage, a orné le café-restaurant et le café-brasserie du rez-de-chaussée et la salle des fêtes et le ciné-dancing du premier étage.

Cette oeuvre d'art totale à l'unité plastique forte et avant-gardiste, répondant à l'esthétique néo-plastique (dérivée du mouvement De Stijl dont Théo van Doesburg est, aux Pays-Bas, l'un des fondateurs) et incluant le décor des murs, plafonds et sols (les surfaces colorées se continuant sur le sol), l'éclairage (direct ou indirect mais réparti également avec des lampes à lumière blanche), les miroirs (notamment carrés dans l'American-bar et le Ciné-dancing), le mobilier (essentiellement en bois et tubes d'acier ; poignées de portes), les accessoires (vaisselle, cendriers...), les éléments techniques (radiateurs, tableaux électriques...) et la signalisation (mobilier, luminaires et typographie de 1919 de Théo van Doesburg), disparaîtra en 1938 pour réapparaître à la fin des années 1970, avant d'être classée au titre des Monuments Historiques puis restaurée (couloir, escalier et premier étage seulement) au tournant du XXI° siècle (1985-1994 et 2004-2006).


"Les soussignés ont l’honneur de vous inviter de venir voir leurs nouvelles
constructions d’intérieurs élémentaristes et prae-morphistes éxécutés dans
l’aubette à strasbourg (France)",
 carton de vernissage de février 1928.


LE SOUS-SOL

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
Le Caveau-dancing, réalisé par Jean Arp avec un décor de formes organiques colorées.

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
L'American-bar, réalisé par Jean Arp avec un décor de formes organiques colorées et de miroirs.

- ARP Jean (1886-1966), Sérigraphie d'après le décor du Caveau-dancing.


L'ENTRESOL

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
La Salle de billard, réalisée par Sophie Taeuber-Arp et Jean Arp, avec un décor de larges rectangles colorés.


LE REZ-DE-CHAUSSÉE

- HORN Paul (1879-1959, architecte), Plan du rez-de-chaussée de l'aile droite du bâtiment de l'Aubette, Strasbourg.

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'AubetteStrasbourg, 1927-1928,
L'Aubette-bar, projets pour le plafond, par Sophie Taeuber-Arp.

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
L'Aubette-bar, aménagé par Sophie Taeuber-Arp avec un décor asymétrique alternant dans une composition verticale-horizontale de grandes surfaces rectangulaires ou carrées avec de plus petites surfaces au damier multicolore.

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
Le Salon de Thé, Five O'Clock Bar, dessin et tapisserie, par Sophie Taeuber-Arp. 

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
Le Salon de Thé, Five O'Clock Baraxonométrie, par Sophie Taeuber-Arp. 

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
Le Salon de Thé, Five O'Clock Bar, aménagé par Sophie Taeuber-Arp. 
Le décor était constitué de grands rectangles monochromes intégrant de plus petits panneaux rectangulaires ou carrés, eux-mêmes constitués de petits rectangles colorés (gris, noirs, blancs et rouges et peut-être vert également). Cela provoquait un effet de mise en abyme et d'accélération de rythme entre la surface de la salle, les grands et les plus petits panneaux.

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
Le Couloir ou Passage du rez-de-chaussée, dessin de sol et axonométrie, par Sophie Taeuber-Arp.
Le sol est orné d'une composition asymétrique de 6 rangées de rectangles allongés dans le sens de la marche du visiteur.

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
Le Couloir ou Passage du rez-de-chaussée, aménagé par Sophie Taeuber-Arp (photo actuelle).

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
Le Couloir ou Passage du rez-de-chaussée, aménagé par Sophie Taeuber-Arp (photo de l'époque et photo actuelle).
Le sol est orné d'une composition asymétrique de 6 rangées de rectangles allongés dans le sens de la marche du visiteur.

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
Le Café-Restaurant, projet de plafond, par Théo van Doesburg.

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
Le Café-Restaurant, aménagé par Théo van Doesburg, 
Le décor peint s'étalait sur les 4 murs et le plafond.

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette,Strasbourg, 1927-1928,
 Le Café-Restaurant, aménagé par Théo van Doesburg. 


L'ESCALIER

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette,Strasbourg, 1927-1928,
Prototype du vitrail de l'escalier menant au 1er étage, par Sophie Taeuber-Arp et Jean Arp (maquette attribuée à Jean Arp).

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette,Strasbourg, 1927-1928,
 Entre le rez-de-chaussée et premier étage, L'Escalier, dessiné par Théo van Doesburg et orné par Sophie et Jean Arp (peintures murales et vitrail).
A l'escalier aux lignes brisées, répond le décor (de même largeur que les marches) de rectangles allongés colorés des murs (bandes grises et bleues verticales accompagnant l'ascension du visiteur) et du vitrail (5 rangées de 6 carreaux égaux de verre pressé, gris, bleus et beiges).

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette,Strasbourg, 1927-1928 (photos actuelles),
 Entre le rez-de-chaussée et premier étage, L'Escalier, dessiné par Théo van Doesburg et décor peint de Sophie et Jean Arp (peintures murales et vitrail).


LE PREMIER ÉTAGE 

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 
Maquette du premier étage, réalisée par le MoMA,
bois et acrylique, 33x106,7x61 cm, New York, MoMA.
À noter, le projet de Théo van Doesburg, d'un sol fait de cercles dans la Salle des fêtes, projet qui ne sera pas réalisé du fait du parquet. De nombreux projets conservés de l'aménagement du bâtiment n'ont pas été réalisés ou ont été modifiés au niveau des formes, des couleurs ou même des matériaux (mosaïques non exécutées par exemple).

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
 Premier étage, Le Ciné-Dancing, développé du plafond et des trois côtés, par Théo van Doesburg.

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
 Premier étage, Le Ciné-Dancing, aménagé par Théo van Doesburg, (photo d'époque et photo actuelle).
La grande salle est ornée aux murs et plafond d'une grille oblique de carrés, rectangles et triangles de couleur (noirs, blancs, jaunes, bleus, rouges et verts), en relief (stucs), encadrés et séparés par des bandes blanches en creux.
C'est la seule salle ornée d'un décor oblique qui répond à la l'Elémentarisme de Théo van Doesburg (1924) en résonance à la perspective de la salle et se dissocie ainsi du Néoplasticisme de Piet Mondrian (1872-1944). A signaler, la présence de miroirs carrés (au-dessus des radiateurs du mur de façade) dupliquant l'espace.

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
Premier étage, Le Ciné-Dancing, aménagé par Théo van Doesburg.
"Comme les éléments architectoniques se basaient sur des rapports orthogonaux, cette salle dut s’accommoder d’une répartition oblique de couleurs, d’une contre-composition, qui fût de nature à résister à toute la tension de l’architecture. et ainsi, la galerie, qui traverse du côté droit obliquement la composition, fut plutôt un avantage qu’un désavantage pour l’ensemble. elle accentue le rythme et la couleur", Théo van Doesburg, n° spécial de la revue De Stijl, 1928.

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
Premier étage, Le Ciné-Dancing, aménagé par Théo van Doesburg (photo d'époque et photo actuelle).
A noter, la rampe de luminaires dressés vers le plafond et offrant un éclairage indirect, comme dans l'Aubette-bar.

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
Premier étage, Le Foyer-bar, aménagé par Sophie Taeuber-Arp et Jean Arp, avec un décor de grands rectangles aux nuances de gris et de rouge, couvrant le plafond et les murs et allant jusqu'au sol. 

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928 (photos actuelles).

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
Premier étage, La Salle des Fêtes, Etude, par Théo van Doesburg,

- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
Premier étage, La Salle des Fêtes, aménagée par Théo van Doesburg,
avec un décor de rectangles et de carrés colorés (noir, blanc mais également rouge et bleu offrant deux nuances dissonantes, chaudes et froides) d'où émergent des lignes blanches en relief et des carrés, eux-aussi en relief, contenant les luminaires (carrés en émail d'1 m 20 de côté - unité de mesure correspondant également à la hauteur des radiateurs - contenant 16 ampoules chacun). Les grilles de ventilation sont intégrées au décor.


- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), ARP Jean (1886-1966) et van DOESBURG Théo (1883-1931), L'Aubette, Strasbourg, 1927-1928,
Premier étage, La Salle des Fêtes, aménagée par Théo van Doesburg (photos actuelles).



VOIR LA VIDÉO (3 MN 10, 2017) DE WALKOART
VISITE 2017 DE L'AUBETTE, STRASBOURG.


POUR EN SAVOIR PLUS




AUTRES RÉALISATIONS 


- TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), La Maison des Arp, à Clamart-Meudon, 1928.


 - TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), Aménagement intérieur de la Maison Heimendinger, Strasbourg, 1927-1930.


 - TAEUBER-ARP Sophie (1889-1943), Aménagement intérieur de l'Appartement Werner, Paris, 1930.